Tout ce qu’il faut savoir avant d’explorer la pittoresque république d’Ossétie du Nord

Markelov/Sputnik
Cette république caucasienne frontalière de la Géorgie vous réserve bien des surprises au milieu de ses montagnes. Voici pourquoi elle est à inscrire au plus vite sur votre carnet de route pour les prochaines vacances!

À deux heures de vol de Moscou

Les liaisons aériennes entre Moscou et Vladikavkaz, capitale de l’Ossétie du Nord, sont régulières et atteindre cette république du Caucase n’est donc aucunement un problème. Qui plus est, le temps de trajet est relativement court, puisqu’il s’élève à 2h20, pour une distance de 1 503 kilomètres.

Enrichissante solitude

À moins de vous faire accompagner, vous devriez pouvoir profiter d’être seul avec vous-même au cours de ce séjour. En effet, en semaine, les rues de Vladikavkaz sont presque désertes, la cité comptant pourtant un peu plus de 300 000 habitants. Ainsi, ne soyez pas étonné d’être le seul client d’un café du centre-ville. Une opportunité parfaite pour prendre du recul sur votre vie !

Dans la province ossète, vous croiserez encore moins de monde. Si vous angoissez en situation de solitude, venez-y donc avec des amis !

>>> Les Ossètes, un bastion de créativité et de résilience dans le Caucase

Envoutante campagne

La campagne ossète est incroyable. Virtuellement, il existe uniquement deux véritables routes conduisant au sud depuis Vladikavkaz, l’une menant à l’Ossétie du Sud, l’autre à la Géorgie. Le paysage est principalement dominé par des forêts de conifères, des montagnes escarpées et des pistes sinueuses. Le charme indéniable de la nature est réellement apaisant et transforme immanquablement tout déplacement en périple mémorable.

Non loin de Vladikavkaz se trouve par ailleurs la station de ski Tseï qui, bien que modeste et encore peu développée, aura de quoi satisfaire les amateurs de glisse pas trop exigeants.

Sécurité et animaux sauvages

L’insécurité est ici bien moins un problème que dans les républiques voisines de Tchétchénie et du Daghestan, où les points de contrôle armés sont fréquents. Se promener en ville la nuit est sans danger et la campagne est bien trop déserte pour être concernée par de telles préoccupations.

>>> La beauté secrète des montagnes d’Ossétie

Les animaux sauvages peuvent toutefois occasionnellement représenter une menace en cas de non-respect des règles de conduite dans la nature. Loups, ours et léopards sont il est vrai susceptibles de venir au contact de l’homme, mais cela se produit tout de même rarement, puisqu’ils préfèrent généralement prendre la fuite.

Omniprésence de Staline

L’Ossétie du Nord est parsemée d’allusions de toutes sortes à Joseph Staline. Il est commun d’apercevoir son portrait représenté sur les pentes des montagnes, dans des minibus ordinaires, tandis que des livres à son sujet sont vendus partout et que des monuments à son effigie se dressent ici et là.

Pour un Russe moyen, ce culte de Staline peut paraître quelque peu étrange, voire même inapproprié. La plupart des Ossètes du Nord néanmoins le respectent et perpétuent d’ailleurs le mythe selon lequel Staline aurait lui-même été Ossète. Aussi, bien que les historiens rejettent cette théorie, cette puissante figure historique reste chérie dans l’esprit collectif local.

Non loin de Vladikavkaz se trouve Dargavs, la « Cité des morts », un endroit à la beauté à la fois glaçante et indubitable.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies