Un fusil de sniper 100% Made in Russia pourrait bientôt équiper l'armée 

Uliana Solovyova/Sputnik
Ce nouveau fusil d’infanterie sera capable de frapper les ennemis jusqu’à un kilomètre et pourrait remplacer le Dragounov soviétique.

Le créateur de l'équipement de combat Ratnik-2 destiné au soldat russe du futur, TsNIItochmash (appartenant à la société d'État Rostec), a lancé la conception d'un nouveau fusil de tireur d'élite semi-automatique pour le ministère de la Défense russe. Le projet baptisé Ougoliok est en cours de développement sur la base des calibres .308 Win et .338 Lapua Magnum de l'Otan.

Une caractéristique importante du nouveau fusil est l'absence complète de composants étrangers. Notamment pour les munitions qui serviront à le charger.

Lire aussi : Des forces spéciales de pays européens achèteront des équipements russes 

Les calibres .308 Win et .338 Lapua Magnum sont parmi les munitions de tireur d’élite les plus utilisées et les plus répandues au monde. Elles équipent les fusils de sniper de toutes les grandes puissances et servent lors d'opérations spéciales.

Et si, jusqu'à une date récente, les munitions destinées aux tireurs d'élite russes étaient achetées à l'étranger, la tâche consiste désormais à implanter en Russie la production de nouvelles munitions destinées aux nouveaux fusils de l'armée russe.

Dans le même temps, TsNIItochmash devra également développer des équipements et de nouveaux viseurs pour ses futurs fusils de sniper.

Toutefois, la société dispose actuellement d'un concurrent sérieux sur le marché des fusils de tireur d'élite semi-automatiques destinés à l'armée russe - le groupe Kalachnikov, qui, à la mi 2018, avait déjà présenté un successeur potentiel pour le Dragounov soviétique. Vous pouvez en savoir plus sur cette nouveauté et sur ce que le président russe Vladimir Poutine en pense dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies