Les lieux touristiques les plus décevants de Moscou, du Kremlin au Bolchoï

Moskva Agency
Certaines de nos attractions touristiques ne sont pas à la hauteur de nos attentes. Réfléchissez à deux fois si vous ne souhaitez pas dépenser votre temps précieux pour une réception tiède et des impressions médiocres.

Le Kremlin de Moscou

À première vue, le Kremlin de Moscou, cela pourrait être une forteresse européenne médiévale classique avec des passages tortueux, une vue splendide depuis ses murs et des trésors cachés à l'intérieur d'anciennes chambres. Tout est vrai, sauf que vous ne verrez probablement pas tout cela.

Premièrement, vous aurez besoin de différents types de billets pour entrer dans le Kremlin, voir ses cathédrales, son Palais des armures et le clocher d’Ivan le Grand. Il est assez difficile de pénétrer dans le Palais des armures sans réserver au préalable en raison de l'afflux de visiteurs ; il en va de même pour les cathédrales de la Dormition, de l'Annonciation et de l'Archange, qui peuvent être fermées en raison des conditions météorologiques. Le Palais à facettes n’est ouvert que sur demande, et le palais historique des Terems est la résidence officielle du président. Il n’y a donc pas de touristes ici, désolé. Le territoire du Kremlin est placé sous haute sécurité - le président et le gouvernement de la Russie y tiennent constamment des réunions. Vous n’aurez donc pas accès aux murs du Kremlin et au jardin si des pourparlers sont en cours. Et les heures d’ouverture complexes du Kremlin coïncident avec les heures les plus chargées de Moscou : de 10 heures à 17 heures.

Lire aussi : Moscou: quatre lieux à côté desquels les visiteurs passent trop souvent sur la rue Arbat

Le mausolée de Lénine

L’entrée pour voir le corps du révolutionnaire le plus préservé du monde, Vladimir Lénine, est gratuite. Mais les réjouissances s’arrêtent là…

Le mausolée est ouvert du mardi au dimanche (oups, mais fermé le vendredi) pendant trois heures seulement, de 10h à 13h. Après avoir franchi les détecteurs de métaux et laissé vos bagages dans un casier (cette fois-ci, vous devrez payer), vous arriverez au corps - mais oubliez Instagram, aucune photographie n’est autorisée à l’intérieur. Les mesures antiterroristes sont là pour une raison simple - il y a eu plusieurs attaques contre le corps ; à l’intérieur, vous devrez avancer rapidement et n’aurez presque aucune chance de contempler le corps du père de la révolution : le mausolée est sous le contrôle du Service fédéral de sécurité, alors suivez le rythme, camarade. Et en passant, il est obligatoire de retirer son chapeau à l'intérieur de ce bâtiment culte, c'est un mausolée, après tout, pas une crypte de rien du tout. Oh, et la plus triste nouvelle est que Lénine est toujours mort.

Rue Tverskaïa

La rue centrale de Moscou, parsemée de grandes surfaces et de cafés (pas très cosy), abrite des monuments à Pouchkine et Maïakovski - nous avons même fait un article sur Tverskaïa, la rue la plus fréquentée de la ville. Tout le temps. Prenez une bonne bouffée de monoxyde de carbone et hurlez pour parler avec vos amis au milieu des coups de klaxon.

Lire aussi : Six lieux à Moscou qui, selon la superstition, porteraient chance

En ce qui concerne les boutiques, les plus chics se trouvent sur Tretiakovski Proezd et l’allée Stolechnikov, et vous trouverez des cafés beaucoup moins bondés et plus élégants sur les Etangs du patriarche, à quelques pas d’ici. Rappelez-vous également que beaucoup de touristes (russes compris) sont ici pour la même raison, ce qui fait flamber les prix dans les cafés de Tverskaïa. Enfin, Tverskaïa n’est pas la rue « principale » de Moscou - peut-être juste l’une d'entre elles. Une autre rue qui peut revendiquer ce statut, Arbat, ne vaut pourtant pas mieux…

Rue Arbat

Les guides affirment que l’Arbat est la principale rue touristique de Moscou, mais ils oublient de mentionner qu'elle a été construite ainsi délibérément il y a à peine 30 ans. C’est la raison pour laquelle elle est si peu naturelle : une vieille rue ordinaire, à l’instar de Porkrovka et de Marosseïka, a été rendue piétonne et regorge de boutiques de souvenirs et de restaurants américains criards.

Ajoutez à cela : des clochards odorants et désireux d’ « emprunter » de l'argent pour boire un coup ; les pires musiciens de rue (tous les « ménestrels » de rue débutants en Russie pensent qu’Arbat les propulsera au rang de célébrité), des souvenirs bling-bling qu’on ne trouve nulle part d’autre en Russie, parce qu’ils sont spécialement conçus pour la vente sur l’Arbat, du toc à bas prix, en d’autres termes.

Lire aussi : L’hôpital abandonné le plus effrayant de Moscou en treize photos

Le seul musée ici (Musée des horreurs et Musée du sexe exceptés) est le musée de la maison d’Alexandre Pouchkine (où le poète a passé quelques mois malheureux) surplombant un monument effrayant de Pouchkine et de sa femme rappelant les poupées qui surmontent les gâteaux de mariage. Une maison d'un étage et une église moscovite standard sont tout ce qui reste de la scène immortalisée par le peintre Vassilii Polenov dans la toile Un chantier à Moscou. Alors si vous voulez avoir un aperçu du vrai Moscou, aventurez-vous dans les allées latérales : elles sont authentiques, au moins.

Théâtre Bolchoï

Le nom « Bolchoï » est célèbre dans le monde entier. Les billets pour une représentation dans cet établissement emblématique sont très prisés, mais en valent-ils la peine ?

Le bâtiment du Bolchoï a été restauré à de nombreuses reprises et la dernière restauration fut la plus controversée : le nombre de sièges a été réduit de 2.100 à 1.700 ; les girandoles en bronze d'origine ont disparu, des moulages en plastique ayant pris leur place. Et ce ne sont pas les seuls problèmes.

Lire aussi : Cinq lieux de Moscou à visiter absolument

Alors que le prix de vente des billets pour le Bolchoï est fixé à 15 dollars, il peut atteindre en réalité des centaines, voire des milliers de dollars, à cause des revendeurs que l’administration du Bolchoï est incapable de contrôler. Les habitués disent aussi que l’écran des sous-titres est en partie masqué pour certains spectateurs à cause du lustre ; l'orchestre et la chorale sont assis derrière le public avec maladresse ; le système de ventilation bruyant gâche le son célèbre.

Si vous êtes un grand amateur d’opéra et de ballet, vous saurez probablement que certains autres théâtres de la capitale russe (par exemple le Théâtre de musique académique de Moscou ou le Théâtre d’opéra Novaïa) présentent souvent des spectacles tout aussi impressionnants. Il vaut donc la peine d’y jeter un œil.

Dans cet autre article, nous vous expliquons 10 superstitions russes à connaître absolument.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies