Les cinq monuments les plus hauts de Moscou

Legion Media
En matière de monuments, la taille compte. Pour le prouver, nous avons sélectionné certains des chefs-d'œuvre architecturaux les plus épiques de la capitale russe. Semblant vouloir atteindre le ciel, ils reflètent l’histoire, la culture et le patrimoine de la Russie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Monument à la Victoire sur le mont Poklonnaïa

Avec 141,8 mètres, c'est le plus haut monument de Russie. Mais ce nombre n’est pas aléatoire : cette hauteur énorme symbolise le nombre de jours que la Seconde Guerre mondiale a duré - 1 418. Chaque portion de 10 centimètres représente une journée de cette guerre dévastatrice, qui a coûté la vie à environ 27 millions de citoyens soviétiques.

Le monument épique se compose de deux parties. Le segment inférieur présente une sculpture de Saint-Georges tuant un dragon, qui, dans ce cas, symbolise le nazisme. Derrière la sculpture se trouve un obélisque en forme de baïonnette, emplie des noms des principales villes soviétiques où s’est déroulée la Seconde Guerre mondiale. Plus près du sommet se trouve une sculpture de Nike, la déesse grecque de la victoire, avec une couronne de laurier dorée dans une main et deux petits anges soufflant des trompettes dorées de chaque côté. Le monument pèse environ 25 tonnes au total.

En fait, le monument est encore plus grand qu'il n'y paraît. La partie portante de l'obélisque - de seulement 8 mètres de haut – est enfoncée à 3,7 mètres sous terre, où elle est fixée à une dalle de béton d'un diamètre d'environ 40 mètres. Il y a à l'intérieur de l'obélisque un ascenseur, qui s'élève à 87 mètres deux fois par semaine pour les techniciens chargés de l'entretien et des contrôles.

>>> Ces lieux de Moscou qui portent encore les cicatrices de la guerre

Le monument à la Victoire est une idée originale du sculpteur d'origine géorgienne Zourab Tsereteli, dont les œuvres peuvent être observées dans de nombreux endroits à travers le monde, y compris la Larme de la douleur dans le New Jersey, offerte aux États-Unis par la Russie en mémoire des victimes des attentats terroristes du 11 septembre.

Le monument de Tsereteli a ouvert au public en 1995, pour marquer le 50e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le monument aux conquérants de l'espace

Vous ne pouvez littéralement pas le rater ! Il détient le titre de deuxième plus haut monument de Russie. L'impressionnante structure, située à l'extérieur de l'entrée principale du VDNKh (un parc d'attractions géant et une foire commerciale permanente) mesure 107 mètres de haut.

Le monument a été construit en 1964 pour rendre hommage à la contribution sans précédent de l’URSS à l'exploration spatiale. Malgré sa taille colossale, le monument aux conquérants de l'espace (conçu par le sculpteur Andreï Faïdych-Krandievski et les architectes Mikhaïl Barchtch et Alexandre Kolcthine) est dénué de toute lourdeur. Réalisé dans le style du modernisme soviétique, il représente une fusée filant le long d’une trajectoire de 77 degrés.

>>> Dix des plus intéressantes sculptures du métro moscovite

L'échelle du monument parle d'elle-même, et représente la traînée de vapeur derrière la fusée. La structure en acier de 250 tonnes a été assemblée à la main sur le sol, puis soulevée à l’aide de grues. Il est préférable de voir la structure géante sous différents angles pour apprécier pleinement sa grandeur. La base du monument abrite le musée de l'astronautique.

Statue de Pierre le Grand

Vous n'aurez aucun mal à repérer ce monument original. D'une hauteur imposante de 98 mètres, il est plus haut que la Statue de la Liberté.

Le monument gigantesque mettant en vedette le tsar Pierre Ier de Russie à la barre d'un navire a été érigé en 1997, provoquant une virulente controverse. Le monument géant, créé par le prolifique Zourab Tsereteli, se trouve dans la rivière Moskova, à la pointe d'une île artificielle. Les critiques se sont demandé, entre autres, pourquoi le monument à Pierre le Grand, qui a créé la marine russe, était érigé à Moscou, alors que le tsar a transféré la capitale de Moscou, ville qu’il ne tenait pas dans son cœur, à Saint-Pétersbourg en 1712 ?

>>> En images: dix projets d'architecture soviétique en papier fantastiques

Néanmoins, l’envergure de la statue en dit long sur Pierre le Grand (1672–1725), qui avec plus de deux mètres était l'un des plus grands dirigeants de l'histoire russe. Le monument pèse plus de 2 000 tonnes et se compose de trois parties : un piédestal (la partie inférieure du monument), un navire et Pierre le Grand.

L'Ouvrier et la Kolkhozienne

Ce monument en acier inoxydable de Vera Moukhina était une réponse au réalisme socialiste, et visait à symboliser une symbiose idéale entre la classe ouvrière et la paysannerie.

Ce monument soviétique par excellence de 58 mètres a été construit pour l'Exposition universelle de 1937 à Paris. Dans une tournure prophétique du destin, les pavillons soviétique et allemand se sont retrouvés placés face à face au cœur de la capitale française, au Trocadéro.

Après la foire, la sculpture de l'Ouvrier et de la Kolkhozienne a été transférée à Moscou, où elle a été placée à l'extérieur du parc VDNKh, devenant un point d’attraction pour les touristes et les habitants.

>>> Les sept maisons du XIXe siècle les plus luxueuses de Moscou

Monument à Iouri Gagarine

La statue dédiée à l'un de plus célèbres cosmonautes de l'histoire est réalisé en titane, un métal utilisé dans la construction des vaisseaux spatiaux. Le monument à Iouri Gagarine, érigé en juillet 1980, mesure 42,5 mètres de haut.

Il célèbre les qualités historiques du cosmonaute soviétique : confiance, énergie et audace. Il se dresse au milieu d'un carré et donne l'impression que Iouri Gagarine s'élève littéralement dans le ciel. Le monument imposant peut être vu à des kilomètres. Le corps du légendaire cosmonaute soviétique se compose de 239 blocs, assemblés avec un alliage de titane. À la base de la statue se trouve une réplique de la capsule Vostok.

L’homme au sourire de playboy est devenu un héros pour des millions de personnes quand il s’est envolé dans l’espace et a réalisé une orbite autour de la planète le 12 avril 1961. Ce n’est pas un hasard si le monument, créé par le sculpteur Pavel Bondarenko, a été érigé sur l’avenue Leninski. En 1961, Gagarine est revenu de l'aéroport de Vnoukovo le long de cette grande artère pour livrer son rapport tant attendu sur le premier vol humain dans l'espace.

Dans cette publication découvrez Moscou à travers les yeux des artistes russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies