Pourquoi la Russie est-elle si froide?

Natalya Nosova
Le pays n’a pas d’obstacles naturels pour le protéger des glacials vents de l’Arctique, mais cela ne veut pas dire qu’il fait froid partout en Russie. Alors que le Soleil estival rayonne sur Moscou, Russia Beyond vous explique cela plus en détails, en short et sandales.

Tout d’abord, la Russie n’est pas froide. Bon, un petit peu, mais pas partout… C’est compliqué. La Russie est immense (si vous vous demandez pourquoi, nous avons un article spécial pour vous répondre) et, bien sûr, le climat dans l’Arctique ou en Sibérie est très différent de celui de Sotchi ou d’autres villes du littoral de la mer Noire.

La température annuelle moyenne à Iakoutsk (Sibérie Orientale) est de -8,8° alors qu’elle est à Sotchi de 14,2°. C’est d’ailleurs sûrement la raison pour laquelle Iakoutsk n’est pas une ville-hôte de la Coupe du Monde, contrairement à Sotchi. Par ailleurs, la température à Moscou est d’environ 27 degrés à l’heure actuelle… et de nombreux Moscovites semblent regretter le long et glacial hiver russe.

Lire aussi : Pourquoi les Russes sont-ils résistants au froid?

Malgré cette amplitude thermique, la Russie fait bien partie des pays les plus froids du monde. Quelles en sont les raisons ?

Pas de montagnes, pas de chaleur

« Traditionnellement, la Russie est considérée comme un pays froid. Les statistiques officielles estiment que la température annuelle moyenne est de -5,5 degrés Celsius », précise Alexander Beliaïev, directeur adjoint de l’Institut de Géographie de l’Académie des Sciences de Russie, avant d’ajouter que ce fait est lié aux caractéristiques géographiques du pays.

« L’ensemble du vaste territoire de la Russie européenne, où l’air se déplace généralement d’ouest en est, est ouvert aux masses d’air [froid] de l’Arctique », note-t-il. Il n’y a pas de montagnes sur les côtes septentrionales de Russie pour abriter son territoire des vents polaires : l’Oural va du nord au sud et le Caucase est situé sur la frontière sud de la Russie. Ajoutez à cela les mers froides qui enserrent le pays au nord et vous obtenez une contrée avec un climat très rigoureux.

Lire aussi : Cinq choses qui changent inéluctablement au gré des saisons en Russie

Général Hiver

Le climat russe étant un adversaire redoutable, qu’il faut être prêt à affronter, beaucoup attribuent les victoires militaires de la nation contre les envahisseurs étrangers (Napoléon en 1812, Hitler en 1941) au fameux « Général Hiver », le cruel hiver russe qui frappe les armées ennemies.

Oui, la Russie est froide, mais attribuer la défaite des puissants conquérants étrangers au seul climat serait un petit peu exagéré. Par exemple, le « Général Hiver » a surtout fait souffrir l’armée de Napoléon après que l’armée russe l’a vaincue sur le champ de bataille.

« Le premier gel, qui marque l’arrivée de l’hiver, a frappé l’armée napoléonienne le 9 novembre », écrit Carl Von Clausewitz, un historien et théoricien militaire reconnu. Or, à ce moment-là, Mikhaïl Koutouzov, le général-en-chef russe, avait déjà battu l’armée française. Le Général Hiver a donc attaqué l’armée en retraite et n’en a qu’accentué la déroute française.

Lire aussi : Curiosités géographiques: en quoi la Russie est-elle si unique?

Malheureux à cause du froid

Les Russes sont bien sûr habitués aux basses températures (la solution est simple : porter des vêtements chauds pour conserver la chaleur pendant l’hiver) mais cela ne veut pas dire qu’ils les apprécient. « L’hiver russe est bon pour ma santé », avait l’habitude d’écrire Alexandre Pouchkine, le plus célèbre poète national. Comme beaucoup d’autres auteurs russes, il excellait dans la description de l’hiver de sa terre natale. Néanmoins, ils semblaient tous avoir une relation mêlée d’amour et de haine avec cette saison, comme nous tous en Russie (la neige, c’est super, mais pas pendant 5 mois). Lisez ces citations, qui ressemblent à de véritables appels à l’aide.

« Une tempête de neige fait rage depuis ce matin à ma fenêtre, hurlant, sifflant dans les lugubres rues de Moscou. Près de ma fenêtre, les branches des arbres se distordent comme des pécheurs en Enfer, une cloche sonne tristement à travers tout cela… Quel temps ! Quel pays ! » a écrit Ivan Tourgueniev dans une lettre désespérée.

Beaucoup d’autres lui font écho. « Quelle cruauté d’être condamné à un tel climat, parfois on se demande pourquoi on a été envoyé ici », se plaignait le poète lyrique russe Fiodor Tioutchev. Ilia Ilf, un autre auteur russe, s’imaginait quant à lui ironiquement que les balayeurs russes de rues avaient tendance à se suicider quand il se mettait soudainement à neiger fortement en avril. Cela arrive de temps en temps, par exemple en cette année 2018, il a neigé le 11 avril.

Lire aussi : Comment ne pas mourir de froid au milieu de l’hiver russe?

Et alors ? La Russie peut être froide mais cela ne signifie pas qu’il n’y fait jamais chaud et qu’on ne peut y profiter de l’été. « Profiter de l’été de votre vie comme si l’hiver venait toujours après lui », a autrefois écrit Harry Harrison, et personne ne sait cela mieux que les Russes.

En effet, cela n’empêche pas la Russie d’être parfois victime de grosses chaleurs, allant régulièrement jusqu’à plus de 40 degrés. Si c’est le cas, n’hésitez pas à vous diriger vers l’une de ces plages moscovites que nous vous présentons ici.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies