Pourquoi Poutine n’a-t-il pas attaché sa ceinture en conduisant sur le pont de Crimée?

Reuters

Ceux qui ont suivi la cérémonie d’inauguration du pont de Crimée, organisée le 15 mai, auront peut-être noté que le président russe, Vladimir Poutine, qui a pris la tête du cortège au volant d’un imposant camion KAMAZ, ne portait pas sa ceinture.

Le Service fédéral de protection (FSO), qui est en charge de la sécurité de hauts responsables et notamment du président, a justifié cela par le fait que ce dernier a parcouru les 19 kilomètres du pont avant que la route ne soit officiellement ouverte.

« Officiellement, la circulation a été lancée à 5h30 le 16 mai. Tandis que le 15 mai, le président a pris part à un événement festif, la cérémonie d’inauguration du pont de Crimée. À ce moment-là, le pont n’était pas une route en soi, mais un site en construction. Le trafic sur un tel site n’est pas soumis à la règlementation routière », a en effet expliqué un représentant du FSO au site d’information Gazeta.ru.

Lire aussi : Que trouve-t-on dans le garage du président russe?

Un média local a par ailleurs rapporté que le député Oleg Khomoutinnikov avait fait parvenir une requête officielle au procureur général de Russie, afin que celui-ci vérifie si le président n’avait bel et bien enfreint aucune loi.

Pour information, la règlementation routière considère que ne pas attacher sa ceinture en conduisant est une violation du code de la route et prévoit à cet effet une amende de 1 000 roubles (13,63 euros).

Récemment, Dmitri Peskov, le porte-parole du président russe, a en outre précisé aux médias que Vladimir Poutine avait, il y a 20 ans, obtenu un permis de conduire de catégorie C, lui permettant de prendre le volant d’un camion.

Si vous avez manqué la cérémonie d’inauguration de cet incroyable édifice, retrouvez dans ces deux articles la retransmission vidéo de l’événement, ou encore l’intervention de Poutine sous formes de GIFs animés.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer