En photos: dix femmes russes qui dominent le ciel

@juliaandjet; @ryzhikova_m
Elles prouvent que chacun peut suivre sa vocation, même par 3000 mètres d'altitude!

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Nombreux sont ceux qui sont encore convaincus que pilote est une profession purement masculine : dans le monde, ce métier est exercé par seulement 5% de femmes. Cependant, les héroïnes de cet article brisent les stéréotypes. Elles sont aux commandes des avions sur un pied d'égalité avec les hommes.

1. La copilote de la compagnie aérienne russe low-cost Pobeda Olessia Chelaïeva est devenue une star d'Instagram suivie par plus de 23 000 abonnés.

« Le monde de l’aviation n’a pas de limites et donne à chaque passionné quelque chose de plus qu’un simple "passe-temps"… au moins, la vue vers le ciel », écrit-elle.

D'ailleurs, Olessia est également copilote des vols inhabituels de Pobeda entre Moscou... et Moscou. 

2. La Russe Ioulia Krilova pilote un monoplan Aero L-29 Delfin à l'aérodrome d'Orechkovo dans la région de Kalouga (c’est précisément à cet aérodrome qu’habite l'ours Mansour !). 

« Je suis aviaholique. Je peux parler de l’aviation pendant tout mon temps libre, quant au temps occupé, je le libère et replonge dans ces récits, se décrit-elle. Sur mon blog, je montre à quel point l'aviation est belle, le ciel est magnifique et j'inspire tous ceux qui ont visité mon Instagram à rester dans [l’univers de] l'aviation pour toujours ».

3. Maria Ouvarovskaïa est pilote depuis 2014. Après avoir obtenu son diplôme de l'Université d'État de l'aviation civile de Saint-Pétersbourg, elle a rejoint en 2007 la compagnie aérienne la plus importante du pays, Aeroflot. Maria a commencé à travailler comme copilote d'un Tu-154 et vole maintenant à bord d'un Airbus A320.

« J'aime surtout voler vers les pays européens : la France et l'Allemagne. L'espace aérien en Allemagne, par exemple, est très organisé et il est très confortable d'y travailler », raconte Maria. La jeune femme dit qu'il n'y a pas de place pour l'adrénaline dans le travail d'un pilote et que la meilleure journée est celle où tout se passe sans incident.

4. Margarita Ryjikova, 25 ans, est étudiante à la succursale de l'Université d'État de l'aviation civile de Saint-Pétersbourg dans la région d'Orenbourg. Pendant la formation, elle s'entraîne à piloter des avions Diamond DA40NG et 42NG.

« Qu'est-ce que cela signifie pour une jeune fille d'étudier dans une école de pilotage de l'aviation civile ? C’est la même chose que pour un mec, mais nous [les femmes] devons toujours répondre à de telles questions », écrit-elle ironiquement. Elle admet que l'une des choses les plus difficiles pour elle à l'école de pilotage est de se lever tôt.

5. Première et unique femme commandant d'équipage de la compagnie aérienne Yakutia Airlines, Anna Lozovskaïa dit qu'elle s'est inspirée de son père, pilote d'hélicoptère Mi-8.

« Regardant avec admiration mon père qui a enraciné en moi un amour pour le ciel depuis mon enfance, j'ai décidé de suivre son chemin et de m'essayer à l'aviation. Mes parents, ayant entendu parler de ma décision de devenir pilote, n’y se sont pas opposés, ils m'ont soutenue, dit Anna. J'ai accumulé 4 300 heures de vol, dont 1 100 heures ont été consacrées à des tâches sanitaires pour fournir des soins médicaux d'urgence dans les localités éloignées de Iakoutie ».

6. À 24 ans, Aliona Verkhouchina est déjà copilote d'un Airbus A320 de la compagnie aérienne Nordwind Airlines. Elle a décidé de se lancer dans l'aviation alors qu'elle était encore au lycée et a suivi une formation en pilotage dans la région de Riazan.

« Aujourd'hui, beaucoup de filles étudient dans les écoles de pilotage, la demande pour cette profession a augmenté. Soit grâce à Instagram, soit parce qu'elles savent qu'elles peuvent devenir pilotes », dit-elle.

Quant à Aliona elle-même, ses réseaux sociaux regorgent de belles photos, la vue depuis son cockpit semble particulièrement belle !

7. En 2017, Victoria Koumova est devenue la première femme pilote chez Utair Airlines. À 31 ans, elle est aux commandes d'un Boeing-737CL/NG. « J'aime le sentiment de liberté. Oui, le travail est difficile, avec un agenda très chargé, mais vous n'êtes pas lié à un seul endroit, vous changez constamment de ville, de direction, de vue à l'extérieur de la fenêtre, de routes aériennes. Chaque vol est unique », dit-elle. Sa passion pour l'aviation vient de son père, lui aussi pilote.

« Dans notre industrie, les femmes sont parfois traitées avec une certaine prudence, mais une fois que mes professeurs ont cru en moi, ils m'ont donné la chance de réaliser mon rêve d'enfance », a admis Victoria.

8. Maria Trounina est pilote chez Aeroflot. Au début, elle a travaillé pour les services au sol, puis elle est allée dans un aéroclub et s'est essayée au pilotage.

Ну вот и мы слетали приятной женской компанией!

Posted by Мария Трунина on Tuesday, August 20, 2019

Cela l'a tellement inspirée qu'elle est d'abord devenue pilote commerciale de petits avions, puis s'est formée en tant que pilote certifiée d'un Boeing 737.

9. La Russe Svetlana Kapanina est sept fois championne du monde de voltige aérienne.

Cette femme a passé plus de 30 ans dans le ciel : elle a commencé à s'entraîner à la fin des années 1980 dans un aéroclub et, depuis l’an 2000, travaille comme pilote instructeur pour le légendaire bureau de conception Soukhoï. C’est difficile à croire, mais Svetlana est devenue pilote par hasard : dans sa jeunesse, elle voulait faire du parachutisme, mais s'est trompée de rendez-vous et a suivi un cours de voltige.

10. Olga Ierochenko est pilote professionnelle. Elle s'occupe de la livraison d'aéronefs et de la coordination des routes.

Dans son blog, elle explique ce que signifie être une blonde dans l'aviation et plaisante sur la façon dont la couleur de sa manucure correspond à la couleur de son avion.

Dans cet autre article, nous vous expliquions pourquoi la plus célèbre pilote soviétique n'a jamais pu devenir général.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies