Que faut-il savoir sur les zones frontalières de Russie?

Point frontalier en République de l'Altaï, à la frontière russo-mongole

Point frontalier en République de l'Altaï, à la frontière russo-mongole

Evgueni Epantchintsev/Sputnik
Les zones frontalières de la Russie contemporaine sont un curieux vestige de l'époque soviétique. Que doivent savoir les voyageurs pour se rapprocher de la frontière et comment éviter des problèmes inutiles?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En continuant ma route après Vladikavkaz, j'étais excité. C'était ma première fois dans les montagnes du Caucase du Nord et je faisais un grand voyage en auto-stop jusqu'en Géorgie. La route traversait une vallée fluviale peu profonde et mes chauffeurs essayaient de me raconter des blagues, que ma faible connaissance du russe ne me permettait pas encore de comprendre. Les montagnes étaient d'un vert étonnamment profond.

Puis, un homme en uniforme nous a arrêtés et nous a demandé nos passeports. En voyant mes documents étrangers, il m'a demandé où j'allais.

« En Géorgie », lui ai-je répondu, en espérant qu'il n'y aurait pas de problèmes.

« Sans arrêt sur la route ? »

« Non, pourquoi ? »

« C'est une zone frontalière. »

Lire aussi : Quelles frontières d’États étrangers les troupes frontalières russes protègent-elles?

La zone

Employés des douanes à Bagrationovsk, région de Kaliningrad, à la frontière russo-polonaise, en 1993

Non, nous ne parlons pas de la « Zone » surréaliste du film Stalker d'Andreï Tarkovski. Il est ici question des zones frontalières, qui sont les vestiges d'un passé compliqué. Les déplacements à l'intérieur de l'Union soviétique étaient contrôlés – les citoyens avaient des passeports internes et un régime d'enregistrement qui les obligeait à vivre dans certaines villes ou régions. Pendant des décennies, les voyages à l'étranger étaient fortement réglementés et les zones proches de la frontière étaient tout aussi étroitement surveillées. Pour entrer, il fallait demander un laissez-passer au KGB (auquel a succédé le FSB aujourd'hui) et attendre l'autorisation.

La première zone frontalière, où la Pologne rencontrait les États baltes (qui faisaient alors partie de l'URSS), s'étendait de 7,5 à 90 kilomètres à l'intérieur du pays, limitant les déplacements dans un immense territoire. Ces politiques se sont ensuite étendues à d'autres frontières soviétiques, mais lorsque l'URSS s'est effondrée, la confusion a régné sur la manière de créer de nouvelles zones qui auraient un sens dans la Fédération de Russie nouvellement fondée.

En 1993, a été adoptée une nouvelle loi limitant ces zones à 5 km de la frontière, mais dans certaines régions, le FSB a travaillé avec les autorités locales et les a étendues pour couvrir de plus grandes distances. Dans de nombreux cas, tout le district touchant la frontière est interdit aux étrangers sans permis. La ligne de 5 km existe toujours et même les citoyens russes ont besoin d'un permis pour y pénétrer.

Poste frontalier du village de Khouchet, à la frontière russo-géorgienne

Lorsque je suis arrêté par la police des frontières en franchissant la ligne de 5 km, on me demande généralement si je vais jusqu'au bout. Je viens du Canada et les étrangers comme moi n'ont pas besoin d'un laissez-passer pour quitter la Russie, mais l’on peut me forcer à faire demi-tour s'il y a des indications que je me rends dans la région pour simple raison touristique.

Toutefois, ces règles sont-elles appliquées strictement dans toutes les régions ? Y a-t-il des différences dans les endroits où il y a beaucoup de trafic frontalier ? Et que se passe-t-il lorsqu'il y a des villes entières (ou des sites touristiques célèbres) dans la zone ?

La réponse : « Ça dépend. »

Lire aussi : Taïmyr, Tchoukotka… Comment un étranger peut-il se rendre dans les zones fermées de Russie?

Les variations

Pont sur la rivière Narva et forteresse d'Ivangorod, à la frontière russo-estonienne

Je voyage beaucoup à travers la Russie et lorsque les gens m’interrogent au sujet de mon expérience des zones frontalières, je pense à trois endroits en particulier.

Le premier est Ivangorod, à la frontière russo-estonienne – c'est une étape sur la route depuis Saint-Pétersbourg, où j'habite, vers l'Estonie, en Union européenne. C'est une petite ville de 11 000 habitants et la frontière est très fréquentée par les Russes ethniques qui vivent dans l'État balte.

Beaucoup de gens passent à la douane chargés de produits, les font passer à quelqu'un de l'autre côté puis repartent. Beaucoup d'autres viennent (d'un côté ou de l'autre) pour admirer la célèbre forteresse d’Ivangorod. Les étrangers se font parfois arrêter pour demander s'ils vont jusqu'au bout, mais souvent personne ne demande rien du tout.

La deuxième zone est le Caucase, une chaîne de montagnes formant une frontière naturelle entre la Russie et la Géorgie et qui sépare la région en deux parties, le Caucase du Nord et le Caucase du Sud. Cela signifie que certaines des plus belles vues, celles qui sont les plus proches des sommets, se trouvent littéralement à la frontière. Comme il est incroyablement compliqué de passer en Géorgie (ou en Azerbaïdjan, si vous êtes au Daghestan) sans équipement d'alpinisme, la règle des 5 km est moins strictement appliquée.

Si c'était le cas, les étrangers ne pourraient pas se rendre au mont Elbrous, la plus haute montagne d'Europe (et une énorme source de revenus locaux), parce que la route qui y mène se trouve à l'intérieur de la bande des 5 km. Cependant, dans d'autres endroits où les cols ou les chutes d'eau sont plus accessibles, on vous demandera de présenter votre permis ou de vous rendre dans les capitales régionales comme Vladikavkaz pour en obtenir un.

Patrouille de gardes-frontières dans la zone frontalière d'Oust-Koksa, dans l'Altaï

La troisième zone est la république de l'Altaï. Je l'ai traversée en stop pendant l'été 2020, car c'était l'un des seuls (et des plus sûrs) endroits ouverts pendant la pandémie de Covid-19. J'ai fait un détour pour aller voir le mont Beloukha, la plus haute montagne de Sibérie, qui se trouve dans la zone des 5 km, mais je n'avais pas prévu de m'en approcher autant. Cependant, alors que j'étais encore à quelques heures de là, j'ai été arrêté par la police des frontières. L’on m’a alors expliqué que j'étais déjà entré dans la zone et que je devais me rendre au bureau du FSB à Oust-Koksa, tout près, pour un entretien. La frontière la plus proche, avec le Kazakhstan, à l'ouest, se trouvait à plus de 50 km.

Il s'est avéré que la confluence des frontières kazakhe, chinoise et mongole méritait un cas particulier, où toute la région d'Oust-Koksa était considérée comme une zone frontalière. Il n'y avait aucun panneau annonçant cela et la première personne qui m’en a informé a été l'officier qui m'a donné le ticket pour mon entretien.

Lire aussi : Comment visiter la République de l’Altaï comme un véritable aventurier?

Ce que les voyageurs peuvent faire

Point de passage frontalier piéton Narva-2, à la frontière russo-estonienne

J'ai survécu à mon entretien avec le FSB (je suis heureux de le rapporter) et j'en suis ressorti avec quelques idées.

Tout d'abord, et c'est peut-être le plus frustrant, il n'existe pas de ressource unique que les voyageurs peuvent utiliser pour savoir quelles règles frontalières sont appliquées dans quelles zones. Et même s'il y en avait une, les règlements ne seraient peut-être pas appliqués de manière cohérente. Il se peut qu’il y ait peu d'indicateurs permettant de savoir que vous vous approchez d'une zone réglementée avant que vous n’y soyez réellement entré. Vous devrez donc faire les recherches vous-même si vous souhaitez explorer les zones proches d’une frontière.

Ensuite, sachez que parfois la zone restreinte est limitée à 5 km et d'autres fois, c'est tout le district (« raïon » en russe). Ce n'est pas aussi important dans la partie européenne de la Russie, car les districts sont généralement petits. En revanche, dans les régions de l'Oural, de la Sibérie ou de l'Extrême-Orient, les districts peuvent être plus vastes que certains pays européens. Avant de quitter votre domicile, vérifiez donc si les sites que vous prévoyez de visiter se trouvent dans un district frontalier et renseignez-vous sur les règles locales.

Contrôle dans l'Altaï

Enfin, renseignez-vous auprès des agences de tourisme spécialisées dans les régions que vous comptez visiter. Vous pouvez essayer d'obtenir un permis frontalier par vous-même auprès du bureau local du FSB (contactez-les d'abord en ligne, puis vérifiez leur réglementation), mais à moins d'avoir une certaine expérience et de parler couramment le russe, cela peut être un casse-tête. Les entreprises touristiques ont une relation de longue date avec la police des frontières et elles peuvent souvent vous obtenir un laissez-passer en peu de temps – moyennant des frais, bien entendu.

Mais toute cette bureaucratie ne doit pas vous arrêter – certains des endroits les plus formidables de Russie sont nichés le long de la frontière, et avec un peu de chance et de préparation, vous aurez tout ce dont vous avez besoin pour poursuivre votre exploration.

Dans cet autre article, découvrez à quoi ressemble la vie dans les régions frontalières de Russie, qu’il s’agisse de la Finlande ou du Kazakhstan.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies