La première femme sur le trône russe: une étrangère accusée de sorcellerie

Ermitage / Wikipedia
Catherine I était une impératrice russe hors norme. Etrangère qui ne savait pas écrire le russe, elle était d'origine modeste et est arrivée sur le trône comme un trophée de guerre. Et pourtant, elle est restée aux côtés de Pierre le Grand pendant plus de deux décennies et ce dernier lui a légué un empire. Quelques-uns à l'époque l’ont même soupçonnée de se livrer à la magie noire…

La femme du tsar-réformiste russe était aussi particulière que le règne de Pierre le Grand, avec son effort de modernisation visant à déraciner le mode de vie traditionnel russe et à le remplacer par des modèles occidentaux.

On ne sait pas précisément où est née la première impératrice russe. Certains spécialistes affirment que c'était en Suède, mais la majorité des chercheurs estiment qu’elle venait de l'un des pays baltes contemporains: soit d’Estonie, soit, plus probablement, de Lettonie.

On pense qu'elle est devenue orpheline suite à une épidémie de peste et a été élevée par un pasteur local. Elle était connue sous le nom de Marta Skavronskaïa et travaillait comme blanchisseuse.

La route vers le trône

On possède plus d'informations sur sa vie ultérieure. À l'âge de 17 ans, elle s'est mariée à un dragon suédois qui aurait pu être un trompettiste militaire. À cette époque (1702), la vie de Marta a été affectée par la Grande Guerre du Nord entre la Russie et la Suède. L'endroit où elle habitait a été envahi par les troupes russes. Marta a été faite prisonnière et est passée par plusieurs commandants militaires à partir d'un niveau assez bas, avant de finir entre les mains du maréchal Cheremetiev.

Cependant, ce n'était pas le point final de cette vie au cours si particulier. Chez Cheremetiev, bras droit du tsar, elle a été vue par Alexander Menchikov. Cet homme haut placé s'est intéressé à elle et l'a prise parmi ses serviteurs. Catherine est passée du quartier général du maréchal de campagne au lieu de prédilection du Tsar. Là, elle a été repérée par Pierre le Grand en personne qui tomba également sous son charme. Menchikov l'a cédée au tsar.

Marta a conservé son amitié avec Menchikov pendant toute sa vie. On dit que ce qui a contribué à cette amitié était leurs origines. Ils étaient socialement proches l'un de l'autre car Menchikov était lui aussi d’origine humble.

Un complot avec Menchikov pour envoûter le tsar?

La relation de Marta avec Pierre le Grand a duré jusqu'à sa mort en 1725. Ils se sont mariés et plus tard, il l'a proclamée impératrice. C’était un fait sans précédent dans l'histoire de la Russie, qui lui a permis de devenir dirigeante officielle de l'empire à la mort de Pierre. Elle a été baptisée chrétienne orthodoxe et nommée Catherine. Son parrain était le fils de Pierre issu de son premier mariage, Alekseï.

Il existe des opinions contradictoires quant à son apparence. Selon un de ses contemporains, « elle se distingue par sa beauté et sa grandeur ». D'un autre côté, l'historien Evgueni Anissimov a soutenu que Catherine « n'avait pas la beauté d'ange de sa fille Elizabeth I ni la grâce raffinée de Catherine II. Elle avait des os larges, était potelée et bronzée comme une roturière... ».

Son apparence et la façon dont elle est arrivée au niveau le plus élevé de la société russe ont poussé certains à penser que cela avait été rendu possible à l'aide d'une sorte de magie. L'histoire a retenu le nom du caporal d'un régiment de l'armée russe, Vassili Kobyline, qui a affirmé sérieusement que Catherine avait utilisé des ruses de sorcière pour envoûter Pierre. Selon le caporal, cette entreprise était menée avec la complicité de Menchikov. Sa longue présence sur le trône était certainement expliquée de la même façon.

«Katerinouchka»

Si l'on lit les lettres que Pierre et Catherine échangeaient, il est évident que leur relation était forte et sincère. « Katerinouchka (ma petite Catherine), mon amie », écrivait-il à son attention. Elle était l'une des rares personnes qui n'avaient pas peur de ses fameux coups de colère. Pierre était connu pour son tempérament très irascible. Il a décapité lui-même plusieurs soldats qui avaient participé à une mutinerie. Il a pris part à la torture de son propre fils, Alekseï, qui a été reconnu coupable de trahison et exécuté. On dit que Catherine avait un effet apaisant sur le tsar véhément.

Pierre lui a même pardonné son infidélité quand elle a été révélée peu de temps avant sa mort.Toutefois, son amant a perdu la tête, au sens propre, à cause de la colère de l'empereur mourant.
Après la mort de Pierre, elle est devenue impératrice avec l'aide des régiments de la garde d'élite et de Menchikov, qui fut dirigeant de facto pendant son court règne de 2 ans, jusqu'à sa mort en 1727.

Lire aussi :

Ce que Pierre le Grand a ramené d’Europe en Russie

Ces empereurs russes brutalement assassinés avant 1917

L’opritchnina, terrifiante milice d’Ivan le Terrible

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.