Comment les Russes construisent des villes sur le pergélisol

Le pergélisol, ou permafrost, désigne les régions du globe où le sol est gelé en permanence. Il couvre plus de 60% du territoire russe et implique des politiques urbanistiques particulières. Russia Beyond se penche aujourd'hui sur les défis auxquels font face les architectes locaux afin de surmonter cette contrainte.

Presque toute la partie nord-est de la Russie est un territoire de pergélisol. Malgré des conditions climatiques extrêmes, des villes sont construites ici et des gens y vivent.

Iakoutsk, avec plus de 300 000 habitants, est la plus grande ville du monde bâtie sur le pergélisol. Malgré des conditions climatiques difficiles, la population augmente d'année en année et la ville elle-même se développe : de nouveaux quartiers résidentiels et des espaces publics modernes aux couleurs du Grand Nord apparaissent.

Un architecte de Iakoutsk, Sergueï Permiakov, explique comment il est possible de construire une ville moderne sur le pergélisol.

Lire aussi : Royaume du froid: la vie dans les villes russes construites sur le pergélisol

L’essentiel: rien ne peut être enterré!

La République de Sakha-Yakoutie est la région la plus grande (elle occupe le cinquième du pays) et la plus froide de la Russie. Le climat ici est fortement continental. Cela signifie qu’en hiver, des températures de moins 50 degrés (il fait parfois moins 60), et en été de plus de 30 degrés ne surprennent personne. Avec de tels écarts de température, le principal est de maintenir la stabilité du sol, sans quoi les bâtiments et la route s’enfonceront dans le sol, au sens propre. Et cela signifie qu’on ne peut pas permettre la fonte du pergélisol.

« La première règle du Grand Nord - rien ne peut être placé sous terre », explique Sergueï. Toutes les communications, conduites et canalisations de chauffage passent au-dessus du sol et font partie du paysage urbain. « Nous aimerions beaucoup en faire quelque chose d'un point de vue architectural, par exemple avec des illuminations, mais jusqu'à présent, cela reste au stade de projet », déclare Sergueï.

Tous les bâtiments de Iakoutsk reposent également sur des pilotis, de sorte que la chaleur des maisons n’influe pas sur le pergélisol. On trouve ici le plus grand Centre des sciences du Grand Nord (Université fédérale du Nord-Est), le seul complexe sportif du monde construit sur pilotis (« Triumph ») et le cirque le plus septentrional « Mammouth ».

Lire aussi : Pourquoi la Russie est-elle si froide?

De belles maisons couleur locale

Iakoutsk a été fondée par les Cosaques au XVIIe siècle, et dans la ville, vous pouvez voir des bâtiments de différentes époques: au centre-ville, d’anciennes maisons de marchands conservées et des églises ; dans les zones résidentielles – des immeubles soviétiques typiques de grande hauteur, mais sur pilotis. À Iakoutsk, on construit actuellement de nouveaux quartiers résidentiels décorés aux motifs du Grand Nord. Par exemple, il existe un projet de bâtiments en forme de défenses de mammouth.

Comme dans d'autres villes russes du Grand Nord, les maisons sont peintes avec des couleurs vives - on estime que cela aide à lutter contre la dépression quand vous ne pouvez pas voir le soleil pendant longtemps, ainsi qu’à se repérer dans les conditions de brouillard glaciales.

Dans les cours, il est possible de créer de nouveaux terrains de jeux à partir de matériaux écologiques, comme le bois.

Lire aussi : Hiver, ours et danger: trois mythes populaires au sujet de la Sibérie

Dans les nouveaux complexes résidentiels, les aires de jeux sont généralement construites sur le toit des bâtiments à un étage et non sur le sol - le froid rend les matériaux fragiles et, par conséquent, de nombreuses conceptions risquent de ne pas survivre à l’hiver.

Comment résoudre le problème des transports par moins 50

« En raison du pergélisol, à Iakoutsk, au lieu des parkings souterrains, les parkings sont construits au rez-de-chaussée des immeubles », explique Sergueï.

Mais en hiver, la plupart des résidents locaux laissent geler les voitures dans leur cour jusqu'au printemps et adoptent les transports en commun. Pour les passagers, il y a des arrêts chauffés : ce sont des pavillons chauffés fermés, à l'intérieur desquels se trouvent une télévision, une horloge électronique, des prises pour recharger les téléphones, et une connexion Wi-Fi gratuite.

Cependant, s’il faut vraiment se déplacer en voiture, c’est possible: on allume la voiture à l'automne et on ne l'éteint qu’au printemps. Pendant tout ce temps, l’alarme reste enclenchée avec la clé à l'intérieur. On n’a pas peur des voleurs. « Qui va le conduire par moins 50 ? Dans un pays aussi froid, il y a peu de gens dans la rue », explique Sergueï.

Lire aussi : Surprenante Russie: douze «aéroports en bois» toujours en activité

Iakoutsk contre la poussière

Le principal problème estival de la ville est la poussière. À Iakoutsk, l’air est très sec, il y a beaucoup de chemins de terre et peu de verdure. Il y a même un programme municipal destiné à lutter contre la poussière: les routes doivent être recouvertes d'asphalte, et dans l'espace entre les bâtiments soit on installe une zone verte, soit on déverse du gravier ou tout autre matériau anti-poussière. Cependant, à cause du climat, la végétation ne prend pas racine ici, alors on essaie simplement de garder les arbres existants. « L'abattage à Iakoutsk est interdit, et si nous construisons une route, nous essayons de contourner les arbres », explique Sergueï.

À quoi ressemblera Iakoutsk dans dix ans ? « Les architectes veulent créer une ville moderne et notre tâche est de construire des espaces publics en tenant compte des conditions climatiques », poursuit Sergueï. Il y a beaucoup de lacs naturels dans la ville et ils deviennent un centre d'attraction pour les gens. Ici, de nouveaux parcs et aires de loisirs sont créés.

Un autre espace public - Porte de Iakoutsk - apparaîtra près de l'aéroport. Ce sera un modèle stylisé de prison sibérienne grandeur nature – il accueillera tous les invités de Iakoutsk qui n’ont pas froid aux yeux.

Si vous souhaitez vous y aventurer, voici un article qui devrait vous fournir quelques astuces pour survivre durant l’hiver russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies