En images: les projets soviétiques de colonisation de l'espace les plus fous

Mikhail Fillimonov/Sputnik
Pour les scientifiques, les artistes et les écrivains soviétiques, l'espace s’est mué en sujet d'inspiration et en source des rêves utopiques les plus fous. Voici les fantasmes et projets les plus ambitieux et incroyables envisagés par les innovateurs communistes.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le premier homme a marché sur la Lune en 1969. Étonnamment, à cette occasion, les visionnaires soviétiques ont sous-estimé les capacités du développement technologique humain. En 1958, le magazine soviétique Tekhnika-Molodeji (« Technique des jeunes ») a émis l'hypothèse que le premier homme ne marcherait pas sur la surface de la Lune avant la fin du XXe siècle. Pour que cela se produise, selon le magazine, les scientifiques devaient faire atterrir un satellite artificiel sur la Lune (ce qui a eu lieu en 1959) et faire exploser une arme nucléaire à sa surface à des fins scientifiques (évidemment, cela ne s'est jamais produit dans la vraie vie).

L'artiste soviétique Denis Dachkov a imaginé une future station lunaire censée être construite sous la surface de la Lune pour protéger ses habitants des météorites et des températures extrêmes variant de + 120°C à -150°C.

Selon l'artiste, la station devait être alimentée par des batteries solaires situées à la surface du satellite terrestre, l'entrée de la station se faisant via un puits. Selon le plan, les explorateurs auraient vécu au niveau supérieur de la station, tandis que l'air, la nourriture et les autres fournitures nécessaires seraient stockés au niveau inférieur.

Un autre artiste, Fiodor Borissov, a imaginé que les futures stations lunaires ressembleraient à des maisons sphériques recouvertes de sol naturel trouvé à la surface de la Lune pour les protéger des éléments et des conditions inhospitalières régnant sur le satellite.

Lire aussi : «Œuf de la mort»: ce fou et futuriste projet d’arme impériale russe 

Le cylindre O'Neill, un concept futuriste de colonisation de l'espace - proposé par le physicien américain Gerard K. O'Neill dans son livre de 1976 La frontière haute : les colonies humaines dans l'espace - a inspiré les visionnaires de l'Union soviétique : beaucoup d'entre eux ont traduit et diffusé l'idée dans les pages des magazines scientifiques soviétiques.

En particulier, Tekhnika-Molodeji a décrit la conception du cylindre O'Neill comme suit : « Une colonie spatiale autonome pour 10 000 à 20 millions de personnes sera créée sous la forme de deux cylindres connectés de 7,5 kilomètres de diamètre. Leur rotation créera une gravité similaire à celle de la Terre. L'agriculture et l'élevage se développeront à l'intérieur de la station et sur les cercles agronomiques extérieurs ».

Le même magazine a décrit un projet logistique futuriste appelé « Centro ». L'idée est similaire à ce qui était décrit dans le film hollywoodien de 2012 Total Recall : un tunnel qui traverse la Terre de part en part et permet le transport de personnes et de marchandises beaucoup plus rapidement.

Les écrivains soviétiques ont calculé qu'un tel tunnel aurait pu être construit en 48 ans. S'il avait été construit, il aurait permis de passer notre planète via son centre en seulement 43 minutes, en raison des forces gravitationnelles qui, selon les futuristes soviétiques, alimenteraient les capsules. Le projet Centro était également considéré comme une nouvelle méthode de lancement de fusées dans l'espace : les rêveurs soviétiques pensaient que les forces gravitationnelles seraient plus efficaces que les moteurs à réaction coûteux et jugés moins puissants.

L'idée d'un ascenseur spatial, proposée pour la première fois par le scientifique russe et pionnier de l'astronautique Konstantin Tsiolkovski, a ensuite donné naissance à un projet futuriste téméraire qui est apparu sur les pages du magazine scientifique populaire en 1959. L'auteur a proposé la construction d'une tour de 35 800 km de hauteur destinée à acheminer des scientifiques et de l'équipement dans l'espace et, peut-être, lancer des vaisseaux spatiaux depuis son sommet, afin de résoudre à jamais le problème de la gravité de la Terre. Inutile de dire que ce rêve futuriste ne s'est jamais réalisé.

L'ingénieur soviétique Sergueï Jitomirski, explorant l'idée de la colonisation spatiale par les hommes, a proposé un concept ambitieux de villes flottantes situées dans l'atmosphère de Vénus. Il pensait que la technologie appliquée à la construction des zeppelins et des montgolfières pouvait être utilisée pour maintenir les stations à environ 50 ou 60 km au-dessus de la surface de Vénus, où la température et d'autres conditions étaient jugées confortables pour les humains. Le projet a été baptisé de manière romantique « Îles flottantes de Vénus ».

Dans cette autre publication, découvrez l’avenir communiste tel qu’on le racontait aux enfants soviétiques 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies