Pourquoi l'URSS a-t-elle abandonné sa cartouche de fusil d'assaut la plus puissante?

Komsomolskaya Pravda/Global Look Press
Dotée de nouvelles cartouches 5,45x39 mm capables d’abattre les ennemis à des distances allant jusqu'à 400 mètres, l’AK est devenue l'une des mitrailleuses les plus redoutables au monde.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La principale mitrailleuse de l'armée russe, AKM, a été créée pour être chambrée avec une puissante cartouche de 7,62x39 mm, qui permettait de percer un mur de briques à une distance de 100 mètres. Cependant, au début des années 70, il fut décidé de l'abandonner au profit d'un modèle intermédiaire à plus faible impulsion de 5,45x39 mm. Pourquoi ?

Raisons du remplacement

« Au départ, le concept de balle à grande vitesse et de petit calibre a été étudié en Russie par un célèbre ingénieur en conception d'armes, Vladimir Fedorov, qui a conçu l’Avtomat Fedorov que beaucoup considèrent comme le premier fusil d'assaut jamais développé. Je pense personnellement que c’était le tout premier fusil de combat, mais pas exactement un fusil d’assaut dans le sens actuel de ce terme », a déclaré à Russia Beyond Vladimir Onokoï, spécialiste de l’industrie de défense russe, instructeur du maniement d’armes à feu et armurier.

>>> Une société russe créera un fusil de précision capable de tirer à 7 kilomètres

Comme il l'a mentionné, le point principal est que l’Avtomat Fedorov utilisait un petit calibre 6,5, et d'une certaine manière, il avait 50 ans d'avance sur son temps. Malheureusement, la Première Guerre mondiale a eu raison du projet.

« La prochaine fois que les ingénieurs de conception d'armes russes se tourneraient vers l'idée d'une cartouche à haute vitesse et de petit calibre aurait lieu dans les années 60. S’inspirant de la balle américaine de 5,56x45, ils ont suivi le même concept en développant une balle qui avait moins de recul, était plus légère et donc plus facile à transporter pour le soldat et avait une meilleure trajectoire balistique, facilitant le tir à longue et moyenne portée. La nouvelle balle était également plus efficace pour pénétrer les gilets pare-balles en raison de la vitesse plus élevée d'une balle légère », a-t-il noté.

Le projet fut un succès, et en 1974 un nouveau fusil d'assaut initialement appelé A-3 fut officiellement adopté sous le nom d’AK-74 (6P20).

Les munitions ont été remplacées pour les raisons suivantes. L'AKM de calibre 7,62x39 mm était puissant, mais le recul et la dispersion des balles lors du tir étaient trop élevés - une arme plus précise était nécessaire. De plus, la portée effective de destruction (en d'autres termes, la distance à laquelle le tireur détruira avec précision l'ennemi) était d'environ 200 à 250 mètres, ce qui était insuffisant. À ce titre, une cartouche de 5,45x39 mm augmentait la portée du fusil d'assaut de 100 mètres. Et finalement, il fallait réduire la masse de la mitrailleuse et de ses munitions (la nouvelle cartouche et la mitrailleuse AK-74M, à laquelle elle était destinée, sont devenues plus légères et ont permis au soldat de transporter quatre chargeurs pleins de plus).

« Lors de la conception d'une nouvelle cartouche, les concepteurs ont pris en compte l'expérience des Américains au Vietnam. Les Américains utilisaient des munitions de 5,56x39 mm aux performances similaires et tiraient sur des adversaires avec leurs fusils à la main depuis une longue distance. Nos armuriers ont tenu compte de cette expérience lors du développement de nouvelles armes », a déclaré à Russia Beyond un membre des services de sécurité russe désireux de rester anonyme.

Malgré cela, seule l'URSS a adopté les nouvelles munitions. Les États étrangers déjà armés d'AKM ont continué à utiliser des munitions de calibre 7,62 x 39 mm. Parmi eux : l'Inde, le Pakistan, les pays du Pacte de Varsovie, les pays africains, en partie la Chine et bien d'autres.

>>> AK-47: gros plan sur les défauts de la légendaire «kalach»

« Si nous devons mener une opération au Moyen-Orient, nous prendrons la version AK de calibre 7,62x39 mm. C'est pratique, car vous pouvez récupérer les munitions des terroristes que vous avez abattus. Si l'opération se déroule en Russie, nous prendrons très probablement un AK de 5,45x39 mm », a ajouté notre source.

Qu’en disent les chiffres ?

Chaque munition a ses propres avantages et inconvénients. Par exemple, la masse de la cartouche 7,62x39 est de 16,2 grammes, celle de 5,45х39 de 10,3 grammes. À titre de comparaison : le poids de 240 cartouches (huit chargeurs) de 5,45 est de 1,4 kg inférieure à celle du même nombre de cartouches de 7,62x39.

À propriétés létales égales, la portée de la cartouche de 5,45 est de 100 mètres supérieure, le recul de l’arme étant en outre considérablement réduit.

Cependant, les capacités de pénétration des cartouches de 5,45 sont inférieures à celles de 7,62. Dans le même temps, la munition de 5,45 a une chance beaucoup plus élevée de ricocher contre un obstacle.

Dans cet autre article découvrez trois armes russes dont vous n'avez jamais entendu parler.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies