Taïmyr, Tchoukotka… Comment un étranger peut-il se rendre dans les zones fermées de Russie?

Getty Images
Pour visiter le plateau de Poutorana ou les îles Wrangel perdues au milieu des glaces, un simple visa ne suffira pas.

Vous rêvez de voir des ours polaires sur la banquise et d’admirer les aurores boréales et vous faites déjà votre valise ? Avant de partir en Russie, vérifiez si les destinations de votre itinéraire ne figurent pas sur la liste des territoires pour lesquels vous devez obtenir un permis spécial.

Territoires à visite réglementée

Commençons par l’essentiel : vous ne pourrez tout simplement pas vous rendre sur le plateau de Poutorana ou dans la Tchoukotka. Avec le transport, aucun problème : les avions volent, les navires sillonnent l'océan Arctique. Mais vous ne pourrez pas quitter votre avion si vous n’avez pas l’autorisation de visiter ces territoires, tandis que certaines compagnies aériennes ne vous vendront même pas de billet.

>>> Prisons ou havres de paix: à quoi ressemble la vie dans les villes fermées de Russie?

Le fait est qu’il existe en Russie des villes et même des régions tout entières dont la visite est restreinte pour les étrangers. Et il ne s’agit pas seulement des zones frontalières ou des villes industrielles et militaires fermées - il est presque impossible d'accéder accidentellement à de tels endroits. La liste des territoires à visite réglementée comprend également des régions du Grand Nord attrayantes pour les touristes, où vous pourrez voir la nature sauvage de la Russie.

Ces lieux comprennent :

- la péninsule de Taïmyr (comprenant la ville de Norilsk et le célèbre plateau de Poutorana) ;

- Toute la région autonome de Tchoukotka (sa capitale est Anadyr ; les principales attractions sont les îles Wrangel, l’Allée des Baleines, la Terre François-Joseph, le parc national Bereguinia, le cap Dejnev;

- La plupart du Kamchatka (y compris le volcan Klioutchevskoï).

Et ce n’est pas tout, il existe des endroits de ce type dans 18 régions russes (liste complète en russe), de la région de Kaliningrad à l’Extrême-Orient. Même si un étranger n'a pas besoin de visa pour la Russie (par exemple, s'il arrive sur un bateau de croisière et reste trois jours), il doit tout de même recevoir une autorisation pour visiter ces territoires.

>>> Les 100 plus beaux lieux de Russie en images

Comment obtenir la permission d'entrer

Si vous venez pour le travail ou rendre visite à de la faille, le permis d'entrée vous sera délivré par votre hôte au bureau du FSB ou à l'administration municipale.

Votre hôte devra vous recevoir à l'aéroport ou à la gare et s’assurer que vous ne quittez pas les frontières « autorisées ».

Par exemple, vous êtes venu à Norilsk pour le travail et souhaitez visiter le plateau de Poutorana en tant que touriste, ou vous voulez aller d'Anadyr au parc Bereguinia... Vous devrez vous rendre aux bureaux de ces réserves et recevoir un laissez-passer supplémentaire en tant que touriste.

Si vous êtes un simple voyageur, il est préférable de contacter une agence de voyage russe qui propose des visites de cette région. Dans la plupart des cas, seules les agences de voyages autorisées peuvent organiser l'entrée des touristes étrangers.

La planification de votre voyage doit avoir lieu à l'avance : il faut au moins un mois pour émettre un permis et, dans certains cas, jusqu'à six mois, selon les employés des agences de voyages.

>>> Comment survivre face au vent le plus violent de la planète, le Ioujak?

« Au cours des cinq à six dernières années, nous avons constaté un intérêt croissant parmi les étrangers originaires d’Allemagne, de Suisse, d’Italie, de Norvège, de Grèce et de Pologne, a déclaré Anna Cheller de l’agence de voyages Sayanring. Mais la complexité du tourisme réside dans le fait qu’on ne peut pas accorder l’autorisation ou la délivrer à la veille du départ, ce qui rend les gens nerveux ».

Que se passe-t-il si vous arrivez sans permission?

Même si vous pouvez vous rendre au bon endroit, il est fort probable que vous ne pourrez pas sortir de l'aéroport et qu’on vous proposera de prendre un vol retour. Au début des années 2000, des étrangers ont été expulsés aux frais des compagnies aériennes qui leur avaient vendu des billets sans vérifier les autorisations d'entrée, mais il est désormais peu probable que vous puissiez même acheter un billet. Le problème est que dans de nombreuses villes du nord du pays, on peut attendre pendant longtemps un vol de retour. Très longtemps. Et on ne sait jamais quand il y aura des sièges libres. En outre, le contrevenant s'exposera à une amende de deux à dix mille roubles (27-136 euros), selon son lieu de résidence, et à des problèmes d'obtention d'un visa pour la Russie lors de votre prochaine venue.

Pourquoi la Russie est-elle si impressionnante ? Pour savoir la réponse jetez un œil à notre publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies