Les cinq fleuves les plus étonnants de Russie

Legion Media
Pour voir quatre d’entre eux, vous devrez vous rendre en Sibérie - seule la Volga coule en Russie européenne.

Le refrain de l’une des chansons de Lioubè - groupe musical préféré de Vladimir Poutine - dit : « Entre la Volga et l’Ienisseï, impossible de mesurer à pied les kilomètres. Entre la Volga et l’Ienisseï, [s’étend] la Russie, ma Russie ». Or, les autres fleuves du pays méritent eux aussi une chanson ou, au moins, un article. Corrigeons donc cette injustice.

Léna

Fleuve le plus long de Russie, la Léna s’étend sur 4 400 km. Elle prend sa source non loin du lac Baïkal, traverse la région d’Irkoutsk et le pergélisol de Iakoutie pour terminer sa course dans la mer des Laptev, dans l’océan Arctique. À titre de comparaison, le Danube - le fleuve le plus long du « Vieux continent » - ne fait « que » 2 860 km.

Durant l’hiver, la Léna se couvre de glaces épaisses, qui pendant la période de la fonte forment souvent des glaces dérivantes. Et bien que la glace ne disparaisse que vers le milieu de l’été, la Léna reste la principale voie de transport de Iakoutie. Qui plus est, deux navires de croisière circulent sur ses eaux.

En passant, Léna - diminutif d’Elena - est un nom très populaire en Russie.

Lire aussi : Curiosités géographiques: en quoi la Russie est-elle si unique?

Avec sa superficie de 2,99 millions de km2 (supérieure à celle de l’Argentine), le bassin versant de l’Ob est le plus important du pays. Le cours principal de ce fleuve atteint 3 650 km, quant à son principal affluent, l’Irtych, il dépasse la longueur de l’Ob de près de 600 km.

Ce fleuve prend sa source dans les montagnes de l’Altaï et coule, en zigzagant, à travers la Sibérie occidentale pour se jeter dans la mer de Kara.

Afin de découvrir l’Ob dans toute sa splendeur, nous vous conseillons d’aller à Novossibirsk, troisième ville du pays en termes de la population. Sur les rives de ce fleuve se dressent en outre de telles grandes villes que Barnaoul, Sourgout, Salekhard, etc.

Lire aussi : Les sept des plus beaux animaux de Russie

Ienisseï

Autre merveille sibérienne, l’Ienisseï est un fleuve de 3 487 km (5 500, si on prend en compte tous ses affluents). On considère que ce cours d’eau constitue une frontière naturelle divisant la Sibérie occidentale et orientale. Tout comme l’Ob, il se jette dans la mer de Kara. Quant à sa source, il la prend dans la terre des chamans qu’est le Touva, ce centre géographique de l’Asie.

C’est depuis la ville sibérienne de Krasnoïarsk que s’ouvre une des plus magnifiques vues sur ce fleuve. Il possède plusieurs îles et celle située à l’intérieur de cette ville est tellement grande qu’elle accueille un stade tout entier.

Lire aussi : La beauté gelée de la rivière sibérienne

L’Ienisseï se nourrit des eaux du Baïkal à travers son principal affluent, l’Angara, qui est l’unique rivière issue du célèbre lac.

Volga

Avec ses 3 531 km, la Volga est le plus long fleuve d’Europe, mais aussi le cours d’eau le plus populaire du pays, si bien qu’en Russie on l’appelle souvent la « mère ». On n’exagérera point si on affirme que par le passé, il a nourri la moitié du pays. Sur les rives de la Volga ont vu le jour un grand nombre de villes, dont de véritables perles architecturales. C’est toujours le long de son cours qu’ont été érigées quatre villes de plus d’un million d’habitants - Kazan, Nijni Novgorod, Samara et Volgograd.

Si vous ne savez pas sur quelle ville arrêter votre choix, prenez un navire à Iaroslavl et visitez plusieurs cités de l’Anneau d’or.

Lire aussi : Dix scènes de la vie provinciale sur la Volga

Il serait difficile d’énumérer l’ensemble des œuvres d’art russes dédiées à ce grand fleuve qui prend sa source dans la région de Tver et déverse ses eaux dans la mer Caspienne et sur les rives duquel ont passé leur jeunesse de tels hommes de lettres qu’Alexandre Ostrovski et Maxime Gorki.

Amour

Ce fleuve extrême-oriental naît à la frontière avec la Chine de la réunion entre la Chilka et l'Argoun. Se prolongeant sur 2 824 km, il se jette dans le détroit de Tartarie, sur la mer d'Okhotsk, en face de l'île de Sakhaline.

Bordant des villes telles que Blagovechtchensk et Khabarovsk, l’Amour traverse aussi des territoires chinois et mongols et ses eaux abritent une multitude de poissons, certains ne se trouvant nulle part ailleurs.

Lire aussi : Cinq aventures culinaires sur l’Anneau d’Or de Russie

L’une des principales merveilles de l’Amour est le pont de Khabarovsk qui fait partie de la voie ferrée transsibérienne. Cette construction bâtie en 1916 est aujourd’hui représentée sur les billets de 5 000 roubles.

Bonus - le Don

Comparé aux géants sibériens et à la Volga, le Don peut paraître un petit ruisseau. Il s’agit tout de même du cinquième plus long fleuve d’Europe. Prenant sa source dans la région de Toula, à 200 km de Moscou, il se jette dans la mer d’Azov dans le sud du pays. Sur son delta a été érigée l’une des plus grandes villes du pays - Rostov-sur-le-Don.

Pourquoi la Russie est-elle si impressionnante ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies