Pourquoi la Russie souhaite-t-elle fusionner les sociétés aéronautiques Soukhoï et MiG en une seule?

Un MiG-35

Un MiG-35

Global Look Press
La nouvelle société, estiment les experts, se focalisera sur l'achèvement des projets en cours, tout en misant sur l'augmentation de ses revenus et l'amélioration de son attractivité auprès des clients étrangers.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La Russie a annoncé ce printemps la prochaine fusion des deux principaux constructeurs d'avions militaires du pays, Soukhoï et MiG, en un seul et même centre de construction aéronautique qui consolidera la gestion des programmes et les autres actifs de la Compagnie aéronautique unifiée (UAC). Avec le siège à Moscou, un centre à part assumera les fonction de conception.

Les rumeurs d'une éventuelle unification des deux sociétés circulaient en effet depuis un certain temps dans le pays, avant que confirmation n'en soit faite par le conglomérat militaro-industriel russe Rostec en mars dernier.

Les raisons de la fusion

Un Soukhoï Su-57 de cinquième génération

Des décennies de concurrence commerciale entre les deux entreprises ont abouti au licenciement du PDG de Soukhoï, Igor Ozar. Son poste à la tête de l'entreprise a été confié au PDG de MiG, Ilia Tarassenko.

« Soukhoï était commercialement plus efficace que MiG, mais étonnamment, son PDG a été licencié. Il est possible que ce soit le résultat d'une rivalité interne entre les élites russes », déclare Dmitri Litovkine, rédacteur en chef du magazine Revue militaire indépendante.

Sous la direction d'Ozar, Soukhoï a signé et exécuté d'importants contrats de fourniture de bombardiers Su-34 de première ligne et de chasseurs multirôles Su-35. La société a également achevé le projet d'avion de combat de cinquième génération Su-57 et l'a préparé pour la production en série.

Ozar était à la tête de Soukhoï depuis 2011 et, en 2017, l'entreprise était devenue la plus rentable parmi les producteurs d'avions russes.

Lire aussi : Gros plan sur les légendaires avions de chasse MiG

En 2018, les revenus de la société ont atteint 114,5 milliards de roubles (environ 1,27 milliard d’euros), générant un bénéfice net de 4,08 milliards de roubles (45,43 millions de dollars). En comparaison, les revenus de MiG en 2018 étaient d'environ 89,5 milliards de roubles (996,56 millions d’euros) et son bénéfice net de près de 3,5 milliards de roubles (38,97 millions d’euros).

« La consolidation des principales capacités de recherche et de production de l'industrie aéronautique militaire permettra à la Russie de mettre en œuvre plus efficacement les programmes existants et de développer des projets prometteurs », a déclaré le service de presse de l’UAC.

« La Russie moderne n'a tout simplement pas besoin d'autant d'avions de combat qu'à l'époque soviétique. L'une des principales raisons de l'unification est donc la nécessité de réduire les dépenses du pays en matière d'aviation militaire et de transformer les projets existants en projets commercialement attrayants pour les marchés étrangers », ajoute Litovkine.

Et la suite ?

Un Soukhoï Su-35S

Malgré tout, les experts russes ne voient pas de changements radicaux dans l'industrie de la production aéronautique militaire du pays.

« La nouvelle société se concentrera sur l'achèvement des projets existants (tels que le drone "Hunter", ainsi que les avions de chasse Su-57 et MiG-35 et le bombardier stratégique PAK DA) et continuera à travailler sur un nouvel intercepteur pour remplacer les MiG-31. L'objectif aujourd'hui est d'augmenter les revenus et de proposer aux clients étrangers les offres les plus attractives sur le marché de l'aviation militaire. Ils se concentreront sur les marchés aéronautiques d'Asie du Sud-Est et d'Amérique latine », explique Viktor Mourakhovski, rédacteur en chef du magazine Arsenal de la patrie.   

Comme il le fait remarquer, les premiers résultats de ces travaux seront visibles en juillet prochain, lors du salon aéronautique MAKS-2021.

Dans cet autre article, nous vous présentions les cinq meilleurs avions russes de tous les temps.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies