Lev Vygotski, le père russe de la psychologie moderne

Domaine public; Iakov Berliner/Sputnik; Russia beyond
Lev Vygotski a été une figure emblématique pour plusieurs générations de psychologues en Russie et à l'étranger. Ses concepts et ses théories, développés il y a près de 100 ans, ont transcendé la géographie et le temps et sont encore utilisés de nos jours.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Quand un homme est enveloppé dans ses pensées, cela fait un bien petit paquet », considérait l'écrivain britannique John Ruskin. Le Russe Lev Vygotski, par contre, était un homme aux multiples visages. Il avait l'œil pour le bon art, aimait le théâtre, connaissait la littérature, parlait plusieurs langues, dévorait les livres, dont les œuvres illuminatrices de Sigmund Freud, a écrit une étude sur Hamlet, éditait des revues, et tout cela avant que la psychologie ne devienne sa principale occupation.

Considéré par beaucoup comme l'un des psychologues les plus influents du XXe siècle, Vygotski n'a pourtant jamais reçu de formation officielle dans ce domaine. Il a étudié la médecine et le droit et a grandi à Gomel, en actuelle Biélorussie (qui appartenait alors à l'Empire russe), dans une famille juive aisée. Étudiant brillant au dire de tous, il a été autorisé à entrer à l'Université de Moscou, malgré des lois discriminatoires limitant le nombre de juifs pouvant recevoir une éducation supérieure.

En 1926, alors qu'il travaillait déjà à l'Institut de psychologie de Moscou, Vygotski, âgé de 30 ans, a déclaré que la psychologie avait atteint un stade de crise et qu'une grande solution était requise. La seule façon de faire face à ce problème était de systématiser les données sur la psyché et le comportement humains. Il était nécessaire de développer une sorte de grande approche unifiée de l'analyse de l'esprit humain.

Vygotski a associé tous les facteurs liés à la compréhension de la psyché humaine aux défis de l'éducation d'un enfant. « À travers les autres, nous devenons nous-mêmes », pensait Vygotski, que l'on a surnommé le Mozart de la psychologie. Selon lui, chaque personne, quel que soit son âge ou son sexe, est faite de possibilités non réalisées.

Lire aussi : Qui était Valeri Legassov, le scientifique soviétique qui a sauvé le monde de Tchernobyl?

3 des réalisations de Vygotsky

D'un point de vue pratique, Vygotski a fait plusieurs percées :

Il a présenté une thèse révolutionnaire : les capacités innées affectent le développement et l'épanouissement d'un enfant, mais ne les déterminent pas.

Vygotski croyait que les enfants apprenaient par l'interaction physique. Sa théorie socioculturelle affirme que l'apprentissage est avant tout un processus social dans lequel la société et les parents jouent un rôle clé. Vygotski a été le premier à reconnaître dans la Russie post-révolutionnaire que chaque enfant avait une chance de grandir. Il croyait fermement que les enfants ayant des difficultés d'apprentissage, qui rendent la communication particulièrement difficile, pouvaient faire des progrès substantiels.

« En fait, la psychologie nous l'enseigne depuis longtemps, les enseignants le savent depuis longtemps, mais ce n'est que maintenant que la loi la plus importante a été formulée avec une précision scientifique : un enfant voudra tout voir s'il est myope, tout entendre s'il est malentendant et voudra parler s'il a des défauts ou des difficultés d'élocution ».

Vygotski a créé la théorie de la « zone proximale de développement » (ZPD), qui a fourni aux psychologues du monde entier une nouvelle approche pour évaluer et mesurer les processus fondamentaux du développement.

Selon lui, à tout âge, un enfant ne peut acquérir qu'une certaine quantité de connaissances. En d'autres termes, il ne faut pas s'attendre à ce qu'un enfant de quatre ans en moyenne vous batte aux échecs. Les parents, dit-il, devraient se concentrer sur la zone dite proximale de développement de l'enfant. Cela peut être perçu comme un défi qu'un enfant ne peut pas relever seul à un moment donné, mais qu'il ne tardera pas à résoudre.

La dynamique du développement de l'élève à l'école peut également être évaluée en utilisant les paramètres de la ZPD. Si un enfant peut étudier quelque chose par lui-même, certaines choses ne peuvent être confrontées qu'avec l'aide d'un parent ou d'un enseignant.

« Le développement est un processus continu auto-conditionné, et non une marionnette guidée par la traction de deux ficelles. Un enfant n'émerge en tant qu'individu distinct qu'à travers l'interaction et une participation active dans la vie des autres ».

Vygotski a par ailleurs cimenté le « Premier Amendement » de l’enfant, le droit au jeu, que la plupart des psychologues considèrent comme le tenant et l’aboutissant de l'éducation préscolaire.       

Vygotski pensait que le jeu pouvait stimuler le développement de la pensée, de la mémoire, de l'imagination et des capacités d'action. Il y a cent ans, le psychologue soviétique a ainsi été le visionnaire de qui est prouvé aujourd'hui : si un enfant ne dispose pas d'un espace de jeu à l'âge préscolaire, il peut éprouver plus tard des problèmes d'apprentissage.

Le jeu aide l'enfant à évoluer. « C'est une source de développement », pensait Vygostski. Les enfants peuvent développer des capacités de réflexion, de résolution de problèmes et de raisonnement en jouant. Le jeu est une activité clé qui contribue à créer une zone proximale de développement, à motiver la participation, à créer des plans d'action dans une situation imaginaire.

Lire aussi : Cinq femmes scientifiques qui ont marqué l'histoire de la Russie

Ouvrir une voie à la psychologie moderne

Vygotski a travaillé main dans la main avec Alexandre Louria, le père fondateur de la neuropsychologie russe. Ensemble, ils ont mené une série de croisières de recherche en psychologie du développement, en pédagogie et en psychopathologie.

Vygotski n'a voyagé à l'étranger qu'une seule fois, mais ses concepts ont fait le tour du monde. Ses travaux ont été réimprimés et traduits dans de nombreuses langues. Les travaux historiques et culturels de Vygotski sur la relation entre le langage et la pensée et sa théorie du développement par l'action et les relations sont devenus la base de la psychologie moderne.

Après la sortie en anglais de son grand opus Pensée et langage au début des années 1960, les idées de Vygotski se sont répandues dans le monde entier, avec de nombreux adeptes aux États-Unis et en Europe. Lorsque l'un d'entre eux, le psychologue américain primé Urie Bronfenbrenner, s’est rendu en URSS, il a fait une déclaration étourdissante à la fille de Vygotski : « J'espère que vous savez que votre père est Dieu pour nous ? ». Elle n’en avait absolument pas conscience.

Ses étudiants et ses proches collaborateurs considéraient Vygotski comme un génie. Il y avait un intérêt mutuel des deux côtés. Le pionnier de la psychologie soviétique a eu une vie courte mais pleine de sens. Vygotski est mort de la tuberculose en 1934, à l'âge de 37 ans seulement. Une partie importante de ses travaux a été publiée par ses étudiants à titre posthume.

Dans cet autre article, nous vous relatons l’incroyable destin de Mikhaïl Yankovski, cet ancien ennemi de la Russie devenu éminent scientifique et industriel du pays.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies