Ces sous-marins russes géants qui parcourent les océans

 Le sous-marin K-550 Alexander Nevsky.

Le sous-marin K-550 Alexander Nevsky.

Ildus Gilyazutdinov / Wikipedia
À la fin des années 1990 et au début des années 2000, les fabricants d'armements russes ont provoqué une révolution sur le marché des sous-marins en dévoilant des monstres des profondeurs d’une nouvelle ère. Certains d'entre eux ont déjà pris part à la guerre contre les terroristes au Moyen-Orient, d’autres attendent leur heure. Pour certains, nous souhaitons que leur puissance dévastatrice ne soit jamais utilisée dans la bataille…

Projet 636.3 Varchavianka

« Ce sont quelques-unes des machines les plus incroyables dont la Russie est équipée. Leur système de moteur diesel-électrique les rend quasiment invisibles pour les complexes hydroacoustiques ennemis, rendant ainsi le +monstre sous-marin+ furtif jusqu'à ce qu'il ne réagisse sa proie », a confié à Russia Beyondl'ancien commandant suprême de la Flotte de la mer Noire, Igor Kassatonov.

Selon lui, les militaires autour du monde surnomment le Varchavianka « trou noir » en raison de cette caractéristique. Fort de cet atout, il est capable d'attaquer ses cibles sur des distances qui sont 3 à 4 fois supérieures à celles que les radars ennemis peuvent couvrir.

Pour la première fois dans l'histoire moderne, ces navires sous-marins ont été utilisés en 2015 dans les combats contre les militants de l'État islamique (EI, interdit en Russie) en Syrie. À l'époque, les sous-marins Varchavianka ont tiré les nouveaux missiles de croisière du pays Kalibr.

Lire aussi : La marine russe reçoit le sous-marin le plus puissant de son histoire

Ainsi, ce type de sous-marins est armé non seulement de torpilles et de mines sous-marines, mais aussi de lance-missiles capables d’envoyer des projectiles sur une distance pouvant aller jusqu'à 2500 km.

Ces missiles de croisière Kalibr contournent les terrains sur leur chemin vers la cible ce qui les rend presque indétectables pour les systèmes antimissiles qui équipent les armées adverses. Chacun de ces missiles est chargé de 500 kilos d'ogives hautement explosives qui créent un fossé de cent mètres de large lors de l'explosion.

Mais le fait le plus important est que ces missiles sont quelques-uns des plus précieux au monde aux côtés des Tomahawks américains. Ainsi, le Kalibr atteint des objectifs avec une précision de 30 mètres sur des distances allant jusqu'à 2500 km, et l'onde de l'explosion finit le travail.

Selon Kassatonov, les entreprises de défense de la Russie construiront d’ici 2020 six sous-marins équivalents pour la flotte de l'océan Pacifique, ainsi que six autres pour la flotte de la mer Noire.

Projet 955 de classe Boreï

Le projet 955 marque une nouvelle ère dans le développement de la flotte de sous-marins nucléaires de la Russie. Ils produisent cinq fois moins de bruit que les navires de l’ère précédente des projets 971 et 949A.

C'est donc le premier sous-marin russe dont le mouvement est obtenu en utilisant un système de propulsion à jet d'eau à un arbre unique. Pour assurer un déplacement furtif, Boreï a également obtenu deux propulseurs inclinables et des hydroplans à arc escamotable avec des volets.

Lire aussi : Quels navires pour remplacer les Mistral dans la marine russe?

En outre, tous les sous-marins de cette classe sont équipés de salles de sauvetage détachables pour tout l'équipage. Une caméra est située dans la coque du sous-marin derrière les lanceurs de missiles balistiques. En outre, à la différence de tous leurs prédécesseurs, les bâtiments du projet 955 sont capables de tirer des missiles balistiques directement pendant le mouvement à travers la glace. Auparavant, les bateaux devaient « s’immobiliser » dans la colonne d'eau.

Ces sous-marins formeront partie du trio de dissuasion nucléaire de la Russie. Ces monstres des profondeurs seront équipés de missiles balistiques intercontinentaux Boulava. Et pour découvrir ce dont ils sont capables, regardez notre infographie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer