Arctique impitoyable: comment la Russie teste les limites de ses forces spéciales

Même les régions gelées du Grand-Nord russe ne sont pas un obstacle pour les forces spéciales du pays, qui s'entraînent au sauvetage de personnes retenues captives dans un brise-glace nucléaire ou bloquées dans des montagnes enneigées. Ils perfectionnent également leurs compétences en éliminant les «terroristes» dans les conditions les plus glaciales. L'archipel François-Joseph est l'endroit où les troupes de Russie sont mises à l'épreuve.

À la fin du mois d'avril, les unités spéciales de la Russie ont entamé des exercices de contre-terrorisme dans l'Arctique. Les soldats les plus coriaces ont été triés sur le volet parmi les groupes formés à l'Université russe des Forces spéciales en Tchétchénie.

Ces unités ont fait leurs preuves dans le sud du pays et ont combattu les terroristes à maintes reprises. Leurs membres ont été forcés de répondre à la question : « Ces hommes seront-ils aussi efficaces dans les conditions glaciales du Nord ? »

Lire aussi : Trois jours dans les Forces spéciales, ou comment survivre dans l'armée russe

Les exercices se déroulent comme suit: les terroristes prennent des otages et saisissent un objet stratégique appartenant à la flotte russe.

La Garde nationale forme un groupe de travail qui doit neutraliser le groupe terroriste et libérer les otages et le navire.

L'équipe a dû effectuer un certain nombre d'opérations, notamment prendre d'assaut un navire détourné et sauver les otages à bord. Les soldats ont également été chargés d'éliminer des groupes terroristes cachés dans les montagnes et les grottes.

Des membres du groupe de travail de la Garde nationale de Russie avec des instructeurs de l'Université des forces spéciales russes, lors d'opérations dans l'archipel François-Joseph.

Lire aussi : La Russie forme un commando… de dauphins et de phoques

Les membres de la Garde nationale de Russie opérant sous l'eau avant d'attaquer le navire.

Le groupe tactique était équipé des armes à feu les plus récentes du pays, y compris d'armes capables de tirer sous l'eau.

Des membres de l'Université des Forces spéciales de Russie prennent d'assaut le navire.

Lire aussi : Survivre dans l’Arctique: l’équipement des militaires russes dans le Grand Nord

Le groupe de travail prend d'assaut les locaux du brise-glace nucléaire Sovetski Soyouz (URSS).

L'unité à l'intérieur du brise-glace nucléaire. Des membres de la garde nationale de Russie lors d'exercices tactiques spéciaux.

Le brise-glace nucléaire Sovetski Soyouz a été introduit dans la flotte en 1989.

Les soldats embarquent dans le brise-glace nucléaire.

Parachutage depuis un hélicoptère Mi-171 sur le brise-glace nucléaire Sovetski Soyouz (URSS).

Pendant les exercices tactiques dans les montagnes, les équipes ont utilisé divers véhicules modifiés, y compris la version «nordique» des buggys Tchaborz M-3, qui sont utilisés par le groupe de travail pour la Tchétchénie.

Les membres du groupe de travail de la Garde nationale de Russie s'exercent dans les conditions du désert arctique lors d'opérations sur le terrain.

Saviez-vous pourquoi les femmes rejoignent-elles l'armée russe ? Pour le découvrir, jetez un œil par ici !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies