Top 10 des raisons les plus incroyables de visiter la Crimée cet été

La Crimée est une péninsule regorgeant de trésors. Les Grecs, les Ottomans, les Romains, les Scythes et de nombreuses autres grandes civilisations orientales et occidentales se sont affrontées pour la Crimée, s’y sont installées, ont bâti des villes, y ont créé des œuvres d’art. Mais même les plus grands chefs-d’œuvre conçus par la main de l’homme ne peuvent rivaliser avec ce que la nature a façonné sur cette péninsule. Il n’est donc pas étonnant que la Crimée soit qualifiée par beaucoup de « Paradis sur terre » : selon les scientifiques, le 45ème lequel se trouve la péninsule fait partie du « secteur d’or» de la planète, l’une des zones les plus favorables à la vie sur Terre du point de vue des conditions climatiques.

Golouboï Zaliv (Le golfe bleu) 

Crédit photo : Lori / Legion Media

Le village de Golouboï Zaliv est situé sur la côte sud de la péninsule, à 20 kilomètres de la grande ville de Yalta. Le village est de tous les côtés ceinturé par les montagnes : les monts Krimsky au nord, la montagne Kochka (du chat) à l’est, appelée ainsi en raison de sa forme. Le climat y est sec et chaud. 

L’histoire du village commence il y a plus de 3000 ans : c’est précisément à cet endroit que passait la route traversant la péninsule vers l’ouest depuis le sud, à travers le défilé de « l’escalier du diable », ou Chaïtan-Merdven. Outre « l’escalier du diable », la vallée de Lemensky, la montagne Kochka, le massif d’Aï-Petri, les rochers de l’aile du Cygne et de Diva et Panéa valent également le détour.

Novy Svet 

Crédit photo : Getty Images

Le village de Novy Svet (Nouveau Monde) a été fondé à la fin du XIXe siècle grâce au prince Lev Golitsyne, père fondateur de la viticulture russe : c’est ici qu’il a choisi d’établir une fabrique dédiée à la production de vins pétillants. Le village était initialement connu sous le nom de Paradis, mais suite à une visite de Nicolas II, le village a été rebaptisé Novy Svet selon le souhait du Tsar.

Deux palais du prince Golitsyne s’y trouvent encore, les ruines de la forteresse de Bospor, ainsi que l’établissement grâce auquel Novy Svet est devenu l’un des centres du tourisme vinicole pour les petits budgets. Les environs du village disposent par ailleurs du statut de réserve protégée, du fait de la présence de bosquets de genévriers primaires et de criques et grottes pittoresques.

La plus remarquable d’entre elles est la Grotte Skvoznoï, qui voici plusieurs centaines d’années, servait de refuge aux pirates de la mer Noire. La grotte conduit à la baie des Brigands dans laquelle, au temps du commerce avec la Grèce antique, mouillaient les vaisseaux pirates. 

La grotte de Marbre

Crédit photo : Getty Images

La beauté de cette grotte est unique, avec ses innombrables salles et galeries, et son entrée s’élevant à 920 mètres au dessus du niveau de la mer. L’endroit a été ouvert aux touristes en 1989 et dispose de toute l’infrastructure appropriée. La durée du circuit touristique est d’environ un kilomètre et demi.

L’itinéraire commence dans la galerie des Contes, avec ses majestueux stalactites et stalagmites. Dans la salle Perestroïka (l’une des plus larges d’Europe), vous pourrez contempler des cascades de pierres, des colonnes de sédiments, des fleurs de corail. La galerie basse de la grotte est un véritable musée naturel de la minéralogie. De l’avis des spéléologues, la grotte de Marbre est l’une des cinq plus belles grottes du monde et l’une des grottes les plus visitées d’Europe. 

Le monastère Ouspensky et Tchoufout-Kale


Crédit photo : Lori / Legion Media

A proximité de Bakhtchisaray se trouve la ville troglodyte de Tchoufout-Kale, fondée au VIème siècle de notre ère. A l’ouest, dans la partie occidentale de la grotte, la plus ancienne ayant subsisté malgré de nombreuses nouvelles excavations, l’on y trouve encore de nombreuse pièces à vivre taillées à même la grotte, ainsi que les ruines de la mosquée et le mausolée de la fille du Khan de la Horde d’Or, Tokhtamych…

Deux églises karaïtes y sont également demeurées en bon état, ainsi qu’un domaine composé de deux maisons. L’on trouve également ici une galerie parallèle sur souterraine de 80 mètres de long, un puits profond de 30 mètres, les ruines de l’ancienne mosquée, le plus ancien cimetière karaïte et une chênaie sacrée.

Le monastère de Saint-Ouspensky a été fondé au VIIème siècle dans les environs de Tchoufout-Kale. Il s’agit de l’un des plus anciens de Crimée : un ensemble d’églises et de chapelles taillées directement dans la roche. 

La forteresse génoise 

Crédit photo : Getty Images

Cette forteresse qui couvre une superficie de 30 hectares a été bâtie au XIVe siècle afin de défendre la colonie génoise de Soldaya en Crimée. La forteresse est située sur un récif coralien en forme de cône, non loin de la baie de Soudak, sur la mer Noire. Durant la seconde moitié du XIIe siècle, des envoyés de l’empire Byzantin ont fait leur apparition à Soudak : des Vénitiens, des Pisans et des Génois.

Ces derniers ont commencé à commercer activement avec les Russes, les Coumans et les marchands d’Asie centrale. Les Génois ont progressivement conquis la totalité de la côte, de Bospor (Kertch) jusqu’à Chersonèse (la région actuelle de Sébastopol). Kafa (Théodosie) est devenue la capitale de leurs colonies en Crimée, et Soudak, une base militaire. C’est alors qu’a débuté la construction de la forteresse génoise. 

A l’emplacement de la forteresse de Soudak se trouvaient de plus anciennes fortifications datant du VIe siècle, lesquelles ont été achevées par les Génois et réunies pour ne former qu’une seule forteresse. De nombreux scientifiques attribuent la création des premières fortifications aux Khazars ou aux Byzantins.

Tarkhankout et l’Allée des dirigeants

Crédit photo : Lori, Legion Media

Sur le territoire de la péninsule de Tarkhankout, à l’extrémité ouest de la Crimée, il est possible d’admirer les ruines de la cité de Kalos Limen, fondée par des grecs ioniens, des tertres funéraires scythes, ainsi qu’un phare vieux de deux cent ans. Il n’existe aucune rivière sur la péninsule, mais l’on y trouve toutefois quelques lagons salés dont le plus important d’entre eux, la Baie de Donouzlav, est le plus grand lac de la région de la mer Noire. 

Le célèbre monument naturel du nom de rivage des éboulements Djangoulsky se trouve également sur le territoire de la péninsule de Tarkhankout : on peut y voir un grand nombre de rochers étranges, de glissements de terrain, d’effondrements et d’éboulements. L’ensemble de la côte de la péninsule est très fréquentée par les amateurs de plongée, de kite-surfing et de planche à voile. 

On y trouve aussi un musée sous-marin, « l’Allée des dirigeants », au fond de la mer Noire, à 12 mètres de profondeur et 100 mètres du rivage. Si vous osez y plonger, vous pourrez y admirer des statues submergées de Lénine, de Marx, des bustes de Gagarine, des hommes politiques les plus importants, des artistes et héros de l’URSS. Pour visiter le musée, il suffit de louer l’équipement et de passer par une séance de formation. Le musée est situé à proximité du village d’Oleniovka.

Chersonèse Taurique


Crédit photo : Wikipedia, Dmottl

L’ancienne ville-réserve protégée de « Chersonèse Taurique » a été inscrite sur la liste de l’UNESCO des 100 monuments les plus remarquables de la culture mondiale. Là-bas, vous pouvez déambuler au milieu des rues anciennes, contempler l’ancienne cloche d’alarme, les colonnes de pierres blanches des églises médiévales et marcher à travers les ruines du théâtre antique.

Chersonèse a été fondée par les grecs anciens au VIème siècle avant notre ère, elle a ensuite été, au Ve siècle après J.-C., intégrée à l’empire Byzantin. Pendant plus de 2000 ans, la ville a été un centre politique et culturel majeur de la région de la mer Noire. C’est à Chersonèse qu’étaient exilés les opposants politiques des souverains Byzantins, le Pape Martin ou l’empereur déposé Justinien II. 

Kertch


Crédit photo : Getty Images

L’une des plus anciennes villes toujours habitée du monde, Kertch (anciennement Bospor) est située sur la rive du détroit de Kertch. C’est à l’emplacement de Kertch qu’a été fondée au Vème siècle de notre ère l’ancienne cité de Panticapée, vous pourrez y admirer à proximité le chantier de fouilles de l’antique cité de Mirmekion, fondée par les grecs au VIème siècle avant notre ère.

Au centre de la ville se trouve la crypte de Demeter, un ancien monument de l’art de Bospor datant du 1er cités grecques jusqu’aux plus anciennes églises existant sur le territoire de la CEI. Par ailleurs, le champ boueux de Boulganakskoe est situé à proximité de la ville : il s’agit de la vallée des volcans de Crimée. 

Bakhtchisaraï


Créddit photo : Lori / Legion Media

Traduit depuis la langue des Tatars de Crimée, Bakhtchisaraï signifie « jardin-palais ». Il s’agit de l’un des sites les plus remarquables de Crimée : l’ancienne capitale du Khanat de Crimée. Le principal monument historique de Bakhtchisaraï est le palais des Khans de Crimée : Hansaraï. Hansaraï constitue le seul exemple au monde d’architecture de palais des Tatars de Crimée.

Le bâtiment le plus ancien du complexe du palais est la grande mosquée du Khan datant du IXème siècle, ainsi que les bains Sari-Giouzel remontant à l’année 1532. La Fontaine des Larmes du palais des Khans a été célébrée dans le poème romantique d’Alexandre Pouchkine La fontaine de Bakhtchisaraï (1822).

Dans la ville, il vaut en outre la peine de visiter le cimetière du Khan, le mausolée de l’épouse bien aimée du Khan Giray de Crimée construit au XVIIIe siècle, la Tour du Faucon et le musée des beaux-arts. 

Balaklava

Crédit photo : Lori / Legion Media

Selon la légende, à l’époque de la guerre de Crimée au milieu du XIXe siècle, les soldats de l’armée britannique ont eu tellement froid devant les murs de la ville de Baklava qu’ils ont inventé le chapeau du même nom. En turc, Baklava signifie « sac à poisson » ou « temps de poisson ». Selon toute vraisemblance, une colonie s’est établie à cet endroit dans l’Odyssée d’Homère, sous le nom de Lamos.

Ce village grec est tombé au XIVe siècle sous l’influence des Génois, lesquels ont édifié la forteresse de Tchembalo dont les ruines pittoresques ont été conservées jusqu’à nos jours. Un siècle plus tard, la ville a été conquise par les Turcs, puis encore trois siècles plus tard, par les Cosaques Zaporogues.

A la charnière des XIXe et XXe siècles Baklava est devenue l’une des stations balnéaires les plus en vue de l’Empire russe, les princes Youssoupov et Golitsyne y faisant construire leurs manoirs. Fait notable de son histoire soviétique, c’est dans cette ville qu’a été fondée la première école de plongée d’URSS et qu’une base souterraine dédiée à la réparation et au ravitaillement de sous-marins a été construite. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.