En images: bâtir un galion grandeur nature dans son jardin, le projet fou d’un Russe devenu réalité

Anton Vergun/www.go31.ru
Il l'a même transformé en «Musée de la piraterie».

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Valeri Kikou a vécu en Crimée avant de s'installer dans un village de la région de Belgorod (Extrême-Ouest de la Russie). La vue de la mer lui manquait et il a donné à son désir languissant une forme d'évasion inattendue.

Dans son jardin, Kikou a en effet bâti une construction imitant finement un galion, ces voiliers à plusieurs ponts utilisés par les États européens entre les XVIe et XVIIIe siècles.

Valeri a baptisé son navire « Golden Hind » en l'honneur du galion corsaire commandé par l'explorateur maritime anglais Sir Francis Drake.

Bien que le « navire » nouvellement construit ne puisse pas réellement naviguer et qu'il se tienne fermement à terre dans l'arrière-cour de Kikou, il ressemble beaucoup au célèbre vaisseau.

« Mon ami et moi rêvions de posséder un navire lorsque nous vivions à côté d'une base navale en Crimée », a déclaré Valeri dans une interview pour l'agence vidéo Ruptly.

>>> Une réplique de la pyramide de Khéops voit le jour dans un village russe

Ce rêve d'enfance ne s'est pas immédiatement concrétisé. Kikou a déménagé, a construit une maison et a eu des enfants. Alors que ces derniers grandissaient, il fabriquait des maquettes de bateaux en guise de passe-temps.

Bientôt, cependant, ce loisir inoffensif a pris une tout autre tournure.

« Quand j'ai eu besoin de construire un atelier de garage, j'ai voulu, pour une raison quelconque, qu'il ressemble à un navire. J'ai pris le Golden Hind comme modèle pour mon projet », a témoigné Kikou.

L'artisan habile a donc passé son hobby à une échelle supérieure : il a entrepris de construire une réplique de galion grandeur nature. Kikou a tout d’abord édifié le rez-de-chaussée de cette structure massive en 2014 et s'est progressivement déplacé vers le haut jusqu'à ce qu'il termine les mâts et les voiles du navire.

Les voisins, qui ne voyaient la mer, au mieux, qu’une fois par an pendant leurs vacances, ont d'abord jugé son projet avec suspicion. L'homme a notamment été critiqué pour avoir gaspillé de l'argent sur un chantier que d'autres considéraient comme inutile.

« Mais j'ai déjà construit une maison, j'aide mes enfants [financièrement]. [Construire le galion] est mon passe-temps », a néanmoins répondu Kikou à ceux qui avaient du mal à comprendre pourquoi il avait construit un bateau dans son jardin, si loin de la mer.

>>> En photos: le «navire rond», bâtiment de guerre le plus insolite de la flotte impériale

Cependant, le site inhabituel – que Kikou a transformé en ce qu'il a appelé le « Musée de la piraterie » – attire aujourd'hui l'attention des locaux et même de ceux qui vivent dans les villages et villes des alentours. En 2020, le propriétaire du navire a commencé à mener des excursions sur le pont du « jumeau » du Golden Hind. Rien n'indique toutefois que Kikou souhaite commercialiser davantage son projet.

Dans cet article, nous vous présentons le Kruzenshtern, le Sedov et d’autres légendaires voiliers qui arborent fièrement le pavillon russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies