Cinq femmes scientifiques qui ont marqué l'histoire de la Russie

David Sholomovich/Sputnik, Getty Images,Vasiliy Fedoseyev, Images from the History of Medicine (NLM), archive
De l'invention du premier antibiotique russe aux premières lampes fluorescentes, ces femmes ont laissé leur marque dans l'histoire de la science du pays.

Aujourd'hui, on trouve des femmes scientifiques dans le monde entier, et le phénomène ne surprend personne. Au printemps, le 19 mars, le prestigieux prix Abel de mathématiques a été attribué à une femme.

Mais cela a-t-il toujours été le cas ? Les premiers cours féminins supérieurs ont commencé à apparaître en Russie à peu près au même moment qu’en Europe, dans les années 1870, mais le plein droit des femmes à une éducation supérieure, sur un pied d’égalité avec les hommes, ne s’est concrétisé que dans les années 1920. Malgré cela, des scientifiques telles que Zinaïda Yermolieva, Sofia Kovalevskaïa, Lina Stern, Olga Ladyjenskaïa et Fatima Boutaïeva montrent que même dans les moments les plus difficiles, la recherche scientifique menée par les femmes a réussi à réaliser des percées.

Zinaïda Yermolieva, «Mme Pénicilline»

Zinaïda Vissarionovna Yermolieva (1898-1974), l'une des fondatrices de la microbiologie russe et soviétique, n’a pas choisi sa profession par hasard. En 1915, elle a décidé de devenir médecin après avoir appris que son compositeur préféré, Peter Tchaïkovski, était décédé du choléra. Zinaïda a donc pris la décision de se consacrer à la lutte contre cette maladie et est entrée à l’Université d’État du Don, où elle a obtenu son diplôme en 1921.

>>> Quatre muses russes qui ont inspiré les grands artistes du XXe siècle

Au cours de l'épidémie de choléra de 1922, Zinaïda a failli mourir à la suite d'une expérience personnelle : elle a délibérément bu de l'eau contenant des vibrions analogues au choléra pour explorer les voies de l'infection. Grâce à son audacieuse expérience, les normes modernes de chloration de l'eau ont été créées.

En 1939, elle a été envoyée en Afghanistan, où elle a inventé des méthodes de diagnostic rapide du choléra et un médicament efficace non seulement contre cette maladie, mais également contre la fièvre typhoïde et la diphtérie. Et pendant la Seconde Guerre mondiale, Zinaïda a pu empêcher la propagation d'épidémies de choléra près de Stalingrad. La maladie avait commencé parmi les troupes allemandes et menaçait les habitants de la ville et l'armée soviétique, mais grâce à Yermolieva, la production de bactériophages a été lancée, des vaccinations de masse et la chloration des puits ont eu lieu, permettant d’endiguer l'épidémie.

L'une des réalisations les plus importantes de la microbiologiste soviétique a été l'invention du premier antibiotique russe baptisé « Kroustozine », un analogue de la pénicilline. Le créateur de cette dernière, Howard Florey, s’est rendu en URSS avec une délégation en 1944 pour comparer les deux médicaments. Il s'est avéré que la Kroustozine  n'était pas pire, mais même plus efficace. Impressionné, Florey a surnommé Yermolieva « Mme Pénicilline ».

>>> Au-delà des stéréotypes: comment se comporter avec une femme russe moderne

Sofia Kovalevskaïa, première femme-mathématicienne

Première professeur d’université de sexe féminin au monde et première femme-mathématicienne de Russie, Sofia Vasilievna Kovalevskaïa (1850-1891) s'est familiarisée avec les mathématiques dès la petite enfance. La légende raconte que, faute de papier peint, les murs de sa chambre étaient recouverts de conférences du mathématicien Mikhaïl Ostrogradski sur le calcul différentiel et intégral. Elle a suivi ses premiers cours auprès d’un professeur particulier, mais elle n'a pu faire des études supérieures qu'à l'étranger. А cette époque, l'accès des femmes à l'université étant impossible. Sofia a organisé un faux mariage et est partie avec son mari, un jeune scientifique, en Allemagne. Là, elle a assisté à des conférences, d'abord à l'Université de Heidelberg, puis à celle de Berlin. En 1874, elle a obtenu son doctorat à l'Université de Göttingen.

Après le suicide de son mari en 1883, Sofia s’est rendue à Berlin avec sa fille et a obtenu un poste de professeur au département de mathématiques de l'Université de Stockholm, où elle a enseigné et imprimé en suédois. En 1888, la première femme-professeur d’université a écrit le document « Le problème de la rotation des corps solides autour d'un point fixe », dans lequel elle a exposé le troisième cas classique de résolution de ce problème, faisant avancer le travail commencé par Léonard Euler et J. L. Lagrange.

Lina Stern, première académicienne de l'URSS

Aînée d'une grande famille juive, Lina Solomonovna Stern (1878-1968) est née dans la province de la Courlande (aujourd'hui Lettonie) de l'Empire russe. Elle est devenue la première professeure à l'Université de Genève, où elle a étudié, puis la première académicienne d’URSS, pays où elle est revenue en 1925 après avoir été invitée à prendre la tête du département de physiologie de la Deuxième université d'État de Moscou (à partir de 1930 - Deuxième institut médical de Moscou).

>>>«Les Belges sont surpris que les Russes ne boivent pas de vodka au petit-déjeuner»

Femme incroyablement énergique et efficace, Lina Solomonovna dirigeait de 1925 à janvier 1949 le département de physiologie et parallèlement (1929-1948) l'institut de physiologie du commissariat populaire à l'éducation de la RSFSR (devenu ensuite l'Académie des sciences de l'URSS). En 1932, Stern a été élue membre de l'Académie allemande des sciences naturelles et à partir de 1939, elle a été membre de l'Académie des sciences de l'URSS. Ses recherches portaient principalement sur l'étude des bases chimiques et physico-chimiques des processus physiologiques chez l'homme et l'animal. C'est elle qui a introduit le terme de « barrière hémato-encéphalique » - un mécanisme qui régit de manière sélective le métabolisme entre le sang et le système nerveux central et remplit une fonction protectrice dans l'organisme.

Sous sa direction ont été mis au point une méthode d'électro-impulsion visant à arrêter la fibrillation ventriculaire du cœur et le premier dispositif d'électrothérapie cardiaque. Grâce à elle, le traitement du choc traumatique a été mis au point et a été largement utilisé dans les hôpitaux militaires pendant la Seconde Guerre mondiale. Et en 1947, Stern a proposé une méthode efficace pour le traitement de la méningite tuberculeuse en introduisant de la streptomycine dans le liquide céphalo-rachidien, à travers le crâne.

La science a sauvé la vie de Stern : en 1949, elle a été arrêtée dans l’affaire du Comité antifasciste juif, mais a été la seule à échapper à l'exécution en déclarant devant le tribunal qu'elle ne voulait pas mourir, car elle n'avait pas encore fait tout ce qu’elle pouvait pour la science. Néanmoins, Stern a passé quelques années, jusqu'en 1953, en exil au Kazakhstan, puis est retourné à Moscou où elle a dirigé le département de physiologie de l'Institut de biophysique théorique et expérimentale de l'Académie des sciences de Russie.

>>>Recherche: quel rôle pour les femmes en Russie?

Olga Ladyjenskaïa, mathématicienne

Olga Alexandrovna Ladyjenskaïa (1922-2004), mathématicienne exceptionnelle du XXe siècle, est née dans la petite ville de Kologriva, dans la région de Kostroma. Son père, Alexandre Ivanovitch, instituteur de mathématiques et ancien officier de l'armée tsariste, a inculqué bientôt à sa fille un amour pour sa spécialité (dès l'âge de 10 ans, elle s'acquittait facilement des problèmes mathématiques de niveau supérieur), mais le chemin menant à la science était parsemé d’embuches. En 1937, son père a été victime des répressions et bientôt fusillé. La stigmatisation liée au statut de « fille d'ennemi du peuple » a empêché Olga d'entrer au département de mathématiques et de mécanique de l'Université d’État de Leningrad.

Ce n’est qu’en 1943 qu’elle a pu s'inscrire à la faculté de mécanique et de mathématiques de l'Université d'État de Moscou et, en 1947, à l'école supérieure de l'Université d'État de Leningrad, où elle a obtenu par la suite le titre de docteur ès sciences physiques et mathématiques et est devenur professeur au département de mathématiques supérieures et de physique mathématique du département de physique de l'Université de Leningrad. Reconnue pour sa rigueur, sa curiosité et sa franchise, Ladyjenskaïa est l’auteure de plus de 200 articles qui couvrent un large éventail de problèmes liés à la théorie des équations différentielles aux dérivées partielles. Par exemple, ses travaux sur la théorie de l'hydrodynamique ont contribué aux développements liés aux mouvements des navires, des torpilles, du sang dans les vaisseaux et des liquides dans les pompes.

>>>La beauté en Russie, d’Ivan le Terrible à la chute de l’URSS

Comme son père, Olga était une personne polyvalente qui aimait non seulement la science, mais également la peinture, la poésie et la musique. Parmi ses amis figuraient de nombreuses personnalités culturelles : elle était amie avec Anna Akhmatova et faisait partie des quelques élus à qui la poétesse lisait ses poèmes pendant les années de répression. Olga est également l'un des 257 « Témoins de l'archipel », dont les récits, les lettres, les mémoires et les corrections ont été utilisés par Alexandre Soljenitsyne pour la création du livre L'Archipel du Goulag.

Fatima Boutaïeva, inventeur des lampes fluorescentes

Née dans un petit village ossète, où rares étaient ceux qui savent écrire, Fatima Aslanbekovna Boutaïeva (1907-1992) a commencé sa carrière d'enseignante en mathématiques à Kouïbychev, juste après avoir achevé la Deuxième université d'État de Moscou en 1932. Fatima est retournée à Moscou la même année et a enseigné pendant deux ans la mécanique théorique à l'École technique du complexe de formation de Metrostroï. En 1934, elle a commencé à travailler au laboratoire des sources de lumière de l'institut électrotechnique soviétique, d'abord comme ingénieur puis comme chef de département.

Grâce à ses travaux, Fatima est devenue plus tard le co-auteur de l'invention des premières lampes fluorescentes, pour laquelle elle a reçu en 1951 le prix Staline du deuxième degré. La même année, Boutaïeva et ses collègues ont déposé une demande de brevet concernant un nouveau principe d’amplification de la lumière, qui est maintenant utilisé dans tous les lasers. Cette invention était en avance sur son temps et huit ans plus tard, elle était reconnue et inscrite au registre national des découvertes scientifiques de l'URSS.

Voici les quatre femmes russes devenues célèbres dans le monde entier.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies