Oufa, capitale du Bachkortostan, contée par un Breton

Panorama de la ville depuis la colline dominée par la statue de Salavat Ioulaïev.

Panorama de la ville depuis la colline dominée par la statue de Salavat Ioulaïev.

Erwann Pensec
Bien que méconnue, Oufa peut se targuer de disposer de nombreux atouts touristiques, tant de par sa richesse culturelle et historique que de par l’accueil chaleureux de ses habitants. Russia Beyond vous immerge dans un court séjour au sommet des collines de cette cité bachkire.

Alors que m’attendait un long week-end, je ne parvenais pas à me décider quant à la façon de le mettre à profit pour découvrir un peu plus ce vaste pays qu’est la Russie. C’est à la veille du départ que, sur un coup de tête, mon choix s’est finalement porté sur Oufa (1 165 kilomètres au sud-est de Moscou), capitale de la République du Bachkortostan, dans le Sud de l’Oural.

Malgré une population de près de 1,1 million d’habitants, elle était à mes yeux une parfaite inconnue, d’autant plus qu’elle se fait bien discrète dans les médias russes. Il s’agit pourtant du cœur névralgique d’une région majoritairement musulmane à la culture et à l’histoire on ne peut plus riches : celles des Bachkirs, un peuple turc, quatrième ethnie de Russie, après les Russes, Ukrainiens et Tatars.

Un trajet haut en couleur

Confortablement installé dans le train couchette (4 198 roubles – 55 euros au départ de Moscou), je fais rapidement la connaissance de Maria, une quinquagénaire pleine d’énergie et aux dents en or, et d’un homme, fin connaisseur de la littérature et de l’aristocratie françaises, qui ne dévoilera pas son identité, mais qui se dit millionnaire et affirme posséder plusieurs appartements à Moscou et Riazan, sa destination. Maria est une femme pétillante, au regard vif et à l’entrain communicatif. À peine a-t-elle appris que je suis Français que le wagon tout entier en est mis au courant. Le comble ? Je ne suis pas marié. Ça aussi l’ensemble des passagers l’apprend sans tarder. Elle tente alors, avec le tact que l’on connaît des Russes, de créer un rapprochement entre moi et une demoiselle assise à proximité, après avoir elle-même précisé que si elle avait été plus jeune... Dans quelques mois Maria sera à la retraite et quittera la capitale russe pour rejoindre sa famille à Tcheliabinsk, cité célèbre pour son météore. Si elle est Gagaouze d’origine (et maîtrise ainsi 6 langues), elle a longtemps vécu au Kirghizstan et n’a que récemment reçu la citoyenneté russe (en dépit du fait qu’elle réside ici depuis bien longtemps), une grande fierté insiste-t-elle.

Pause en gare de Samara.

Lire aussi : Traversée de Russie en Lada: le rêve un peu fou de deux jeunes Français

Le lendemain matin nous marquons une pause en gare de Samara, l’occasion pour Maria de descendre sur le quai afin d’acheter du poisson séché et emballé dans du papier journal. Une tradition en voie de disparition me direz-vous ? Pas si sûr, une jeune fille, âgée de 24 ans, étudiante en biologie, en fait de même.

Après un déjeuner partagé avec Maria, voici que s’approchent de nous Ioulia, 10 ans, et sa mère, intriguées par la présence d’un Français dans le train. Malgré son jeune âge, Ioulia a une vie bien remplie : cours d’échecs, concours de chant, participation au camp international Artek, en Crimée, destiné aux enfants les plus brillants (au cours duquel elle a notamment été assise à côté de Vladimir Poutine, photographies à l’appui), présence à différents forums de grande ampleur, rédaction d’une brève mais pointue étude sociologique... L’un de ses rêves étant de visiter la France, elle me réclame un autographe, sur la deuxième de couverture d’un livre comprenant sa courte thèse. J’appose donc ma signature, ainsi qu’un petit mot, près de celle d’officiers de l’armée russe et d’autres grands noms du pays.

Depuis la fenêtre du wagon les paysages sont monotones mais apaisants.

Tous ensemble, nous discutons des beautés de l’Oural, et Ioulia et sa mère m’invitent à venir un jour découvrir la ville de Miass et ses alentours, non loin de Tcheliabinsk. En parallèle, nous contemplons les pittoresques villages et hauteurs environnantes parsemées ici et là de scintillantes torchères de puits de pétrole. Après 22 heures de trajet, vient le temps des aurevoirs. Ioulia et sa maman m’accompagnent dehors et m’offrent un carnet vierge que la fillette a reçu dans le cadre d’un important concours national. Me voici à Oufa, et suite à un dernier signe de la main à l’adresse de Maria à travers la fenêtre du wagon, je prends la direction de mon auberge de jeunesse (1 200 roubles – 16 euros pour trois nuits), enveloppé dans l’obscurité.

Lire aussi : Carnet de voyage: la Russie vue par un couple breton

Contrastes de l’identité bachkire

Le jour suivant, sac à dos équipé, je pars pour le Sud de la ville, afin d’y admirer l’un de ses principaux monuments, la statue de Salavat Ioulaïev, héros national bachkir, poète de la seconde moitié du XVIIIe siècle ayant pris part à la Guerre des Paysans russes (1773-1775). Son nom est partout : sur des plaques d’immatriculation, sur de nombreux établissements… même le club de hockey de la ville en a hérité.

Ici, tout est indiqué à la fois en bachkir et en russe, et souvent la langue locale est placée en première.

En chemin, je remarque que dans les rues tout est bilingue, russe et bachkir, des enseignes des magasins à la liste des arrêts sur les minibus, en passant par les plaques des rues. Je questionne alors une vieille femme passant par-là, lui demandant si beaucoup de personnes parlent la langue locale. Elle me répond qu’à son plus grand regret les locuteurs sont peu nombreux, mais qu’elle-même la maîtrise. C’est donc avec une pointe de déception que je reprends ma route.

J’arrive alors à l’extrémité de l’une des collines d’Oufa. En contrebas se trouve la rivière Belaïa, de laquelle me séparent des dizaines de petites maisons en bois, bâties de manières chaotique entre les broussailles et sentiers de terre. À peine ai-je commencé à m’y aventurer qu’une octogénaire, un seau à la main, m’aperçoit et vient à ma rencontre. Tiotia Liouda (Tata Liouda, diminutif de Lioudmila), comme elle se fait appeler, semble surprise de ma présence sur cette piste pentue et boueuse, un appareil photo à la main. Après avoir fait connaissance, elle m’invite à venir à l’arrière de sa bâtisse, afin que j’admire la vue qu’offre son jardinet. Celle-ci est en effet splendide, dégagée, et donnant sur le cours d’eau et l’horizon orné de centaines de maisonnettes au toit coloré. Cette vision doit être encore plus grandiose en été, lorsque le paysage est tout de vert vêtu.

À quelques pas du centre-ville, on se croirait en plein cœur de la campagne.

Lire aussi : La traversée de Russie à bord du légendaire Transsibérien narrée par un Français

Après un brin de causette, au cours duquel la touchante grand-mère me confie quant à elle qu’ici beaucoup parlent bachkir, je la quitte et me met en direction de la hauteur d’en face, où m’attend Salavat Ioulaïev, chevauchant son fier destrier. Je traverse ainsi d’épais fourrés, raccourci indiqué par Tiotia Liouda. Me voici alors sur une vaste place flambant neuve, entourée de bâtiments des plus modernes. S’y trouve, dans des yourtes, une exposition permanente consacrée à la culture locale. À l’intérieur de l’une d’elle, une représentante de ce peuple me familiarise avec les costumes, instruments, ustensiles et armes traditionnellement utilisés par les nomades de la région.

Toute la diversité d'un territoire résumée en un seul endroit.

Je m’arrête ensuite quelques instants afin de constater la flagrante dissonance existant entre ces yourtes traditionnelles, les édifices contemporains irréprochables et les petites maisons de bois désordonnées et malheureusement entourées d’innombrables déchets. La Russie est un pays de contrastes et le Bachkortostan ne fait pas exception.

Je grimpe ensuite au sommet de la colline opposée à la précédente. J’y découvre un parc arboré et bien entretenu, au bout duquel se dresse l’imposante statue de Salavat Ioulaïev, tournée vers les immensités de cette république grande comme un quart de la France. La vue est imprenable et résonne ici le chant d’un accordéoniste. La moitié des discussions qui parviennent à mes oreilles, qu’elles soient tenues par des personnes âgées ou de très jeunes enfants, se fait en bachkir, ce qui me rassure définitivement quant à la vivacité de cette langue, une problématique qui me touche tout particulièrement en tant que Breton.

C'est un paysage à la beauté saisissante que fixent inlassablement Salavat Ioulaïev et sa monture.

Lire aussi : Comment les Russes ont changé ma vie: témoignage du Français Donatien

Je déambule ensuite dans les rues et découvre le Théâtre national académique de drame de Bachkirie, le jardin Alexandre Matrosov, où figurent plusieurs monuments soviétiques, récompenses obtenues par la République pour ses mérites dans l’agriculture, la Révolution d’Octobre ou encore l’amitié des peuples. Je poursuis mon chemin par l’allée ArtTerria, ornée d’une douzaine de sculptures contemporaines d’artistes du monde entier. Enfin, je prends place sur un banc, dans le parc Iakoutov. Cet endroit semble être un point de rendez-vous incontournable pour les jeunes parents, puisque s’y trouvent une multitude d’activités destinées aux enfants : parc de dinosaures automates, petit train, karts, auto-tamponneuses, montagnes russes, et des dizaines d’autres attractions. Alors que le soleil se couche, je regagne mon auberge située non loin de là.

À gauche, Théâtre national académique de drame de Bachkirie, à droite, l'allée ArtTerria

Entre matériels militaires et mosquées

J’entame cette deuxième journée à Oufa par la visite d’une autre partie du parc Iakoutov, s’articulant autour d’un étang. Les joggeurs y sont nombreux et, à mon grand étonnement, les baigneurs ne sont pas en reste non plus. Une femme accompagnant une nageuse relativement âgée m’explique qu’ils en profitent car le plan d’eau n’est ouvert à la baignade qu’entre la fonte des glaces et le dernier jour d’avril, soit aujourd’hui. En été en effet, les algues y prolifèrent, mais cela, m’assure-t-elle, n’empêche pas les plus ardents amateurs de natation de s’y risquer.

Le parc Iakoutov est un lieu idéal de détente, offrant de nombreuses distractions pour petits et grands.

Je mets ensuite les voiles vers le Nord, toujours à pied. La ville est immense, les axes routiers larges de parfois 6 voies, les distances s’en retrouvent par conséquent impressionnantes. Je longe donc d’interminables axes, bordés d’édifices à l’architecture on ne peut plus éclectique : complexes résidentiels tout juste sortis de terre, baraques en bois centenaires aux chambranles de fenêtres finement travaillées, bâtiments de l’ère soviétique au style plus qu’étrange, centres commerciaux pharaoniques et multicolores…

Les bâtiments bordant les rues d'Oufa affichent une impressionnante diversité architecturale.

Lire aussi : Qu’est-ce qui surprend le plus les étrangers en Russie?

Après près de 7 kilomètres, j’atteins ma première étape : le magasin de souvenirs Aguidel (nom bachkir de la rivière Belaïa), que l’on m’a conseillé hier. S’y trouvent toutes sortes d’objets et produits locaux. Mon choix se porte sur un koubyz, variante bachkire de la guimbarde, et sur un drapeau du Bachkortostan, collectionnant ceux des endroits que je visite, contrairement à ce que pensait initialement la vendeuse, qui croyait qu’il m’en fallait un pour prendre part au défilé du 1er mai le lendemain (2 400 roubles – 32 euros pour le tout).

Satisfait de mes achats, je pars pour le parc de la Victoire, 7 autres kilomètres plus au nord. Faisant aveuglément confiance à mon application de programmation d’itinéraire, je monte dans une première marchroutka (minibus typique), une erreur. Je me retrouve dans une banlieue lointaine, entouré d’usines. Mais rien de bien grave, sur les conseils d’un aimable passant, je m’installe dans un autre véhicule. Je m’arrête à deux arrêts de ma destination afin d’apprécier une longue allée entourée d’immenses pins et de colossaux édifices. L’ambiance y est festive, des enfants jouant autour d’une fontaine. Roulent les trottinettes et hoverboards, rebondissent les balles et s’envolent les bulles de savon. Au bout de la place se tient un marché, juste devant la majestueuse Université d’État technique pétrolière d’Oufa. Je m’approche du stand proposant du thé et des sucreries, duquel émane un enivrant parfum.

Ces deux colossaux édifices ont attiré mon attention, me poussant à descendre du véhicule et à découvrir ce lieu authentique.

Poursuivant ma route, je longe d’imposantes barres d’immeubles datant du siècle passé, un quartier populaire me plongeant dans une autre époque. Ici peu de choses ont changé depuis l’ère soviétique. J’en profite pour faire une halte dans une petite épicerie et y acheter des bekkens (sortes de petits chaussons typiques du Tatarstan et du Bachkortostan) fourrés à la pomme de terre et au fenouil (20 roubles – 0,27 euro unité).

Lire aussi : Le Saint-Pétersbourg français: quand la Neva prend un air de Seine

Le parc de la Victoire s’étend enfin devant moi et je comprends aussitôt qu’il porte son nom à merveille. La thématique militaire y est omniprésente : monuments en hommage aux victimes, aux soldats, véritables chars, obusiers et autres armements, sur lesquels grimpent les foules de gamins venus profiter des vastes espaces de cet écrin de verdure dominé par les pins et les bouleaux. De manière générale, je note d’ailleurs que les enfants en bas âge sont extrêmement nombreux dans cette ville, en comparaison avec ce que j’ai eu l’occasion de voir ailleurs en Russie ; mais pas si étonnant lorsque l’on sait qu’en 2017 le Bachkortostan a occupé la 16ème place du classement des 85 sujets de la Russie pour le taux de natalité. Les bambins prennent le plus grand des plaisirs à pénétrer dans un sous-marin exposé ici et à en ressortir au sommet, sur le rouf.

Non loin des innombrables monuments à la gloire de l'armée soviétique se dresse la majestueuse mosquée Lialia-Toulpan.

Néanmoins, je ne suis pas venu en ce lieu pour admirer ces redoutables engins. C’est en effet une autre curiosité, située à quelques pas, qui a motivé mon périple à travers la ville : la mosquée Lialia-Toulpan, centre religieux de la Bachkirie, qui se dresse à la lisière du parc. Son nom fait référence à la tulipe, symbole des peuples turcs, et ses deux gigantesques minarets (hauts de 53 mètres) ont justement été imaginés pour évoquer des fleurs en pleine éclosion. Après cette longue randonnée urbaine, je regagne progressivement mon point de chute pour y passer une troisième et dernière nuit.

Festin culinaire, spirituel et intellectuel

Pour clôturer mon séjour à Oufa, je mets le cap sur un autre lieu de culte célèbre de la cité : la mosquée Toukaïev. Elle est la première à avoir été construite dans cette ville, en 1830, et jusque dans les années 1920 elle a été le centre de l’islam en Russie. Il s’agit d’un complexe important, regroupant divers bâtiments et entouré par une enceinte aux portails et murs richement ornés. Un mariage vient semble-t-il de se tenir, et un jeune couple s’adonne à une session photo dans la principale cour de l’ensemble architectural.

Lire aussi : Ces choses communes en Russie que vous ne trouverez (presque) pas en France

À gauche, l'un des bâtiments du complexe religieux, à droite, la fontaine des 7 jeunes filles.

Je rejoins ensuite le centre-ville et découvre la gracieuse fontaine musicale des 7 jeunes filles, rendant hommage à une épopée bachkire, relatant l’histoire de sept demoiselles se ressemblant fortement et ayant été enlevées par des brigands. Préférant la mort à la vie d’esclaves, elles ont alors décidé de se laisser sombrer dans les eaux d’un lac. Suite à cela, sept nouvelles étoiles auraient fait leur apparition dans la voute céleste.

Juste à côté se trouve la colorée et pittoresque place Verkhnetorgovaïa. Les bâtiments y sont on ne peut plus récents, mais respectent un style ancien, procurant un charme fou aux environs. Elle est dotée d’une multitude de commerces, de points de restauration, et semble être l’un des endroits les plus branchés de la ville. Après avoir fait quelques provisions en noix et amandes auprès d’un marchand d’origine tadjike à un prix très intéressant, me rappelant que l’Asie centrale est toute proche, je franchis le seuil du Sattvik, un restaurant végétarien.

Entièrement restaurée, la place Verkhnetorgovaïa est aujourd'hui un lieu convivial et chaleureux, cœur du centre-ville.

Suite à ma commande, le serveur, dont le visage est paré de plusieurs tatouages, m’apporte donc une soupe-crème aux légumes (courgette, carotte, pomme de terre, poivron, épices et croutons), un curry ananas (ananas, pomme de terre, orange, banane, poivron, pois chiches, gingembre et épices) ainsi qu’un lassi (boisson indienne à base de lait fermenté) menthe-banane-kiwi. En plus d’une élégante présentation, ces mets sont un véritable régal (550 roubles – 7 euros) !

Lire aussi : Français en Russie, Russes en France: ce qui leur manque le plus

Repu et alors qu’il ne me reste que quelques heures avant mon vol retour, j’abandonne l’idée de me rendre au lointain jardin botanique et privilégie le Musée national de la République du Bachkortostan, l’un des plus anciens de Russie (1864), à deux rues d’ici (150 roubles – 2 euros pour un billet d’entrée). Les innombrables salles familiarisent les visiteurs aux spécificités locales, de l’histoire à la géologie, en passant par l’art ainsi que la faune et la flore. Une pièce est d’ailleurs réservée aux troupes bachkires ayant participé à la prise de Paris en 1814, suite à l’infructueuse campagne de Russie de Napoléon. Fait amusant, au Bachkortostan, un village d’une vingtaine d’âmes a hérité du nom de la capitale française en l’honneur de cet événement.

Insectes inscrits dans Livre rouge des espèces menacées du Bachkortostan et soldats bachkirs contre troupes napoléoniennes.

Le musée est tout bonnement passionnant, renfermant des collections d’une richesse incroyable et parfaitement mises en valeur. J’y apprends d’ailleurs qu’un kremlin, en bois, s’était autrefois dressé sur l’une des collines de la ville et que bien avant, il y a plusieurs millions d’années, le Bachkortostan se trouvait dans les fonds marins et que, de nos jours, certaines hauteurs de la région ne sont donc en réalité que d’anciens récifs coralliens.

Malheureusement le temps me fait défaut. Sur les conseils d’une employée du musée, je délaisse donc les salles réservées à la période soviétique : « c’est sans importance ça, avant de partir allez plutôt voir les salles consacrées aux costumes et objets traditionnels bachkirs », me recommande-t-elle en effet en riant.

Après avoir récupéré mes bagages à l’auberge et donné, à l’arrêt de bus, l’heure à une babouchka, je monte, sous les cris d’adieux de cette dernière me souhaitant chaleureusement ses meilleurs vœux, dans une marchroutka en direction de l’aéroport. À travers la vitre, ornée d’un rideau, je contemple une dernière fois les larges avenues d’Oufa. J’aperçois même la pharaonique et sublime mosquée en construction Ar-Rakhim qui, une fois achevée, sera selon certains critères la plus imposante de Russie.

Le voyage s'achève sur une promesse de retour inéluctable dans cette contrée fascinante.

De cette ville je retiendrai l’authenticité, l’éclectisme architectural, la fascinante coexistence de ses cultures et, bien sûr, la gentillesse de la population, qui a à cœur de partager son histoire et ses traditions ainsi que de montrer la cité sous son meilleur jour. Oufa m’était il y a encore peu parfaitement étrangère, mais aujourd’hui, après en avoir exploré à pied de nombreux recoins et y avoir parcouru tant de distances, j’ai l’impression d’être parvenu à toucher du doigt son essence profonde et à entrouvrir les portes du Bachkortostan, une terre envoutante qu’à n’en pas douter je reviendrai un jour arpenter plus en profondeur.

Si le récit de ce Breton vous a plu, retrouvez ici son carnet de voyage au lendemain d’un périple en péninsule de Kola, dans le Grand Nord russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies