Ces projets non réalisés de l'URSS qui étaient censés épater le monde entier

Evzerikhine; Pouchkarev/TASS; Domaine public
Ces plans très ambitieux auraient dû faire de l'URSS un leader incontesté dans de nombreux domaines, mais quelque chose a toujours mal tourné.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Internet soviétique

Variante finale de la structure de l'OGAS illustrée par V. Glouchkov

L'Internet soviétique s'appelait Système national automatisé de comptabilité et de traitement de l'information, ou simplement OGAS, mais en fait, son concept était loin des forums, des tchats, des mèmes et des lives vidéo. L'OGAS était censé être responsable de la planification de l'ensemble de l'économie soviétique, du nombre de marchandises en rayon au nombre de travailleurs dans les ateliers.

Il fonctionnait ainsi : un réseau de centres informatiques interconnectés devait collecter et analyser des données en temps réel dans tout le pays, produisant les meilleures solutions possibles. Tous les peuples soviétiques devaient y être connectés. Cela excluait l'utilisation de la monnaie papier et tout le monde devait se convertir aux paiements électroniques.

En 1970, les ordinateurs du Gosplan (l’organe en charge de la planification) calculaient déjà 180 paramètres, et en 1985 – 30 000. Toutefois, l'idée finale n'a pas été concrétisée – le pays souffrait d’un manque de matériel et de financement. Sous les Soviétiques, les industries militaires et spatiales ont en effet toujours été prioritaires.

Vol vers Mars

Dessin schématique de la fusée destinée à rejoindre Mars avec la station en orbite autour de la Terre

Le fait est qu'un vol vers la Lune n'a jamais été une priorité pour l'Union soviétique, mais seulement une escale intermédiaire. La mission la plus importante était un vol vers la Planète rouge, auquel Sergueï Korolev, chef concepteur spatial de l'URSS, a été étroitement associé en 1960.

Tout a été pensé : une fusée super-lourde pour atteindre l'orbite de Mars, une station autonome avec un cycle fermé de consommation/production de ressources, une serre spatiale, etc. Ce qui a bloqué le projet, c'est la « course vers la Lune » – voyant que les Américains pouvaient les devancer sur notre satellite naturel, les Soviétiques ont changé de priorités pendant un certain temps. Après avoir perdu la bataille, l'idée d'un vol vers Mars a été revue – une mission de cinq hommes était prévue pour 1985. Néanmoins, avec la mort de Korolev en 1966, l'expédition martienne a commencé à s'enliser et s'est bientôt complètement arrêtée.

Lire aussi : «Œuf de la mort», ce fou et futuriste projet d’arme impériale russe

Palais géant des Soviets

La construction de ce bâtiment administratif devait être l'une des plus ambitieuses de l'histoire de l'URSS. L’on voulait alors faire du Palais des Soviets, avec une statue de Lénine de cent mètres sur le toit, un symbole du nouveau pays et le plus haut bâtiment du monde à l’époque – 415 mètres ! Et si le projet avait été réalisé, nous verrions aujourd'hui une telle scène.

Cet édifice grandiose devait remplacer la cathédrale du Christ-Sauveur, qui a été détruite en 1931, et ses fondations ont même été posées. Cependant, la Seconde Guerre mondiale a bouleversé les plans. Après le conflit, le projet n'a pas pu être « ramené à la vie » et, à la place, a été bâtie la plus grande piscine à ciel ouvert du pays. Dans les années 1990, cette dernière a été fermée et le temple initial a été reconstruit – une copie exacte de celui qui avait été détruit.

Missile global GR-1

Maquette du missile global GR-1 paradant sur la place Rouge le 9 mai 1965

Le concept de « missile global » était basé sur un projet similaire des États-Unis, mais là-bas, il a été assez rapidement reconnu comme peu prometteur, tandis qu’en Union soviétique, le développement de cette arme terrible a été sérieusement entamé. L'essence du GR-1 était de lancer un missile avec une tête nucléaire en orbite et, si nécessaire, de frapper une cible directement depuis l'espace. Un tel missile n'aurait aucune restriction de portée et de direction, ce qui signifie que n'importe quel objet sur la planète aurait pu être disponible pour un impact.

« Avec un missile global en place, les outils d'alerte ont perdu toute leur valeur. Les missiles globaux sont impossibles à détecter à temps pour préparer des mesures », a déclaré Nikita Khrouchtchev. En 1965, a été déployé un prétendu « modèle de vol » sur la place Rouge (il s’agissait en fait d’une maquette), qui a effrayé l'Occident. Les Soviétiques ne sont finalement ensuite pas allés plus loin : le missile a connu de nombreux problèmes techniques, le projet a finalement été abandonné, et les armes spatiales ont été interdites par l'Assemblée générale des Nations unies.

Détournement de fleuves

L'Union soviétique n'avait pas pour habitude de s'arrêter même devant la nature. Ce projet fou des années 1970 s'est développé sur 20 ans avec la participation de 160 organisations scientifiques et de production. Les autorités soviétiques cherchaient un moyen de transformer des régions traditionnellement arides en un paradis agricole et, comme il leur semblait, elles l'ont trouvé.

Pour ce faire, il a fallu transférer une partie du débit des cours d’eau sibériens vers des régions arides – le Kazakhstan et plus largement l'Asie centrale. Par exemple, il était prévu de détourner les eaux de l'Irtych dans la direction opposée au moyen de stations de pompage, d'ouvrages hydrauliques et de réservoirs.

Il y avait aussi un autre projet, beaucoup plus radical, appelé « Taïga », qui supposait la création de nouveaux canaux pour les cours d’eau de l'Oural, en utilisant 250 explosions nucléaires. Seuls trois d'entre elles ont été mises en œuvre, et il a été reconnu par la suite que les dommages causés par ces interférences étaient trop importants pour l'écologie et la population. La même conclusion a été tirée dans le cas du détournement des cours d’eau ; le bon sens a prévalu.

Lire aussi : Dix projets d'architecture soviétique en papier fantastiques

Tour Tatline

Modèle de la Tour Tatline, 1919

Bien que le Monument à la Troisième Internationale Communiste, ou Tour Tatline, n'ait jamais été érigé, il est devenu la marque de fabrique du constructivisme dans le monde entier.

Vladimir Tatline a conçu la tour comme un symbole de la Révolution de 1917. De plus, la construction de 400 mètres devait tourner : le cube devait effectuer un tour autour de son propre axe en un an, le cône en un mois, le cylindre en une journée, et l'hémisphère en une heure. La tour n'est cependant pas apparue à Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) parce qu'à la fin des années 1920, la direction soviétique s'est montrée plus froide envers les artistes d'avant-garde et a cessé de les impliquer dans des projets marquants.

Éclairage cosmique de la Terre

Le vaisseau Progress avec la voile solaire

Un autre projet spatial apparemment impensable est né dans les années 1980. L'ingénieur soviétique Vladimir Syromiatnikov, qui a développé le système d'amarrage pour les vaisseaux spatiaux, se demandait si un navire pouvait voler non pas grâce au carburant, mais grâce à l'énergie solaire – en utilisant d'énormes miroirs spatiaux (la fameuse « voile solaire »). Une autre idée est donc née : si ce miroir était dirigé vers la Terre, il réfléchirait la lumière du Soleil et fournirait une lumière du jour constante. On pensait que de cette façon, on pourrait augmenter la productivité.

L'expérience pratique a même été réalisée (bien qu'après l'effondrement de l'URSS). En 1993, le vaisseau spatial Progress a déployé avec succès un réflecteur près de la station Mir qui a créé un point lumineux de 8 km de diamètre au sol – il a traversé l'Europe du sud de la France à l'ouest de la Russie à une vitesse de 8 km/seconde. Bien qu'il y ait eu une grande couverture nuageuse ce matin-là, certains locaux ont remarqué un flash de lumière. 

Une autre expérience a suivi, mais sans succès. Un des segments du miroir s'est pris dans l'antenne de la station Mir. En conséquence, le projet a été replié, son incohérence ayant été admise.

Champs de torsion

Champs de torsion, par Anatoli Akimov

Le champ de torsion est un champ physique hypothétique généré par tout objet en rotation. Dans les années 80, l'URSS croyait en la théorie des champs de torsion aussi fortement que dans le fait que très bientôt, sur la Lune, nous disposerions d’une base. Tout un programme impliquant des universitaires, le KGB et le ministère de la Défense a été mis en place pour étudier les propriétés des champs de torsion, car, comme l'a déclaré le scientifique soviétique Anatoli Akimov, cela aurait donné à l'humanité des opportunités uniques : un moteur à torsion, une source d'énergie à torsion, des matériaux avec de nouvelles propriétés physiques ou encore une aide aux géologues pour voir à travers la Terre comme au rayon X (ce qui faciliterait la recherche de ressources dans le sol).

La théorie utopique a été soutenue par l'État, mais elle n'a pas donné de résultats, et il n'y a pas eu de confirmation scientifique de toutes ces « possibilités ». En juillet 1991, lors d'une réunion du Comité pour la science et la technologie, le programme de recherche a été jugé pseudo-scientifique et a été arrêté.

Dans cet autre article, nous vous présentions des projets soviétiques fous imaginés pour développer l’Arctique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies