Cinq ambassades étrangères, merveilles de l'architecture ancienne à Moscou

Legion Media
Moscou regorge de monuments architecturaux et de bâtiments historiques. Tout le monde connaît la maison Igoumnov, en briques rouges, depuis longtemps résidence de l'ambassadeur de France, et la maison Spasso, de couleur jaune citron, avec ses colonnes imposantes, fortement associée à la diplomatie américaine. Pour sortir des sentiers battus, nous avons dressé une liste de quelques joyaux cachés à ajouter à votre itinéraire.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Ambassade d'Islande

Les relations diplomatiques officielles entre l'Islande et l'Union soviétique ont été établies en 1943, au milieu de la Seconde Guerre mondiale. L'année suivante, l'Islande a ouvert son ambassade au cœur de Moscou, au 28, ruelle Khlebny. Auparavant, entre 1935 et 1941, ce bâtiment avait été la résidence officielle de l'attaché militaire allemand Ernst August Köstring, qui avait participé aux négociations historiques du Pacte germano-soviétique en 1939.

Construite à l'origine en 1815, cet édifice de plain-pied est devenu en architecture un symbole du style Empire, avec des ornements uniques et une richesse de détails décoratifs. Ce long et somptueux bâtiment est doté d'une terrasse d'hiver et d'un petit jardin. C'est là que vivait autrefois l'ami d'Alexandre Pouchkine, Alekseï Verstovski, dont la composition La tombe d'Askold est devenue le tout premier opéra russe joué aux États-Unis.

Ambassade de Nouvelle-Zélande

Difficile de manquer cet élégant manoir se trouvant à l'angle de la ruelle Skariatinski et de la rue Povarskaïa, au n°44. Dès le premier regard, on comprend pourquoi l'œuvre de l'éminent architecte russe Lev Kekouchev est considérée comme l'un des plus beaux bâtiments Art nouveau de Moscou.

Il possède tous les traits caractéristiques de ce style raffiné, avec une asymétrie des formes pour créer une allure inhabituelle, des fenêtres Wyatt tripartites pour une lumière naturelle abondante, ainsi qu’une utilisation généreuse de symboles, de décorations et d'ornements de lion.

Le bâtiment a été construit vers 1904 et a apparemment coûté une fortune. Pas étonnant qu'il ait fallu cinq ans pour trouver un acheteur. Ivan Mindovski, un marchand aisé et copropriétaire de la fabrique de papier et de lin de la Volga, s'y est installé en 1909 et y a vécu jusqu'à sa mort, en 1912.

Après la Révolution russe, la demeure a été nationalisée. En 1924, l'année de la mort de Vladimir Lénine, elle est devenue le siège de la mission diplomatique suédoise.

Depuis 1973, elle est cependant le siège de l'ambassade de Nouvelle-Zélande. L'épouse de John Larkindale, qui a été ambassadeur de son pays en Russie entre 1996 et 1999, a été tellement impressionnée par le style grandiose du bâtiment qu'elle a écrit un livre sur l'histoire des lieux.

L'année dernière, l'ambassade a fait l'objet d'un important lifting. Aurora, la déesse de l'aube, est réapparue sur la façade sud du bâtiment.

Lire aussi : L’histoire extraordinaire (et parfois lugubre) des résidences d’ambassadeurs étrangers à Moscou

Ambassade du Chili

Les relations entre l'URSS et le Chili ont connu des hauts et des bas. Établies en 1944, elles ont en effet été rompues trois ans plus tard, pour être rétablies en 1964, puis à nouveau interrompues après le coup d'État militaire chilien de 1973.

Ce n'est qu'en 1990 que Moscou et Santiago ont finalement trouvé un terrain d'entente. Depuis lors, une maison historique située au 7, ruelle Denejny, juste derrière le bâtiment emblématique du ministère des Affaires étrangères datant de l'époque stalinienne, sert de résidence aux diplomates chiliens.

Cette merveille de l’Art Nouveau a été construite vers 1912 et fait partie du patrimoine culturel de Moscou. Elle a été conçue par le jeune architecte polonais Adolf Seligson, qui a étudié à Saint-Pétersbourg et est venu à Moscou après avoir passé un an à Paris, où le style Art nouveau faisait fureur.

L’édifice d’un étage appartenait initialement à Herman Broido, un entrepreneur qui achetait régulièrement des biens immobiliers pour construire et louer des appartements. Or, il a trouvé un acquéreur avant même que la construction de ce bâtiment ne soit terminée. Viktorin Bourdakov, propriétaire de plusieurs sociétés d'extraction d'or et de platine, a acheté la résidence et s'est immédiatement installé dans les vingt grandes pièces afin de profiter d'un peu de paix et de sérénité.

Ambassade d'Argentine

Ce lieu cache une histoire ancienne, car les relations diplomatiques entre la Russie et l'Argentine ont été établies dès 1885.

Joyau architectural de style Empire, le bâtiment au 72, Bolchaïa Ordynka a été construit en 1823. Conçu de manière discrète mais originale, il est devenu le nouveau domicile de Nadejda Lobanova, épouse d'un commerçant. Elle y a vécu durant près de 15 ans.

En 1859, de nouveaux propriétaires y ont emménagé – les frères Alekseï et Nikolaï Pougovkine. Les deux marchands ont alors décidé de prendre le temps de rénover le bâtiment. Le résultat a été un style des plus éclectiques.

En 1907, un autre marchand du nom d'Alexandre Koulechov a acheté le manoir. Par la suite, avant de devenir l'adresse permanente de l’ambassade d'Argentine, le bâtiment a abrité celle du Rwanda.

En 2020, près de deux cents ans après sa construction, l'extérieur du bâtiment conserve encore son charme de style Empire et un attrait historique rare, bien que légèrement nostalgique.

Ambassade d'Autriche

Nichée en plein cœur de la vieille ville, à l'intersection des ruelles Starokoniouchenny et Pretchistenski, cette ambassade est un bijou d'architecture étonnante. Le bâtiment, avec son dôme et ses colonnes, est un mélange d'anciens et de nouveaux styles de conception, rappelant les maisons des familles nobles décrites dans les romans de Léon Tolstoï.

Conçu et construit par l'architecte néoclassique Nikita Lazarev en 1906, ce palais centenaire est surtout connu sous le nom de Maison Nikolaï Mindovski (comme mentionné ci-dessus, le père de Nikolaï, Ivan Mindovski, possédait trois manoirs à Moscou). Nikolaï y a vécu jusqu'à la Révolution bolchévique menée par Lénine en 1917.

Dans les années 1920, le manoir est devenu un bureau d'état civil. C'est là que le poète Sergueï Essenine a épousé sa femme bien-aimée, la danseuse américaine Isadora Duncan, et que l'écrivain Mikhaïl Boulgakov s’est uni à sa seconde épouse, Lioubov Belozerskaïa, en 1925.

En 1927, l’édifice a été loué à l'ambassade d'Autriche. À partir de 1938, il a néanmoins abrité l'ambassade d'Allemagne. Une légende veut même que le Pacte germano-soviétique ait été signé dans ce même bâtiment en 1939.

Le palais a en outre accueilli un certain nombre d'invités de haut rang. En 1944, le premier ministre britannique Winston Churchill a passé la nuit à la Maison Mindovski (il était en visite à Moscou pour des négociations avec Staline).

Après la mort de Staline, le bâtiment a, en 1955, accueilli les négociations sur le Traité d'État autrichien, puis il est devenu l’ambassade de l'Autriche indépendante pour la deuxième fois.

Dans cet autre article, nous vous présentions certaines des plus grandioses ambassades de Russie à travers le monde. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies