Spectaculaire tour d’horizon des dix lacs les plus profonds de Russie

Kristina Makeeva/Legion Media
Ce qui est étonnant au sujet de ces plans d’eau n’est pas seulement leur taille, mais aussi les fascinantes légendes qui y sont associées.

1. Le Baïkal

Profondeur maximale – 1 642 mètres

Profondeur moyenne – 744 mètres

Rien de surprenant à ce que la « Perle de Sibérie » soit inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO – le lac Baïkal bat les records dans presque toutes les catégories. Il s’agit du lac le plus profond de la planète, ainsi que de la plus grande réserve d’eau douce au monde, avec environ 20% de celle disponible sous forme liquide sur Terre.

Sa superficie est par ailleurs de 31 722 kilomètres carrés, soit plus que la Belgique ou que la péninsule de Crimée. La Bretagne à cinq départements dépasse quant à elle à peine ce chiffre. La faune et la flore du Baïkal sont également uniques, de nombreuses espèces d'animaux, de crustacés et de plantes y étant endémiques.

Le Baïkal se situe en Sibérie orientale et fait office de frontière naturelle entre la région d’Irkoutsk et la République de Bouriatie.

2. La mer Caspienne

Profondeur maximale – 1 025 mètres

Profondeur moyenne – 298 mètres (sa partie nord ne fait cependant qu’entre 4 et 25 mètres de profondeur)

Malgré le fait que la Caspienne soit appelée mer, elle est en réalité un lac, qui plus est le plus vaste de la planète (371 000km²), autrement dit, il pourrait accueillir presque l’ensemble du Japon.

Pas un seul fleuve ne prend sa source dans la Caspienne et elle n’est pas liée aux océans du monde. Cependant, plusieurs rivières s'y jettent, à l’instar de la Volga, de l'Oural et du Terek. En raison de cet afflux d’eau douce, la Caspienne n’est que légèrement salée : à titre de comparaison, la salinité moyenne de l'océan Atlantique est de 35% et celle de la mer Caspienne de 12%.

>>> Silent Hill & Game of Thrones: ces lieux de Russie idéals pour tourner le remake d’œuvres cultes

La Caspienne est en outre l'habitat du plus grand nombre d'espèces d'esturgeons au monde et représente donc 90% de la production mondiale de caviar.

Située dans le sud de la Russie, son littoral est aussi partagé avec le Kazakhstan, l'Iran, le Turkménistan et l'Azerbaïdjan.

3. Le Khantaï

Profondeur maximale – 420 mètres

Profondeur moyenne – 74 mètres

Il s’agit d’un lac relativement petit, avec une superficie de seulement 880 km², et peu connu, même en Russie. Il est situé dans le nord de la Sibérie, sur la péninsule de Taïmyr, au-delà du cercle polaire arctique, dans la zone de pergélisol. L'eau de fonte de la neige représente la moitié du volume du lac, tandis que plusieurs rivières y affluent.

Le lac est en outre relié à l’Ienisseï, plus grand fleuve de la vaste région de Krasnoïarsk. Ses eaux alimentent en effet le lac Maloïé Khantaïskoïé (Petit Khantaï) lui-même relié au fleuve par le biais d’une rivière.

La faune est ici pauvre et les propriétés de l'eau n'ont pas encore été très bien étudiées en raison de la difficulté d'accès. Il n’est en effet possible de s’y rendre que par hélicoptère et seules quelques expéditions ont été organisées en ce lieu, principalement par des hydrogéologues ayant étudié le bassin glaciaire dans lequel se trouve le lac.

4. Le Koltsevoïé

Profondeur maximale – 369 mètres

Profondeur moyenne – inconnue

Ce lac est situé dans l’archipel des Kouriles (entre la Russie et le Japon), et plus précisément sur l’île inhabitée d’Onekotan, rattachée administrativement à la région de Sakhaline. Il s’agit en réalité de la caldeira d’un volcan éteint, c’est pourquoi il possède une forme ronde si régulière et qu’il porte le nom de Koltsevoïé (Annelé). Le cône du volcan, le pic Krenitsyne, s'élève d’ailleurs pittoresquement hors de ses eaux.

La profondeur du lac n'a été mesurée qu'au cours des 20 dernières années, lors d'une importante expédition de volcanologues et de géologues vers les Kouriles.

>>> Les 100 plus beaux lieux de Russie en images

5. Le Teletskoïé

Profondeur maximale – 325 mètres

Profondeur moyenne – 174 mètres

Autre lac figurant sur la liste de l'UNESCO et sorte de petit Baïkal, le lac Teletskoïé se trouve dans les montagnes de l'Altaï. Il est considéré comme l'une des destinations touristiques les plus populaires de la région. Le lac compte de nombreuses îles, baies, grottes et cascades, tandis que ses rives sont parsemées de conifères, tels que des cèdres, sapins blancs, épicéas et pins.

La superficie du lac est de 233 km² et la rivière Biia, un affluent du fleuve Ob (qui se jette quant à lui dans la mer de Kara), prend sa source ici. Un grand nombre d’autres cours d’eau s’y déversent, dont le plus important est le Tchoulychman, qui fournit l'essentiel du volume du lac.

6. Le Kourile

Profondeur maximale – 316 mètres

Profondeur moyenne – 195 mètres

Ce lac rocheux de la péninsule extrême-orientale du Kamtchatka, s’est formé dans la caldera de l’un des nombreux volcans de cette dernière. La région entière s’impose comme un sanctuaire de la faune sous la protection de l'UNESCO, tandis que le lac est la source de la rivière Ozernaïa, qui se jette dans la mer d’Okhotsk.

Au bord du Kourile se trouvent de multiples sources minérales chaudes et s’il est possible de rencontrer un ours brun venant pêcher ici, ce n’est pas un hasard, un grand nombre de saumons rouges se reproduisant dans le lac.

>>> Les cinq fleuves les plus étonnants de Russie

7. Le Nijniéïé Golouboïé

Profondeur maximale – 279 mètres

Profondeur moyenne – inconnue

À la suite d’un effondrement de roche calcaire, cinq lacs karstiques sont apparus simultanément. Le plus pittoresque d'entre eux et le plus profond est le Nijniéïé Golouboïé (Inférieur Bleu).

Ce phénomène naturel curieux se situe dans la République de Kabardino-Balkarie, dans les montagnes du Caucase. Dans la langue locale des Balkars (une langue turcique), le lac Golouboïé se nomme Tserik-Kel, ce qui signifie « Lac Pourri ». Cette appellation peu élogieuse vient de l'odeur désagréable d'hydrogène sulfuré qui s’en dégage. Le sulfure d'hydrogène est toutefois justement ce qui donne à l'eau sa couleur aigue-marine. Cela empêche cependant les poissons d'y vivre.

Les profondeurs du lac et de toutes ses grottes subaquatiques n'ont pas encore été complètement explorées, et son histoire est pleine de mythes : un dragon vaincu, l'armée d'Alexandre le Grand et la cavalerie de Tamerlan s’y seraient noyés

8. Le Ladoga

Profondeur maximale – 230 mètres

Profondeur moyenne – 51 mètres

Il s'agit du deuxième plus grand lac d'eau douce de Russie après le Baïkal (sa superficie est de 17 700 km²) et du plus vaste d’Europe. Le Ladoga est partagé entre la République de Carélie et la région d'Arkhangelsk, tandis que le fleuve le plus connu de Saint-Pétersbourg, la Neva, y prend sa source pour ensuite se jeter dans le golfe de Finlande.

>>> Curiosités géographiques: en quoi la Russie est-elle si unique?

L’archipel de Valaam, célèbre pour ses monastères et églises, s’y trouve également. Selon la légende,  cet endroit aurait même été béni par l'un des apôtres de Jésus-Christ, Saint André.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Ladoga est devenu la « Route de la vie » : le lac recouvert de glace offrait un accès à Leningrad depuis la rive opposée pendant le siège de la ville, permettant ainsi partiellement l'évacuation de ses habitants et leur approvisionnement.

9. Le Noïon-Khol

Profondeur maximale – 225 mètres

Profondeur moyenne – inconnue

Le Noïon-Khol est un lac d'origine glaciaire et l'un des nombreux plans d’eau du bassin de la Todja, dépression située entre les crêtes des monts Saïan.

Il est situé dans la République de Touva, contrée des chamans et des nomades. Les Touvains appelaient autrefois leurs princes « noïon », et le nom du Noïon-Khol signifie donc « Lac du Prince » dans leur langue.

Selon une légende locale, le lac renfermerait son propre monstre du Loch Ness – une sorte de baleine noire laissant des traces sur ses rives.

10. Le Lama

Profondeur maximale – 208 mètres

Profondeur moyenne – inconnue

Ce lac d’origine tectonique (c’est-à-dire qu’il a pris naissance dans un passé lointain à la suite d’un déplacement des plaques tectoniques) est situé à 64 kilomètres de la ville de Norilsk, au-delà du cercle polaire arctique. Il s’étend dans un endroit unique et inaccessible, le plateau de Poutorana.

La profondeur du Lama n'a d’ailleurs pas été complètement étudiée. L’encyclopédie Les eaux de la Russie indique que, selon certaines données, elle atteint un maximum de 208 mètres, néanmoins, selon d'autres sources, elle dépasserait les 600 mètres (ce qui en ferait le troisième lac le plus profond de Russie après le Baïkal et la Caspienne). La transparence de l'eau y atteint quant à elle les 7 mètres. Certes, il est toutefois peu probable que vous y plongiez, car même en juillet, la température de l'eau ne dépasse jamais les 6-7°.

Dans cet autre article, nous vous présentons les huit volcans les plus dangereux de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies