Qui était l'homme derrière le «chien de Pavlov»?

A. Sverdlov/Sputnik
Ivan Pavlov est peut-être le scientifique le plus célèbre de Russie, mais pour la plupart des étrangers, il vit dans l'ombre de ses célèbres expériences sur les chiens. Qui était Pavlov, et qu'a-t-il apporté d'autre à l'histoire de la science?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

On affirme que les habitants de Koltouchi, à seulement vingt kilomètres de Saint-Pétersbourg, ignorent souvent qui a planté les arbres du parc de la ville. Je suis là un samedi, et beaucoup de monde s’y promène, en famille ou entre amis. Mon guide, Irina Aktouganova, explique que peu de gens savent que les bâtiments en bois éparpillés sur la pelouse font partie du patrimoine de la région protégé par l'UNESCO, un monument lié au plus célèbre scientifique et premier prix Nobel de Russie : Ivan Petrovitch Pavlov.

Un homme à l'ombre de ses chiens

Quand les étrangers pensent à Ivan Pavlov, ils sont plus susceptibles de songer à ses expériences avec des chiens qu'aux parcs qu'il cultivait. En fait, ils pourraient même ne pas penser à l'homme du tout - un sort étrange pour un scientifique dont le nom apparaît dans les manuels scolaires du monde entier. On parle peu de l'étang où le chercheur vieillissant nageait tous les matins, du bania où il invitait ses amis à transpirer et passer du bon temps, ou du vélo bien-aimé qu'il avait acheté en Suède avant la Révolution bolchevique. Ou de la façon dont il a survécu à cette même révolution, d'ailleurs.

Ivan Pavlov (deuxième à droite) dans son laboratoire. Leningrad, 1927

J’ignorais avant de venir à Koltouchi que les mains qui actionnaient une clochette pour les chiens cultivaient également des vergers entiers de pommiers, ou que de jeunes chimpanzés poussaient des cris ici entre les arbres et les bustes de scientifiques comme Descartes, Mendel ou Setchenov. Aktouganova, conservatrice d'une nouvelle exposition permanente artistique et scientifique située dans le sous-sol du laboratoire historique de Pavlov, indique que c'est le scientifique lui-même qui a développé ce hameau autrefois habité par la diaspora finlandaise, avant d’en faire le premier village universitaire du pays.

>>> Ce Russe ayant vaincu le choléra et la peste et sauvé des millions de vies à travers le monde

Longue route vers le prix Nobel

Né en 1849 dans ce qui était encore l'Empire russe, Pavlov était l'aîné de onze enfants élevés par un prêtre orthodoxe russe et sa femme. En raison d'une blessure précoce lorsqu'il était enfant, il n'a pu commencer l'école qu'à l'âge de onze ans. Malgré cela, il a montré une grande intelligence et un fort potentiel durant ses études - il a appris à lire seul à l'âge de sept ans, et après avoir délaissé la théologie pour la physiologie (en passant pour ses études de Riazan à Saint-Pétersbourg), il a remporté de prestigieux prix alors qu’il était encore en premier cycle.

Maison-musée de l'académicien Ivan Pavlov dans sa ville natale, Riazan

Sa plus grande récompense, cependant, n'était pas encore venue. Après un séjour en Allemagne afin de recevoir son doctorat, Pavlov est retourné à Saint-Pétersbourg et a finalement été invité à y organiser le Département de physiologie de l'Institut de médecine expérimentale en 1891, qu'il a transformé ensuite en un centre mondial de la recherche physiologique. Le scientifique a été nominé pour le prix Nobel de physiologie ou médecine chaque année après 1901 jusqu'à sa victoire en 1904, mais pas pour son travail avec les chiens : il a été récompensé « en reconnaissance de son travail sur la physiologie de la digestion, grâce auquel la connaissance sur les aspects vitaux du sujet a été transformée et élargie ».

Toutefois, c'est sur cette base que sa plus célèbre expérience deviendrait possible.

La fameuse expérience

Les « réflexes conditionnés » qui ont rendu Pavlov célèbre font référence à la façon dont tout organisme doté d’un système nerveux suffisamment complexe peut développer des réflexes spéciaux en réponse à l’environnement. Pour découvrir cela, Pavlov a conçu des chambres insonorisées dans lesquelles les seuls stimuli étaient la nourriture et le son d'une cloche. La cloche sonnait avant que le chien ne reçoive de la viande, et les animaux ont donc finalement appris à associer la cloche à l'alimentation. Grâce à ses expériences sur le système digestif, Pavlov a pu mesurer les niveaux de salive des chiens pour confirmer que leurs glandes finissaient par produire de la salive en réponse à la cloche plutôt qu'à la vue ou à l'odeur de la nourriture.

>>> Fou et talentueux: pourquoi ce physicien russe coupait-il la peau de ses doigts?

C'est cette découverte qui a rendu son nom mondialement célèbre. Le mystère associé à ses expériences a conduit à nommer son ensemble de laboratoires, situé au centre de l'ancienne capitale impériale, sur l'île Petrogradski, la « Tour du Silence ». Pourtant, les forces de l'histoire ne donneraient pas à Pavlov le silence qu'il recherchait. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale et la révolution qui s’est ensuivie ont apporté dans la ville des scènes de chaos et de violence.

Premier village scientifique de Russie

Même si Pavlov a critiqué ouvertement l'idéologie soviétique, son travail lui a valu le respect de Vladimir Lénine en personne. « Il ne pouvait pas travailler dans le chaos, me dit Aktouganova, Et donc Pavlov a écrit à Lénine une lettre qui disait : "Donnez-moi un endroit pour travailler en paix, ou j'émigrerai" ». Le plan a fonctionné : le scientifique a reçu environ un million de roubles d'or pour déplacer son laboratoire. Et Pavlov a jeté son dévolu sur Koltouchi.

Il a construit un complexe de médecine expérimentale et l'a entouré de ce qui deviendrait le premier village scientifique de Russie. Il comprenait son laboratoire, une maison (qu'il utilisait rarement), un complexe qui comprenait un hôtel, une cafétéria et un club, cinq chalets pour les travailleurs et, bien sûr, des chenils pour les chiens, les chimpanzés et les autres animaux avec lesquels il travaillait. Cela a formé le noyau d'un ensemble de bâtiments qui s'est finalement étendu avec les années, jusqu'à devenir une banlieue fonctionnelle de Leningrad (connue désormais sous le nom de Saint-Pétersbourg), toujours en croissance.

« En regardant l'endroit maintenant, me dit Aktouganova, Vous ne penseriez pas qu'une figure de renommée mondiale vivait ici. Avec le statut de l'UNESCO, il devrait y avoir plus de touristes et plus d'infrastructures ».

>>> Comment un médecin soviétique procéda à l’ablation de son propre appendice en Antarctique

L'héritage de Pavlov

Manque de chance, le souvenir de Pavlov et de ses contributions ne figurait pas au plus haut niveau sur la liste des priorités nationales - après sa mort d’une pneumonie en 1936, le soutien au village s’est poursuivi, avant de s’arrêter lors de la Perestroïka dans les années 1980. Une attention plus accrue a ensuite été accordée aux sciences humaines, qui avaient subi diverses pressions au cours du dernier demi-siècle, et l'argent généralement investi dans les sciences « dures » a été réorienté.

Ivan Pavlov à Koltouchi, région de Léningrad

Cela dit, il existe toujours ici un musée qui raconte comment Pavlov a vécu les dernières années de sa vie. On y trouve des photos de lui avec sa femme Serafima, abrégé Sara, et leurs enfants (dont deux sont malheureusement morts pendant que Pavlov était encore en vie). À côté, des photos de visiteurs de renommée internationale comme Niels Bohr et H.G. Wells. Des clichés avec des artistes locaux célèbres, comme Ilia Repine, peuvent également être observés, tel un témoignage de l’époque de Pavlov, durant laquelle art et science n'étaient pas nécessairement déconnectés. L'exposition permanente au sous-sol, une collaboration entre jeunes artistes et scientifiques, cherche à revitaliser cette tradition.

Monument à Pavlov et son chien à Koltouchi

Des astéroïdes, des cratères lunaires et des principes scientifiques ont depuis été baptisés en l’honneur de Pavlov, mais il est devenu trop courant d'entendre parler de ce scientifique sans rien savoir de lui. Cela dit, ces bâtiments, tout comme ses célèbres chiens, sont un héritage qui ne sera pas oublié de sitôt. Ce qui reste est un témoignage d'un scientifique remarquable qui a changé notre façon de penser, notre comportement, nos désirs et d’autres secrets encore enfermés dans notre cerveau.

Dans cet autre article, découvrez le portrait de quatre Russes du XIXe siècle ayant marqué le monde de la médecine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies