L'histoire du palais des Soviets, projet pharaonique et inaccompli de Lénine et de Staline

Ce projet utopique incarnant la puissance soviétique aurait été l'exemple le plus remarquable de l'ingénierie et de la pensée architecturale du jeune pays. Si ce n’est qu’il est resté sur papier.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le palais des Soviets est le plus célèbre et le plus grandiose des projets non réalisés du pouvoir soviétique. Conçu au début des années 1920, il devait devenir le bâtiment central et le symbole du nouveau pays - il était prévu d’y installer le siège des autorités et même une piscine, l’édifice géant devant également accueillir les sessions du Soviet suprême de l'URSS et des manifestations de masse.

Géant se dressant jusqu’au ciel

En plus de sa signification symbolique, le palais des Soviets avait une autre visée, non moins importante - il devait constituer un manifeste architectural du régime soviétique qui, au début des années 1930, avait déjà tourné le dos au constructivisme et était à la recherche d'un nouveau style. Le gagnant du concours international pour la conception du bâtiment géant était une équipe d'architectes soviétiques dirigée par Boris Iofan, auteur de la célèbre Maison sur le Quai (immeuble situé près du Kremlin où logeaient des membres du gouvernement et la plus haute nomenklatura soviétique). Jusqu'à la fin de ses jours, l'architecte a regretté que le grand projet de sa vie n’ait pas jamais le jour.

>>> Comment les architectes français ont transformé Moscou et Saint-Pétersbourg

Lénine de 100 mètres supplantant un travailleur

Selon le projet de Iofan, le palais des Soviets devait être le plus haut bâtiment du monde (sa hauteur totale devait atteindre 495 m !) – et symboliser la victoire du socialisme. Dans la version originale, le bâtiment devait être couronné de la sculpture Prolétaire libéré - la statue d'un travailleur de 18 mètres de haut avec une torche à la main. Staline est intervenu personnellement dans la conception, comme cela arrivait souvent : il a souligné que le palais devrait être un monument à Lénine et à ses enseignements - la figure du prolétaire a donc été remplacée par un Lénine de près de 100 mètres.

« Le bras de la statue tendue sur Moscou fera près de 30 m de long. L'index fait plus de 4 m. Par temps clair et ensoleillé, la statue de Lénine sera visible à plusieurs dizaines de kilomètres », indiquait le projet.

On prévoyait que le palais puisse accueillir jusqu'à 40 000 personnes à la fois. L'entrée principale, située face au Kremlin, devait être décorée de statues de Karl Marx et Friedrich Engels. Sur le plan architectural, la structure monumentale, généreusement ornée de bas-reliefs avec des symboles du pouvoir soviétique, était censée marquer la transition de l'avant-garde à l'empire stalinien.

>>> La vie de Lénine en cinq paradoxes étonnants

Des réunions au sommet aux séances de baignade

Le palais des Soviets a été conçu comme l'un des bâtiments les plus avancés technologiquement au monde. Le bâtiment devait être équipé d'ascenseurs à grande vitesse, de systèmes de purification de l'air et de salles multifonctionnelles avec des écrans géants. L'une des innovations était une scène modulaire, qui, si nécessaire, devait se transformer en... piscine.

Transformation du centre de Moscou

Il était prévu de construire le palais des Soviets près du Kremlin, sur le site de l'actuelle cathédrale du Christ-Sauveur. Entre le palais et la place Loubianka, on prévoyait de créer une avenue du palais des Soviets, et des routes en rayons devaient relier différentes parties de la ville au centre. Pour cela, il était en particulier prévu de détruire complètement tous les bâtiments prérévolutionnaires du centre-ville, à l’exception de plusieurs édifices particulièrement précieux. Parmi eux - le Musée des beaux-arts Pouchkine sur la rue Volkhonka, qui, afin d'élargir la route, aurait dû être déplacé sur le côté. Cependant, les plans grandioses des urbanistes et des architectes ont été entravés par la Seconde Guerre mondiale.

Piscine au lieu d'un palais

En 1931, la cathédrale a été détruite et la pose des fondations d'un nouveau bâtiment a commencé. Les travaux ont duré huit ans mais, après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, ils ont été complètement abandonnés. En 1941-1942, la charpente métallique du palais a été démontée pour la construction de ponts et de barrières antichars. Après la guerre, le projet n’a jamais été relancé - Khrouchtchev ne l’appréciait pas. En 1960, la plus grande piscine de l'URSS, baptisée « Moscou » (d’un diamètre 130 m), a été construite à l’endroit où se trouvaient les fondations du bâtiment. La piscine en plein air toutes saisons a survécu au régime soviétique : elle n'a été fermée qu'en 1994 afin de recréer la cathédrale du Christ-Sauveur.

>>> Pourquoi ajoutait-on des étages aux bâtiments en URSS?

Le projet relancé après la mort de Staline

Après la mort de Staline, l'idée de construire le palais n’est réapparue qu’une fois: en 1956-1958, un nouveau concours pour le meilleur projet architectural fut organisé. Certes, il était prévu de placer le bâtiment non pas au centre-ville, mais dans le sud-ouest de Moscou, non loin de l'Université d'État de Moscou. Cependant, ces plans furent rapidement abandonnés - le pays était au bord du dégel et d'une nouvelle révolution urbanistique. Le style empire stalinien, avec sa monumentalité et ses énormes budgets, était à jamais relégué au passé.

Staline a-t-il été assassiné ? Voici les trois théories à rebours de l’histoire officielle.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies