Trois villes russes sous-estimées mais riches d’histoire et de paysages époustouflants

Malgré leur proximité avec Moscou, les noms de ces villes ne vous disent probablement pas grand-chose. Pourtant, elles valent autant le coup d’être visitées que les destinations les plus touristiques de Russie.

Torjok

Avec ses 50 000 habitants, on ne peut pas vraiment dire qu’il s’agit d’une grande ville. Elle compte cependant des centaines de monuments historiques et de sites architecturaux remarquables.

Le nom de cette cité située entre Moscou et Saint-Pétersbourg vient du mot russe « torg » qui signifie « lieu de commerce ». En effet, elle se trouve idéalement au carrefour de grands axes commerciaux et est riche d’une histoire qui fascinera tous ceux s’intéressant au passé de la Russie.

>>> Plios, tomber amoureux de la province russe

À ses débuts (la ville est mentionnée pour la première fois dans des chroniques de la moitié du XIIème siècle), elle était profondément liée au centre du commerce de la Russie médiévale, la ville-État de Novgorod. Au-delà de ces privilèges, sa position lui a cependant également apporté beaucoup de malheurs puisqu’elle était souvent la cible d’attaques de seigneurs russes et étrangers qui souhaitaient atteindre la prospère et puissante Novgorod. Par la suite, la chance a à nouveau souri à Torjok au début du XVIIIème siècle puisque, après la construction de Saint-Pétersbourg, la ville s’est trouvée sur la route liant l’ancienne et la nouvelle capitale.

Torjok attire les visiteurs notamment par ses nombreux édifices religieux. La cathédrale de la Transfiguration du Sauveur a par exemple été reconstruite selon un plan du célèbre architecte Carlo Rossi. Le monastère des Saints-Boris-et-Gleb aurait quant à lui été fondé bien avant, en 1083. L’un des monuments phares de la ville reste toutefois l’église de l’Ascension, bâtie entièrement en bois au milieu du XVIIème siècle. L’Église orthodoxe russe  est par ailleurs l’un des principaux clients de la broderie de Torjok aujourd’hui.

On dit également que Torjok, avec ses paysages éblouissants sur la rivière, son ancienne architecture et sa riche histoire, s’impose en réalité comme une miniature de la Russie.

Kassimov

Au cœur de la Russie, dans la région de Riazan (à seulement 200 kilomètres au sud-est de Moscou) résident des représentants d’une culture très différente, musulmane, ayant vécu et régné pendant des dans les environs siècles. Il s’agit des alentours de Kassimov, petite cité sur les berges de la rivière Oka. Elle regroupe toutes les caractéristiques d’une ville de province russe ordinaire : une place de marché au centre, des églises orthodoxes de différentes époques, de vieilles maisons et magasins de commerçants. Mais ce n’est pas tout. La ville abrite également la mosquée du Khan et son minaret datant du XVème siècle ainsi que les deux mausolées du Khan, insolites pour la Russie centrale.

>>> Toropets, une ville entre lacs, églises et légendes

Pendant 200 ans, la région a été appelée Khanat de Qasim. Son histoire remonte au milieu du XVème siècle, quand elle a intégré pour la première fois le territoire de la principauté de Moscou. Le seigneur de cette dernière a alors été forcé de choisir entre céder ce territoire au Khan tatar Qasim ou lui accorder la possibilité d’y bâtir un État tampon entre Moscou et son voisin belligérant, Kazan (aujourd’hui capitale du Tatarstan). Le Khanat de Qasim est donc devenu un État vassal de Moscou et n’a cessé d’exister que dans les années 1680.

Il y a un autre détail particulier concernant ce lieu : un des dirigeants du Khanat de Qasim, Simeon Bekboulatovitch, a officiellement été fait tsar de Russie en 1575, à l’initiative d’Ivan le Terrible. Simeon s’est en effet installé sur le trône, mais le pouvoir est resté entre les mains d’Ivan, une situation certes bizarre mais qui a duré près d’un an avant qu’Ivan ne mette fin à cette comédie et ne reprenne son titre officiel en remerciant généreusement son « suppléant » pour ses loyaux services.

Au-delà des monuments de l’époque du Khanat, la ville abrite également un nombre de belles églises orthodoxes du XVIIème siècle ainsi que de sublimes panoramas sur la rivière Oka.

Gorokhovets

Cette ville de 15 000 habitants, située à 300 kilomètres à l’est de Moscou et probablement méconnue de la majorité des Russes, a récemment été nommée « perle historique de la Russie ». C’est par ce biais que le président Poutine a félicité les habitants de Gorokhovets à l’occasion du 850ème anniversaire de la cité.

Et ce n’est pas une surprise, la ville étant en effet un très bel endroit. Elle offre une magnifique  vue sur les environs depuis les hauteurs de la « montagne » de Poujalova. Il existe même une légende au sujet de cette dernière narrant de l’invasion tatare survenue ici. Prêts à attaquer, ils auraient à leur arrivée aperçu l’imposant fantôme d’un chevalier tenant dans sa main une épée au sommet de la montagne. Ils auraient alors préféré ne pas tenter leur chance et se seraient retirés. C’est pourquoi la hauteur aurait par la suite été surnommée l’« effrayante ».

>>> Bienvenue à Izborsk, l'une des plus anciennes villes de Russie

En outre, le centre-ville est une concentration de monuments architecturaux exceptionnels : deux églises orthodoxes et trois somptueux monastères. On y observe également un grand nombre de demeures de commerçants des XVII et VIIIème siècles. Gorokhovets abrite enfin des maisons en bois dans le style Art Nouveau, qui sont tout simplement sublimes. Le qualificatif de « perle » n’est donc probablement pas une grande exagération.

Dans cet autre article nous vous expliquons pourquoi il est absolument nécessaire que vous parcouriez l’Anneau d’or de Russie. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies