Capitale du gel: la vie du grand nord russe en images

Maxim Avdeïev / instagram
Maxim Avdeev partage ses photos de Iakoutsk, l’un des endroits habités les plus froids du monde.

Iakoutsk est la plus froide des grandes villes du monde. Située près des berges du fleuve Lena, l’un des plus longs au monde, Iakoutsk subit en hiver des températures moyennes de –40°C qui créent autour de la ville un épais nuage de brouillard.

 

 

Le photographe et instagrammeur russe Maxim Avdeïev a visité Iakoutsk et y a passé quelques temps. Ses photos, prises durant son long séjour, offrent une vue rare de la vie dans ces conditions climatique incroyablement dures.

 

 

Dites bonjour au photographe ! Maxim Avdeïev est photographe free-lance en Russie. Il a travaillé avec Forbes, le Financial Times, Le Monde et de nombreux journaux et magazines russes. Il peut faire des photos de mode pour un magazine glamour un jour et se rendre le lendemain dans l’est de l’Ukraine photographier les conséquences de la guerre du Donbass.

 

 

Sergueï Vorobiev, 53 ans, découpe la glace sous un navire pris dans la Lena près du chantier naval de Jataï. Une fois qu’il aura dégagé un accès à l’aide de vis et de tuyaux, les ouvriers et les soudeurs viendront effectuer les réparations et l’entretien. Cela fait 17 hivers que Sergueï travaille sur le déglaçage des bateaux. Le processus prend entre deux mois et deux mois et demi.

 

 

En principe, à cette époque de l’année, le mercure chute jusqu’à –50°C environ. On s’habitue à tout. D’ailleurs, des sous-vêtements thermiques, un bonnet, une parka, des gants et de la fourrure vous aideront à rester en vie dans les rues glaciales. Mais s’habiller pour sortir est comme enfiler un scaphandre spatial. Le froid vous inflige des brûlures au visage. Si vous oubliez de mettre un pantalon de ski, le froid, comme une créature vivante, s’accrochera à vos jambes, votre jean gèlera sur vos genoux.

 

 

Les festivals de rue sont monnaie courante, sans parler du fait que les Iakoutes adorent passer leur temps libre en plein air : à la chasse, à la pêche, où au travail en extérieur. Finalement, c’est une question d’habitude.

 

 

Malgré tous les inconvénients, vous pouvez être sûr que la viande que vous achetez au marché a été correctement conservée. Même quand il n’y a pas de frigos, la température est inférieure à zéro jusqu’à sept mois par an, ils sont donc en général superflus.

 

 

Un garçon et un lapin au marché.

 

 

Si vous prévoyez d’aller vous promener dans les alentours de Iakoutsk, souvenez-vous que la cité est loin de tout et que les routes menant aux villages et aux stations météo de la région sont pour la plupart abandonnées. Si vous voulez aller quelque part, vous aurez besoin de l’aide des habitants. 

 

 

L’élevage de cerfs est courant chez les locaux, en particulier les Nénètses, un petit groupe ethnique du grand nord. Pour eux, les cerfs sont à la fois une nourriture, un moyen de transport et une source de vêtements. Le gouvernement a mis en place des programmes spéciaux pour sauver cette activité traditionnelle, et les Nénètses reçoivent des appartements et des chasse-neiges. Le « jour des éleveurs de cerfs », une grande célébration, se tient à la fin du mois de mars.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Lire aussi :

Aliou, l’homme de la ville et de la toundra

Une beauté hivernale au pays du record glacial

Éleveurs de rennes, une vie à la poursuite des animaux

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.