Splendeurs du tsarisme: cinq secrets que renferme le principal parc de Saint-Pétersbourg

Legion Media
Le Jardin d’Été a été la création favorite de Pierre le Grand, et le triomphe du paysagisme impérial. Russia Beyond vous emmène donc en promenade au gré de ses allées, entre statues, fontaines et parterres de fleurs.

Saint-Pétersbourg étonne par son atmosphère empreinte du passé impérial russe : larges rues, imposants bâtiments, pittoresques ponts et luxuriants jardins. Promenez-vous le long de la rue Sadovaïa (des Jardins) jusqu’au canal du lac et vous tomberez sur le parc principal de la ville : le Jardin d’Été. Conçu au début du XVIIIe siècle, il recèle de nombreux secrets et vous pouvez à présent en prendre connaissance.

1. Pierre le Grand a été inspiré par les jardins de Versailles

Le Jardin d’Été a été créé en 1704 sur ordre de Pierre le Grand, qui souhaitait construire un grand jardin tout comme ceux des capitales européennes. Le jardin a donc pris pour modèle ceux de Versailles, mais l’empereur russe a toutefois désiré surpasser son homologue français, Louis XIV. Il a donc engagé les meilleurs architectes de l’époque : Rastrelli et Trezzini.

Selon les règles d’élégance des jardins, les allées ont été parsemées d’arbustes de façon régulière. Les quatre côtés ont quant à eux été bordés de « murs verts » et emplis de décorations : étangs, fontaines, ou encore sculptures en marbre d’Italie.

Lire aussi : Un job chez le tsar: ces étrangers venus travailler en Russie

Au début, il était seulement possible de visiter le parc sur invitation personnelle de Pierre le Grand, mais plus tard, il s’est ouvert à toute la société mondaine et est devenu un endroit chéri par les nobles et les intellectuels.

2. La grille de fer qui a impressionné un lord britannique

Une vieille légende romantique raconte qu’un lord britannique aurait visité la ville durant les Nuits Blanches. Son bateau aurait vogué sur la Neva et aurait fait escale près du Jardin d’Été. Charmé par la majestueuse beauté du parc, ce lord aurait refusé de descendre à terre, arguant que ce serait inutile puisque qu’il ne verrait jamais rien de plus beau.

« J’ai vu tout ce que j’ai voulu voir à Saint-Pétersbourg : la grille du Jardin d’Été durant les Nuits Blanches », aurait-t-il déclaré avant de rentrer en Angleterre.

Croyez-le ou non, mais lа grille et le portail en fer forgé ont toujours l’air aussi impressionnants ! Décorés de pétales de fleur plaqués or, ils ont en partie été forgés dans les années 1780, dans la ville de Toula, célèbre pour ses artisans. En 1866, la grille a même été témoin d’un évènement historique, lorsqu’un attentat échoué contre l’empereur Alexandre II s’est déroulé juste en face. En souvenir de ces évènements, une chapelle a été érigée à côté de la porte centrale, mais détruite par les soviétiques en 1930.

Lire aussi : Saint-Pétersbourg: cinq endroits que les touristes ratent trop souvent

3. Le nom de Jardin d’Été n’a rien à voir avec l’été

Le Jardin d’Été a vu le jour sur la propriété d’un vieux major suédois, où Pierre le Grand avait vécu avant de prendre résidence dans le Palais d’Été. Initialement, le jardin tire son nom des letniks, fleurs plantées chaque année par les jardiniers impériaux. Cependant, le jardin а continué de porter le nom « d’Été », par contraste avec les jardins d’hiver, qui étaient souvent plantés dans des espaces clos des manoirs en ville.

4. La première galerie d’art y a été inaugurée

Un second palais a été bâti pour la femme de Pierre, Catherine I, et le bâtiment adjacent comportait une galerie. Elle a même été la première galerie d’art du pays, contenant des œuvres d’artistes européens majeurs. Malheureusement, aucun des deux bâtiments n’a subsisté jusqu’à nos jours.

Lire aussi : La première femme sur le trône russe: une étrangère accusée de sorcellerie

5. Le Jardin d’Été fait partie intégrante du Musée Russe

Selon le vœu de Pierre le Grand, le Jardin d’Été n’a pas seulement été un endroit destiné au repos des habitants, mais a aussi été conçu pour leur éducation. Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, le nombre de sculptures dans le parc a augmenté pour atteindre 250 pièces. Parmi elles se trouvaient la fameuse statue de Venus trouvée lors de fouilles à Rome en 1718. Cependant, après les inondations de 1777 et 1824, de nombreuses statues ont été déplacées dans des palais et musées. La Venus a quant à elle été transférée a l’Ermitage.

La seule structure demeurant dans le jardin depuis l’époque de Pierre le Grand est le Palais d’Été, bâti entre 1710 et 1712 par Trezzini.

En 1934, le parc, avec sa vaste collection de sculptures de marbre, le Palais d’Été, ainsi que la maison de Pierre le Grand ont été légués au Musée Russe. Les architectes soviétiques ont étudié les bâtiments historiques et leurs galeries, et les sculptures ont été restaurées. Désormais, le Jardin d’Été est officiellement une partie du Musée d’État Russe.

Ce jardin n’est que l’un des innombrables joyaux que comprend Saint-Pétersbourg. Pour avoir un aperçu de ce que vous réserve la ville, consultez notre guide !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies