Dix rues de Moscou, dont même les Moscovites ne comprennent pas le nom

La rue Arbat

La rue Arbat

Legion Media
De nombreux toponymes de la capitale sont faciles à expliquer – ils sont apparus en l’honneur de personnes célèbres ou d'après la direction vers laquelle mènent ces lieux (par exemple, la rue Tverskaïa conduit à la ville de Tver). Cependant, certains noms de localités demeurent complètement flous aux yeux de tous, y compris des locaux.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Bolchaïa Ordynka

C'est l'une des plus anciennes rues du centre de Moscou. Seuls la rivière Moskova et un pont la séparent du kremlin. Selon la version la plus populaire, son nom viendrait du mot « orda » (en référence à la Horde d'or, un état médiéval tataro-mongol ayant durant des siècles maintenu les principautés russes sous son joug). Il est donc probable que c’est par cet axe qu’autrefois l’on se rendait auprès de la Horde depuis le kremlin et que les messagers et percepteurs tatars arrivaient.

C'est aujourd'hui l'une des plus belles rues historiques de la capitale, où la plupart des bâtiments datent des XVIIIe et XIXe siècles.

Bolchaïa Iakimanka

Cette rue parallèle à la précédente mène également au kremlin, et donne son nom à tout un quartier du centre de Moscou. Au XVe siècle, ce lieu s'appelait Goloutvinskaïa Sloboda, et l'église de l'Annonciation y a été construite. La rue Iakimanka a alors reçu son nom de l'une des chapelles latérales de l'église, bâtie en l'honneur des saints Joachim et Anne (prénoms que l’on retrouve partiellement dans « Iakimanka »). Malheureusement, l'église a été démolie à l'époque soviétique, mais l'icône, dédiée à ces deux saints, est restée dans ce quartier et est conservée dans l’église de Saint Jean le Guerrier, construite ultérieurement. C’est également sur cette rue que se trouve l’Ambassade de France en Russie.

Ostojenka

Aujourd'hui, il s’agit de la rue la plus chère de la ville, pourtant, jusqu'au XVIIe siècle, ce lieu situé sur les rives de la Moskova était une prairie. Les Moscovites ont surnommé cet endroit « Ostojié », du mot « stog » (« meule de foin »), puisqu’autrefois l’on y fauchait l’herbe et la rassemblait en meules. Plus tard, en raison de l'abondance du foin, des écuries ont été établies ici et des parcelles ont été accordées à de nobles personnes – les ruelles qui entourent cette rue ont d’ailleurs été baptisées en leur honneur. L'une d'entre elles porte le nom de Starokoniouchenny (ruelle des Vieilles Écuries) en raison de cette histoire.

Pretchistenka

En 1524, le couvent de Novodievitchi a été fondé aux abords de Moscou. La raison en est la capture de Smolensk pendant la guerre russo-lituanienne et l'inclusion de la ville dans l'État russe. L’on a alors ajouté au nom de ce complexe religieux celui de l’icône principale de cette cité, celle de l’Immaculée (« Pretchistaïa » en russe) Mère de Dieu. Au XVIIe siècle, la route reliant le kremlin à ce lieu s'appelait donc Pretchistenka. Aujourd'hui, ce nom n'est attribué qu'à une partie d'une voie autrefois bien plus longue.

Lire aussi : Les huit principales rues de bars et restaurants de Moscou

Volkhonka

Rejoignant le kremlin, la Volkhonka faisait partie de la Pretchistenka historique. Néanmoins, au XVIIIe siècle, cette zone a commencé à appartenir aux princes Volkonski et s’y trouvait un établissement de restauration nommé Volkhonka, dont le nom faisait référence à leur nom de famille. Une rue a alors également été nommée en leur honneur. Plus tard, de nombreux princes et fonctionnaires différents se sont installés dans les environs. Au XIXe siècle, la cathédrale du Christ-Sauveur a été construite sur cette rue et, en 1912, le musée des beaux-arts Pouchkine, l'un des plus grands et des plus importants de la ville, y a été inauguré.

Vozdvijenka

Vozdvijenka est un toponyme populaire en Russie : c'est le nom de plus de 30 villages et villes à travers le pays. Au XVIe siècle, sur cette rue proche du kremlin a été édifié le monastère de l'Élévation (« Vozdvijenié » en russe) de la Sainte Croix, et la rue a alors été surnommée de la sorte au sein de la population. Ce nom ne sera toutefois officialisé qu’au XVIIIe siècle.

Sretenka

En vieux russe, « sretenié » signifiait « rencontre ». La rue Sretenka a ainsi été nommée en l'honneur de l’accueil, par les Moscovites, de l'icône miraculeuse de Notre-Dame de Vladimir, spécialement apportée à Moscou afin d’aider la Russie à se délivrer de l’emprise du conquérant mongol Tamerlan. Le monastère de Sretenka a été fondé sur le site de cette rencontre, et la rue baptisée de la sorte.

Arbat

Les érudits moscovites ont avancé de nombreuses versions quant à l'origine du nom de cette célèbre rue piétonne, qui, soit dit en passant, s'appelait initialement Orbat. Il s’agissait de tout un quartier près du kremlin, dont le centre était justement la rue Vozdvijenka. Une théorie populaire avance que le nom viendrait de l'arabe « arbad » (« faubourg »). Le mot pourrait ainsi avoir été apporté par des marchands d’Orient. Il existe cependant aussi une version plus « russe » de l'origine toponymique : « gorbat » (« bossu ») était peut-être un terme utilisé pour désigner cette rue aux nombreuses courbures.

Sivtsev Vrajek

Pour l'oreille d'un Moscovite moderne, le nom de cette petite ruelle sonne plus étonnant que les autres. « Vrajek » est en réalité un ancien mot désignant un ravin. Celui-ci, très petit, a été formé par la rivière Sivets, qui, au début du XIXe siècle, a été enfermée dans des canaux souterrains. Il n'y a ainsi plus de rivière ni de ravin, mais ce nom remontant au XVIIe siècle est resté.

Marosseïka

Dans cette rue de l’arrondissement de Kitaï-gorod, non loin du kremlin, se trouvait Malorosskoïé podvorié (Auberge de Malorossiïa), où s’installaient de célèbres commerçants et diplomates de Malorossiïa (Petite Russie), c’est-à-dire d’Ukraine, comme on appelait autrefois cette région de la Russie impériale. Au XVIIe siècle, le nom Malorosseïka est apparu au sein de la population et ne subsiste aujourd’hui que sa version déformée, Marosseïka.

Dans cet autre article, nous vous présentons les surnoms des villes russes et les règles régissant leur utilisation.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies