En images: dix projets d'architecture soviétique en papier fantastiques

Découvrez l'un des phénomènes les plus intéressants de la culture russe du XXe siècle, qui a permis aux architectes de tout «construire», de l'arche de Noé à des maisons de poupée.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L'architecture en papier a émergé au tournant des années 1970-1980 en tant que mouvement conceptuel de jeunes artistes et designers qui, rejetant le courant architectural soviétique, ont créé leur propre réalité parallèle. Elle a été incarnée dans des publications de magazines, des projets de concours et des expositions. Les architectes de structures en papier ont audacieusement combiné différents styles et époques, recherchant des images de la ville idéale dans le passé et les projetant l’avenir. Aucune de ces idées ne pouvait sérieusement prétendre devenir réalité, mais nombre des questions qu’elles ont soulevé par la suite se sont avérées essentielles pour l’urbanisme mondial. Certains projets restent pertinents à notre époque. Russia Beyond a rassemblé dix exemples particulièrement révélateurs de l'architecture en papier soviétique.

« Nouvel élément de peuplement »

Auteurs : Alexandre Goutnov, Andreï Babourov, Ilya Lejava et autres

À la fin des années 1950, un groupe d'étudiants de l'Institut d'architecture de Moscou a proposé un concept de quartier résidentiel du futur appelé «  nouvel élément de peuplement (NEP) ». Le travail sur le projet a duré plus de 15 ans, mais n'a jamais été mis en œuvre. Il a toutefois obtenu une reconnaissance internationale : il a été présenté à la XIVe Triennale de Milan en 1968 et à l'Expo d'Osaka en 1970. Cependant, au fil du temps, les idées clés du NEP se sont imposées dans tous les aspects de la planification urbaine moderne. Parmi ses grands principes figurent la séparation des espaces de production et de vie, l'humanisation de l'environnement, la répartition harmonieuse des personnes et des infrastructures, ainsi que la mise en valeur de territoires vides. Le projet devançait l’évolution de l'architecture papier, et en est devenu une composante idéologique importante.

>>> En images: ce photographe immortalise les vestiges de la civilisation soviétique mourante

Ville-viaduc

Auteurs : Iskander Galimov, Mikhaïl Fadeïev

De nombreuses idées des « architectes de papier » ont repoussé les limites spatiales habituelles, s'efforçant d’inventer de nouvelles formes d'architecture. Tel est, par exemple, le projet fantastique de la ville d'Iskander Galimov et Mikhaïl Fadeïev. C'est un gigantesque pont de pierre avec des chemins de fer, des maisons, des usines et des zones commerciales sur  différents niveaux.

Monuments qui n'existent pas

Auteur : Konstantin Boïm

Il s'agit d'une série de miniatures en bronze - des répliques de monuments architecturaux célèbres qui n’ont jamais vu le jour. Parmi eux figurent notamment des bâtiments érigés en symboles de la civilisation soviétique - la tour du Komintern et le palais des Soviets à Moscou. Selon Konstantin Boïm, ces monuments inexistants constituent une histoire alternative de l'architecture, qui n'est pas moins intéressante que ce que nous voyons tout autour de nous.

Maison de poupées

Auteurs : Alexandre Brodski, Ilia Outkine

Les architectes ont imaginé une maison de poupée appelée Totem, qui ressemble au totem sacré des Indiens, un objet païen d'adoration. Conçu comme un jouet pour enfants, il permet à ses propriétaires de « jouer à tout ». La structure est réalisée sous la forme d'un poteau en bois massif reposant sur quatre pieds épais. À l'intérieur se trouve un escalier en colimaçon, le reste de l'espace étant un territoire dédié à l'enfance, qui peut changer au gré de l'imagination de ses jeunes propriétaires.

>>> L'histoire du palais des Soviets, projet pharaonique et inaccompli de Lénine et de Staline

Musée des maisons disparues

Auteurs : Alexander Brodski, Ilia Outkine

Le projet conceptuel est une sorte de mémorial qui préserve le souvenir de toutes les maisons disparues, qu'elles aient ou non été des monuments architecturaux au cours de leur existence. « Chaque maison disparue, même la plus ordinaire, devient une exposition à part entière du musée, sa reproduction exacte prend sa place dans une niche - après tout, l'âme de l’architecte, des constructeurs, des gens qui y vivaient et des passants qui y jetaient des regards épars y est imprégnée », indiquent les architectes pour expliquer leur projet.

Théâtre sans scène, ou auditorium errant

Auteurs : Alexander Brodski, Ilia Outkine

Le projet de l'auditorium errant est une sorte d'incarnation de l'idée selon laquelle « la ville est un théâtre ». Les architectes ont imaginé à quoi pouvait ressembler la ville « pour tous ». « Notre théâtre n'a pas de scène permanente - dans son errance constante dans la ville, il s'arrête dans les endroits les plus inattendus et lève le rideau à la recherche de nouvelles performances, de nouveaux scénographes, de nouveaux acteurs, explique la description du projet. Des troupes professionnelles peuvent se produire sur sa scène, mais un passant solitaire réalisant une mystérieuse improvisation peut, de manière inattendue, recevoir un tonnerre d'applaudissements, attirant l'attention du public. »

Villa Claustrophobia

Auteur : Alexander Brodski, Ilia Outkine

Lors de la création de cet édifice, les architectes sont partis de l'image et des problèmes de l'homme. La cour intérieure est ici comparée au monde intérieur d'une personne qui ne veut ou ne peut pas sortir à la surface. « Notre Atrium est un entonnoir recouvert de miroirs inséré dans une maison en pierre sans fenêtres. L'entonnoir comporte un miroir sur le côté de la cour et est transparent vu de l'intérieur du bâtiment. Toutes les pièces situées le long de l’édifice - appelons-les chambres ou cellules, peu importe – donnent sur l'entonnoir via une seule paroi de verre. Les habitants de la maison se regardent depuis leurs chambres, mais ils voient l'infini ».

>>> Douze superbes photos des grands projets de construction soviétiques et russes

Logement pour sans-abri

Auteur : Sergueï Barkhine

L'architecte a trouvé une manière ingénieuse de désarmer une superpuissance militaire - transformer ce processus en performance artistique. Il propose de fondre des milliers de missiles avec des ogives retirées du service pour en faire de hautes tours résidentielles, et de les placer sur les places de la ville en souvenir du terrible passé militaire.

C'est ainsi que l'un des principaux problèmes des temps de paix peut être résolu - la pénurie de logements.

Nouveau théâtre Olimpiko

Auteurs : Sergueï Barkhine, Mikhaïl Belov, Mikhaïl Khazanov, Ekaterina Belova, Elena Kozelkova

Un autre projet qui redéfinit le rôle du théâtre dans la ville. Chaque rue ici a été transformée en salle, et chaque place en scène. Chaque maison de ce quartier joue un rôle - billetterie, vestiaire, café ou toilettes. « Le jeu des espaces ne s'arrête jamais », disent les architectes, « parce qu'il est joué par des perspectives "artificielles" ou "inversées" tant à l'intérieur qu’à l'extérieur du quartier des théâtres ».

Arche de Noé

Auteurs : Mikhaïl Filippov. Nadejda Bronzova

Ce projet d'arche de Noé moderne est un monument à toute la civilisation humaine, construit sur le « paradis » perdu. Les architectes y ont combiné les idées sur la ville idéale de chacun des dix derniers siècles. La dernière remonte à 2001, et symbolise le rêve de préserver une culture séculaire.

Pourquoi ajoutait-on des étages aux bâtiments en URSS ? Trouvez la réponse dans cette publication

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies