Une molécule aux propriétés antivirales et antioxydantes créée dans l’Oural

Image d'illustration

Image d'illustration

Pixabay

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Des chercheurs de l’Université fédérale de l’Oural ont synthétisé un composé hybride, les médicaments à base duquel peuvent faciliter la thérapie des maladies virales et prévenir les complications, informe le journal Rossiyskaya Gazeta. Le composé comprend un fragment d'azoloazine, aux propriétés antivirales, et un fragment de polyphénol, un antioxydant.

Comme l’explique Elena Guerassimova, professeur agrégé du Département de chimie analytique de l’Université en question, l’Homme consomme de l’oxygène, ce qui restaure les mitochondries. Ainsi, les métabolites de l’oxygène remplissent plusieurs fonctions importantes dont celle de phagocytose, lorsque les métabolites s’attaquent aux cellules étrangères, endommagées et incompatibles du point de vue immunologique.  

Toutefois, « s'il y a trop de métabolites, ils infecteront également les cellules saines ». Lorsque l’Homme est atteint du virus, « tout cela se produit dans les poumons », ce qui peut mener à des complications et exacerber des maladies pulmonaires chroniques.

>>> Cinq secteurs dans lesquels la Russie occupe les premiers rangs mondiaux             

Or, le nouveau médicament est censé protéger les membranes des cellules.

Comme l’explique au journal Mme Guerassimova, si les recherches lors desquelles les médicaments avec des parts antioxydantes et antivirales avaient déjà été menées, la nouveauté réside justement dans le fait de la création d’une molécule qui n’a pour le moment pas de pareil.

Actuellement, des essais biologiques sur des cellules sont en cours. Toutefois, la création du médicament n’est pas pour demain – il n’est pas exclu qu’une fois les études terminées d’autres molécules et leurs versions améliorées voient le jour. Ainsi, l’arrivée du médicament sur le marché pourrait prendre jusqu’à 30 ou 40 ans, selon les évaluations de Roman Drokine, de la chaire de chimie organique et biomoléculaire.  

Dans cet autre article, nous faisions le point sur la situation du tourisme médical en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies