«Tonneau volant»: cet avion géant qui transportait des vaisseaux spatiaux

Comment a-t-il été possible de placer sur un avion des charges dépassant ses dimensions et de le faire voler?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En 1973, les Soviétiques ont annoncé le lancement de leur projet d'exploration spatiale le plus coûteux et le plus important, Bourane. Réutilisable, le vaisseau en question était un peu l’équivalent pour l’époque de l'actuel Crew Dragon d'Elon Musk. Mais ce projet ambitieux nécessitait la mise en place d'une infrastructure tout aussi impressionnante. En particulier, une question s'est posée : comment acheminer Bourane, un engin extrêmement lourd, et son lanceur, depuis les usines jusqu'au cosmodrome de Baïkonour, au milieu de la steppe kazakhe ?

Le fait est qu'au moment où Bourane a été créé et était prêt pour les essais en vol, il n'y avait toujours pas d'avion-cargo de transport – l’Antonov Mria, qui deviendrait le plus gros avion du monde, était encore sur la table des ingénieurs.

Concentrer tous les processus technologiques à proximité du cosmodrome était irréalisable - l'industrie spatiale était dispersée dans l’ensemble de l’immense pays, et n’était pas axée autour d’un seul centre géographique. Le transport par chemin de fer ne semblait pas non plus techniquement possible en raison de la taille des plateformes ferroviaires et des dimensions extrêmes de la cargaison, tandis que le transport fluvial semblait trop coûteux.

Par conséquent, au début des années 1980, l'idée de créer un avion de transport lourd temporaire pour le transport des Bourane est apparue. Il a été décidé de le fabriquer sur la base de la version de transport du premier bombardier stratégique soviétique, le 3M-T, qui a assuré pendant plus de 30 ans la parité nucléaire de l'URSS et des États-Unis.

Pour ce faire, l’appareil a été modifié. Renommé VM-T Atlante, il était surnommé tacitement le « tonneau volant » en raison de son fuselage, sur lequel un conteneur de fret arrondi était attaché.

Cependant, la charge maximale qu'il pouvait transporter ne dépassait pas 50 tonnes, ce qui était inférieur au poids de Bourane avec tous ses équipements. Il a donc fallu retirer une partie de l'équipement de ce dernier, réduisant son poids à 45 tonnes.

À l'avenir, il serait nécessaire de transporter à Baïkonour des marchandises pesant jusqu'à 200 tonnes… Pourtant, l’idée même d’acheminer 50 tonnes de fret sur un avion non conçu pour cette tâche suscitait le scepticisme chez beaucoup de monde.

La charge importante transportée par l’Atlante a fortement influencé son aérodynamisme, de sorte que tous les vols d'essai se sont déroulés dans un contexte de grande tension. Pour chaque type de cargaison, l’emplacement le plus avantageux sur le fuselage était déterminé et la stabilité de l'aéronef faisait l’objet de nombreux calculs. Beaucoup pensaient qu'un tel colosse ne s'élèverait tout simplement pas dans les airs.

Néanmoins, Atlante a bien fonctionné et a commencé à transporter des marchandises avec succès à partir 1981. Il y avait deux appareils au total, et pendant toute cette période, ils ont effectué environ 150 vols d'essai et commerciaux.

D'ailleurs, l’Atlante, conçu comme une option temporaire pour le transport des Bourane, a finalement été son seul et unique « transporteur ». Le programme spatial Energiua-Bourane a été abandonné en 1993. Bourane lui-même n’a volé dans l'espace qu’une seule fois. Et le « cosmodrome volant » Mria n’a jamais été mis en action pour l’usage prévu : il a été utilisé pour des tâches plutôt inattendues, comme le transport de girafes ou du yacht du roi d'Espagne.

Les deux Atlante sont devenus inutiles par la suite. L'un des exemplaires se trouve maintenant sur un aérodrome près de Riazan, le second est principalement situé dans la ville de Joukovski près de Moscou et se rend périodiquement au Salon international de l'aviation et de l'espace de Moscou (MAKS) en tant qu'objet d’exposition.

Dans cet autre article, intéressons-nous à l’échec du projet soviétique d’équivalent du Concorde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies