Kalachnikov: comment démêler les vraies des fausses?

Vladimir Onokoï
Quand les gens pensent à la Russie, quelques images leur viennent souvent à l'esprit : la vodka, les hivers glaciaux, les belles femmes et la Kalachnikov. Nous nous concentrerons aujourd’hui sur cette dernière et ses imitations.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le fusil d’assaut Kalachnikov reste l’une des cartes de visite de la Russie, reconnaissable dans tous les coins du monde.

Mais les « kalach » et autres armes russes ne sont plus uniquement des armes de guerre. Dans de nombreux pays, vous pouvez trouver des versions civiles et sportives de célèbres fusils et armes de poing russes. Les gens les utilisent pour le tir de compétition, pour la défense personnelle, pour la chasse, et les désactivent pour les utiliser lors de reconstitutions historiques et comme accessoires de cinéma.

En travaillant dans différents pays, des personnes de différentes nationalités m'ont demandé : « Comment peut-on être sûr que l'arme est vraiment russe  ? À quoi doit-on faire attention ? ».

La manière la plus simple

La question est tout à fait justifiée, car des armes russes ont été produites, certaines illégalement, d'autres sous licence, dans des dizaines de pays à travers le monde. Par exemple, différentes versions de fusils Kalachnikov sont actuellement fabriquées dans 28 pays, et ces armes ne sont pas toutes créées selon les mêmes normes.

Prenons l'exemple du fusil classique AK. Il y a plusieurs choses à rechercher. Le moyen le plus simple consiste à regarder les sigles ​​du fabricant sur le côté gauche du récepteur. Là, vous verrez un tampon qui vous indique où l'arme a été fabriquée.

>>> Top-5 des mythes entourant la Kalachnikov

Dans ce cas, ce sera soit une « flèche dans un triangle », ce qui signifie que l'arme a été fabriquée à l'usine d'Ijevsk, soit une simple étoile, ce qui signifie que l'arme vient de Toula, chez un autre grand fabricant d'armes.

Dessin tiré du livre « Fusils d'assaut et mitrailleuses Kalachnikov de l'URSS et de la Russie » de Konstantin Podgornov

Une autre « Kalachnikov »

Il existe un autre fabricant qui est monté en puissance ces dernières années : l’usine Molot, qui a été fondée pendant la Seconde Guerre mondiale pour fournir à l'Armée rouge des mitraillettes si indispensables. Au début des années 1960, c’est devenu une des principaux sites de fabrication de la mitrailleuse légère Kalachnikov RPK.

Dans les années 1990, l’usine Molot a utilisé cette expérience pour produire des fusils sportifs civils appelés VEPR (ce qui signifie « sanglier »). Connus pour leur conception renforcée et leur robustesse, ces fusils sont populaires parmi les tireurs qui suivent l’adage de Boris The Blade du film de Guy Ritchie Snatch, qui disait  « Si c’est lourd, c’est bon, si c’est lourd, c’est fiable. Si cela ne fonctionne pas, vous pouvez toujours frapper avec. » Étant donné que les VEPR sont basés sur une mitrailleuse légère, ils sont en effet plus lourds que les autres versions de l’AK.

Pour identifier un VEPR authentique, recherchez le logo « étoile à l'intérieur du bouclier » sur le côté gauche du récepteur.

Dessin tiré du livre « Fusils d'assaut et mitrailleuses Kalachnikov de l'URSS et de la Russie »  de Konstantin Podgornov

Normalement, le logo sera juste à côté du numéro de série, il est donc très facile de le trouver. Gardez à l'esprit que si un pistolet russe a des lettres dans son numéro de série, elles seront en alphabet cyrillique.

>>> Où et comment acheter un char en Russie?

Copies afghanes

Quand je travaillais en Afghanistan, j'ai vu de nombreuses copies de fusils Kalachnikov de mauvaise qualité fabriquées dans les zones tribales du Pakistan, et l'un des plus gros « cadeaux » de ces armes était les lettres latines (anglaises) dans le numéro de série.

Dans cette région, la fabrication d'armes à feu contrefaites est une vieille tradition. Les marchands dans les zones tribales savent qu'ils seront payés plus pour une arme russe originale et feront tout pour la rendre aussi proche que possible de la réalité.

Ce qui les trahit généralement, c'est une mauvaise grammaire. Par exemple, sur le côté droit d'une arme russe, vous pouvez trouver des inscriptions avec les lettres cyrilliques « ОД » et « АВ » qui symbolisent respectivement les modes « semi-automatique » et « entièrement automatique ».

Heureusement, la plupart des armuriers tribaux ne sont pas des passionnés de la langue de Pouchkine, et sur leurs créations, ces lettres ressemblent souvent davantage à « ОА » ou « ДВ ». Une autre preuve qu'une bonne grammaire est importante…

Une autre marque de fabrique de nombreux faux fusils est leur piètre qualité. À Kaboul, je suis tombé sur plusieurs armes qui ne pouvaient même pas être chargées - le canon et la chambre étaient tellement décalés que les munitions de pouvaient pas être tirées en intégralité. C'est pourquoi, même si les marquages sont corrects, essayez de faire un simple test de tir, et si vous quelque chose vous déplaît, vous devriez peut-être chercher autre chose.

D'autres copies de Kalachnikov ont leurs propres marques d'identification - un fusil hongrois porte un signe infini et le numéro « 1 », un « 10 » dans des cercles indique la Bulgarie, « 11 » signifie que l'arme a été fabriquée en Pologne… On pourrait écrire un livre entier à ce sujet. Chaque version de l’AK est différente et représente l'histoire du pays, ses affiliations politiques, les progrès de la technologie et les capacités de fabrication.

C'est pourquoi chaque musée a ses propres armes. Depuis des temps anciens, l'épée ou la lance peuvent vous en dire plus sur l'histoire d'une civilisation particulière que de nombreux manuscrits. Et chaque arme russe historique peut aussi vous raconter cette histoire.

C'est l'une des raisons pour lesquelles les collectionneurs aiment les armes à feu russes - elles peuvent parfois sembler grossières et un peu « rustres », mais elles représentent parfaitement le caractère de la nation et montrent à quel point l'histoire russe est complexe et remarquable.

Dans cet autre article découvrez trois armes russes dont vous n'avez jamais entendu parler.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies