Trois armes russes dont vous n'avez jamais entendu parler

Sergey Pyatakov/Sputnik
Voici quelques-unes des armes russes les plus futuristes : elles s'intégreraient à merveille dans les films d'action hollywoodiens. Et pourtant, elles ont été injustement oubliées…

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

OTs-38

Il s'agit de l'une des créations les plus inhabituelles des ingénieurs russes, qui est fournie depuis 2002 en quelques exemplaires aux unités des forces spéciales.

L’OTs-38 est le premier et le seul revolver silencieux de Russie. Il utilise des munitions spéciales de calibre 7,62 x 41 mm, qui sortent du canon à une vitesse de 200 mètres par seconde. De plus, le revolver tire depuis la chambre inférieure du tambour, ce qui permet de réduire le recul de plusieurs fois et de diriger le « choc » clairement dans la main. Ceci, à son tour, vous permet de garder l’arme sur la ligne de tir et de lui éviter de bringuebaler entre vos mains pendant une fusillade.

En plus de cela, un pointeur laser est installé au-dessus du canon. Cela permet, comme dans les films hollywoodiens, de travailler efficacement dans des espaces confinés en terrifiant l’ennemi.

PP-2000

Le PP-2000 se positionne comme une arme pour les forces de l’ordre (ministère de l'Intérieur et FSB) opérant en milieu urbain, ainsi que comme une arme d'autodéfense personnelle pour certaines catégories de militaires.

Ce pistolet-mitrailleur est composé des munitions les plus courantes au monde de calibre 9x19 mm, capables de percer une plaque de titane d'une épaisseur de 20 mm. Le magasin standard du PP-2000 est fabriqué pour 30 munitions. Une « réserve » peut être cachée dans la crosse et utilisée comme support lors du tir en rafales ainsi que pour changer rapidement le magasin en cours de combat.

Dans le même temps, la caractéristique clé de l'arme est l'absence totale de recul par rapport aux concurrents du segment des « petits » fusils d’assaut et mitraillettes.

Le PP-2000 peut être utilisé avec des silencieux, des dispositifs de visée laser ainsi que de vision nocturne fonctionnant dans le spectre infrarouge.

Fusil d'assaut Korobov TKB-022PM

Cette arme a été l'un des principaux concurrents d'AK afin de devenir la première mitrailleuse de l'armée soviétique après la Seconde Guerre mondiale.

La création de Korobov a été basée sur le système « bullpup » qui était absolument « futuriste » pour son temps (le magasin avec des cartouches est situé dans la crosse du fusil d'assaut, et le mécanisme de déclenchement est placé vers l'avant de l'arme). Dans le même temps, une autre innovation a été l'utilisation des premiers matériaux composites à base de plastique afin de réduire le poids de l'arme et d'augmenter son ergonomie, au lieu du bois et du métal traditionnels. En plus de cela, l'arme a montré sur le champ de tir une précision similaire à celle du fusil d'assaut Kalachnikov.

Cependant, les innovations de Korobov ont fait grincer des dents parmi les généraux conservateurs. Ainsi, son design « futuriste », l'utilisation de plastique, inhabituel à cette époque, et le rejet des cartouches sur le visage du tireur lors du tir de l'épaule gauche ont été les principales raisons de la défaite du Korobov lors des tests d'Etat visant à approuver un nouveau fusil d'assaut.

Suite à cela, les armes ont sombré dans l'oubli et aujourd'hui, le seul échantillon resté après les tests de la fin des années 1940 se trouve au musée de l'armurerie de Toula (à 170 km de Moscou).

Dans cette autre publication, découvrez le plus gros avion au monde en images 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies