Ces projets fous ayant voulu relier la Russie aux États-Unis par pont ou tunnel

NASA; Pixabay
Le projet a fait surface plusieurs fois depuis la fin du XIXe siècle, mais a toujours été entravé par diverses circonstances.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Pendant des siècles, plusieurs individus, sociétés et même les gouvernements de Russie et des États-Unis ont soutenu la construction d'un pont ou d'un tunnel sur le détroit de Béring, qui relierait les deux continents d'Amérique du Nord et d'Eurasie.

Pourtant, le projet grandiose ne s'est jamais concrétisé, entravé par les doutes, le manque de financement et les conflits.

L'autorisation du tsar

Nicolas II

Le 1er août 1905, le New York Times rapportait : « Le tsar autorise le syndicat américain à entamer les travaux ».

Selon cette publication, un syndicat américain avait reçu le feu vert du tsar russe Nicolas II pour commencer à mettre en œuvre le projet de chemin de fer Transsibérien-Alaska qui devait relier l'Alaska et la Tchoukotka, deux régions appartenant respectivement aux États-Unis et à l'Empire russe et séparées par un étroit détroit.

De 250 à 300 millions de dollars devaient être alloués au financement de cette ambitieuse entreprise, selon le rapport. Cependant, le plan était voué à l'échec, car une guerre et une révolution s’empareraient de l'Empire russe quelques années plus tard.

Lire aussi : L’«Œuf de la mort», ce fou et futuriste projet d’arme impériale russe

Une idée ancienne

Alaska, 1918

La construction d'un pont ou d'un tunnel sur le détroit de Béring, une étroite étendue d'eau située entre l'Alaska américain et la Tchoukotka russe, est une vieille idée qui remonte à la fin du XIXe siècle.

En 1890, le premier gouverneur du territoire du Colorado, William Gilpin, a en effet présenté une proposition futuriste visant à construire le « Chemin de fer cosmopolite », un vaste système de chemins de fer interconnectés qui ferait le tour de tous les continents du monde avec pour centre Denver, dans le Colorado.

Entre autres choses, le gouverneur Gilpin était un écrivain futuriste, et son idée de Chemin de fer cosmopolite était donc peut-être en avance sur son temps.

William Gilpin

Pourtant, l'idée n'est pas morte : en 1904, un syndicat de magnats américains des chemins de fer a proposé de construire un tunnel sous le détroit de Béring, entre le cap Prince-de-Galles, en Alaska, et le cap Dejnev, le point le plus à l'est de la masse continentale russe.

L'état précaire de la politique russe de l'époque aurait toutefois dû mettre la puce à l’oreille de ces magnats américains quant au caractère irréalisable de ce grandiose projet. En 1905, l'année même où le tsar Nicolas II aurait approuvé la proposition, la première révolution russe a éclaté et secoué le pays. Au cours des vingt années suivantes, la Russie allait connaître de multiples révolutions, une guerre civile, et une réorganisation totale de la vie sociale et politique, ainsi que l'émergence d'une toute nouvelle entité politique – l'URSS.

Gardes frontières d'URSS patrouillant le long de la mer de Béring dans la baie Providenia, en Tchoukotka

Il n'y avait par conséquent tout simplement pas de temps, d'argent, de certitude dans l'avenir ou de volonté politique pour lancer cet ambitieux projet d'infrastructure.

Lire aussi : Les projets soviétiques de colonisation de l'espace les plus fous

Sun Myung Moon

Sun Myung Moon

Un siècle plus tard, en 2005, le révérend Sun Myung Moon, un messie autoproclamé d'origine coréenne connu pour ses entreprises commerciales controversées, a ressorti ce projet des cartons en suggérant l’édification d’une structure reliant l'Est et l'Ouest.

« Pendant des milliers d'années, Satan a utilisé le détroit de Béring pour séparer géographiquement l'Est et l'Ouest, le Nord et le Sud, ainsi que l'Amérique du Nord et la Russie. Je propose qu'un pont soit construit sur le détroit de Béring, ou qu'un tunnel soit creusé sous celui-ci », aurait-il déclaré.

Moon n'a pas hésité à faire une grande publicité à son idée : « Certains peuvent douter qu'un tel projet puisse être réalisé. Mais, là où il y a une volonté, il y a toujours un moyen, surtout si c'est la volonté de Dieu. La science et la technologie du XXIe siècle rendent possible la construction d'un tunnel sous le détroit de Béring. Ce tunnel peut contribuer à faire du monde une seule et même communauté », a-t-il poursuivi.

Se lançant dans une tournée mondiale pour promouvoir son idée et obtenir des fonds, le messie autoproclamé a trouvé des alliés inattendus, dont Neil Bush, fils du président américain George H. W. Bush, qui aurait accompagné Moon pendant une partie de son voyage afin de promouvoir le projet.

Neil Bush

Pourtant, malgré cette promotion et le soutien de personnes de haut rang en divers endroits du monde, le projet n'a jamais pris suffisamment d'élan pour que son lancement soit enfin annoncé.

L'absence de financement décisif s'explique peut-être par le fait que les hypothétiques bénéfices économiques du tunnel s’avèrent plutôt incertains, puisqu'il est censé relier l'Alaska à la partie la moins peuplée de Russie.

En outre, les conditions climatiques difficiles constituent un sérieux défi, la construction n'étant possible que pendant cinq mois de l'année.

Îles Diomède, dans le détroit de Béring

Étant donné que les relations bilatérales entre les États-Unis et la Russie se sont détériorées ces dernières années, la construction d'un tunnel ou d'un pont sur le détroit de Béring semble être une perspective bien trop lointaine. Cependant, on peut être sûr que quelqu'un soulèvera à nouveau la question à l'avenir.

Dans cet autre article, nous vous présentons des projets non réalisés de l'URSS qui étaient censés épater le monde entier.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies