Coronavirus: l’analyse des données permet d’anticiper le chemin de la pandémie en Russie

Tutu.ru
En se basant sur un modèle, les analystes ont établi combien de temps prendra la lutte contre le nouveau coronavirus. Et la réponse ne vous plaira probablement pas.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Un modèle de propagation du coronavirus dans les villes russes a été développé par le service de voyages Tutu.ru et la communauté d’experts russophones qui se sont basés sur les données analytiques d’Open Data Science.

Il se base sur les modèles mathématiques de propagation des infections dans les villes élaborés par la communauté internationale et sur le réseau de communications existant entre différentes agglomérations. Les données tiennent en compte les déplacements des passagers à bord d’avion (blanc), de trains (rouge) et de bus (bleu) au cours du mois d’avril 2019. Certes, le modèle ne prend cependant pas en compte les mesures visant à limiter les déplacements et les rassemblements mis récemment en place par les autorités russes dans le but d’empêcher la propagation du virus.

Il est possible de consulter la carte 3D en russe en suivant ce lien (l’ouverture de la page est susceptible de prendre quelque temps).

>>> La Russie se dotera d’une technologie pour surveiller les porteurs du coronavirus

« Il existe (d’autres) prévisions quant à la propagation de l’infection, mais pratiquement toutes s’orientent sur l’Europe où la densité de la population est élevée. Les particularités russes sont le nombre important de villes reculées et la faible densité de population », informe le service de presse de Tutu.ru.

Les analystes sont donc arrivés aux conclusions suivantes :

- En Russie, il existe 5 villes absorbant la moitié de l’ensemble des déplacements en avion : Moscou, Saint-Pétersbourg, Simferopol, Krasnodar, Sotchi. Le système des transports et le flux des passagers sont fort centralisés en Russie. D’un côté, cela a un impact négatif sur la propagation du virus, mais permet en même temps de la surmonter rapidement.

- Le confinement et l’arrêt des transports peuvent aider à baisser la propagation du virus.

- Si les mesures sont prises à temps, la partie orientale du pays sera moins touchée, quant à Moscou, c’est elle qui assumera le coup dur.

- Dans beaucoup de villes du pays, la lutte contre le coronavirus pourra durer jusqu’à septembre 2020, voire plus.

La Russie est-elle en mesure d'affronter le pic pandémique? Nous tentons de répondre à cette question dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies