Dix animaux emblématiques de Russie menacés d’extinction

Domaine public
La plupart de ces animaux ont été inscrits au Livre rouge des espèces menacées de Russie en raison du braconnage.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le chat de Pallas

Regardez donc sa frimousse ! Il s’agit probablement du félin le plus sérieux et le plus sévère du monde. Il est également le héros de nombreux mèmes en Russie.

Dans le pays, on ne le trouve que dans les républiques de l’Altaï, de Bouriatie et de Touva, ainsi qu’en Transbaïkalie, régions dominées par les steppes et montagnes. Le pelage du manul, son autre nom, lui permet d’affronter n'importe quel blizzard, car il a la fourrure la plus épaisse et la plus pelucheuse de tous les félins. C'est d’ailleurs ce qui fait son attrait auprès des braconniers.

La panthère des neiges

Il est ici question d’un félin tacheté, également appelé léopard des neiges. Il vit lui aussi dans le Sud de la Sibérie, dans les monts Saïan. La nature lui a donné des pattes pouvant faire office de raquettes à neige ainsi qu’une queue d'environ un mètre de long, soit autant que son corps. À ce propos, ce quadrupède a la drôle d'habitude de porter cette dernière entre ses dents, et il y a plusieurs raisons à cela : cela lui permet de se reposer, la contraction des muscles de la queue étant fatigante si continue. De plus, de cette manière, il se réchauffe le museau. Il est en outre presque impossible d’en observer à l’état sauvage car, en plus d’être peu nombreux, ils sont très discrets et évitent habilement l’homme.

Le tigre de l'Amour

Vivant dans l’Extrême-Orient russe, il s’agit de la plus imposante sous-espèce du tigre (pouvant peser jusqu’à plus de 300 kilos) ainsi que de la plus septentrionale. Et il ne craint effectivement pas le froid.

Le tigre de l'Amour souffre non seulement des chasseurs, mais aussi de la déforestation de la taïga qui l’abrite. Il ne reste par conséquent que quelques centaines de spécimens.

Le morse de l'Atlantique

Ce géant aquatique vit dans les mers Blanche, de Barents et de Kara. Il pèse en moyenne une tonne environ. Sous sa peau, il possède une couche de graisse d’approximativement 15 cm, et sur sa tête, des défenses d'un demi-mètre qui lui permettent de prendre appui sur la glace. Or, c’est précisément cette caractéristique qui attise la convoitise des braconniers.

Le narval

Voici un autre habitant menacé de l'Arctique russe. Le narval est parfois surnommé « licorne des mers » en raison de son unique corne présente sur son crâne. Cet animal marin souffre non seulement de la pêche, mais aussi de la pollution de l'eau. Malheureusement, les tentatives visant à recréer une population en captivité se sont soldées par un échec.

Lire aussi : Qu’est-il arrivé aux animaux domestiques des derniers Romanov?

Le dhole

Vous souvenez-vous, dans les récits de Kipling, de cette meute de chiens rouges, créatures les plus dangereuses de la jungle ? Eh bien ce sont eux ! De loin, ils sont facilement confondus avec des renards, de par leur fourrure rousse et pelucheuse. En Russie, ils sont très rares et se retrouvent dans l'Altaï et la région de Khabarovsk, les experts considérant que ces canidés sont venus ici principalement depuis la Chine et la Mongolie.

Le porte-musc de Sibérie

Cet étonnant cervidé est un animal très gentil et inoffensif. Malgré ses défenses effrayantes, il ne mange que des plantes et n'attaque jamais l’homme. Le contraire n’est toutefois malheureusement pas vrai. La glande musquée des mâles, produisant une substance très odorante utilisée en parfumerie, s’avère en effet prisée des braconniers.

Le grand-duc de Blakiston

L'un des plus grands hiboux du monde vit dans l’Extrême-Orient russe – il pèse jusqu'à 4 kilos et son envergure atteint deux mètres. Contrairement au hibou habituel, il est actif non seulement la nuit, mais aussi le jour : à la lumière, il chasse le poisson, l’extrayant de l'eau avec ses serres.

Le castor d’Eurasie

La sous-espèce sibérienne occidentale du castor commun ne vit qu'en Russie. Jusqu'au début du XXe siècle, ils n'étaient pas si rares, mais la chasse ne les a pas épargnés. Aujourd'hui, il n'en reste que quelques centaines et ils vivent dans les environs de la rivière Konda, dans la région de Krasnoïarsk, loin des peuplements humains.

Le renard bleu de Medny

Il vit exclusivement sur l'île Medny, l’une des deux îles du Commandeur, en mer de Béring. Dans les années 1970, les petits ont commencé à mourir massivement de la gale des oreilles et la population de cet animal s’est donc retrouvée menacée d'extinction. Aujourd'hui, on en dénombre encore une centaine.

Suivez ce lien pour découvrir, en vidéo, les animaux les plus dangereux de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies