Le premier avion russe post-soviétique de transport décollera fin 2018

Allocer/Wikipedia
Un nouvel avion de transport militaire sera en mesure d'accueillir à son bord cinq tonnes de matériel et des centaines d'hommes lourdement armés vers les sites militaires de l’ensemble de la Russie.

Les constructeurs russes ont créé à partir de zéro le premier avion de transport russe de l’époque post-soviétique. L’Il-112 deviendra le principal avion à courte distance de l'armée pour les années à venir.

Les fabricants restent discrets sur les détails de l'avion et maintiennent le plus grand secret avant le vol inaugural. Pourtant, on sait que cet appareil a été conçu pour fonctionner dans des conditions météorologiques défavorables et devrait répondre à toutes les exigences actuelles de l'OACI en matière de bruit et d'émissions.

Lire aussi : La Russie créera un avion civil sur la base d'un bombardier nucléaire

« Les forces militaires recevront 62 de ces appareils, qui remplaceront les avions de transport soviétiques âgés et usés tels que les An-26 et An-24. Certaines de ces machines tremblent littéralement dans les airs pendant les vols », a déclaré à Russia Beyond de Dmitri Safonov, ancien analyste militaire du journal russe Izvestia.

La capacité de vol de l'avion atteint 5 tonnes. Il possède des hélices à six pales qui fourniront à l’Il-112 une vitesse de croisière de 500 km/h.

« Il s'agit d'un avion à courte portée qui couvrira jusqu'à 2 500 km avec des dizaines d'hommes armés à bord. Il s'agit d'un appareil à faible coût créé pour transférer d'urgence des soldats d'un endroit à un autre », a précisé l'expert.

Le premier vol de l'Il-112V est prévu pour la fin de l'année. Et les premières machines du genre apparaîtront dans l'armée au début des années 2020.

Lire aussi : Le «Concorde soviétique», prise de risque maximale et résultats mitigés

Qui protègera l’Il-112 durant les opérations militaires

Le nouvel avion servira aussi à amener des soldats vers les aéroports ruraux non équipés et situés près des lignes de front. Ainsi, dans ces circonstances, ils seront escortés par les nouveaux jets Su-35S de génération 4++ qui ont déjà prouvé qu’ils méritaient leur place dans les forces aériennes lors de la lutte contre les terroristes de Daech en Syrie.

Ces machines serviront de « gardes aériens » avec leurs huit tonnes de missiles de haute précision et leurs systèmes modernes de guerre électronique hi-tech.

En outre, le chasseur est doté d’un système de radar dernier cri avec antenne à réseau de phase Irbis, qui possède des caractéristiques uniques pour la détection des cibles sur de grandes distances.

Lire aussi : Pourquoi les chasseurs russes atterrissent-ils sur des routes de campagne?

« En termes de caractéristiques, le radar est similaire à celui du chasseur de cinquième génération américain F-22 Raptor. L’Irbis peut détecter une cible en approche à 350-400 km. À une telle distance, le chasseur peut voir un porte-avions, à 150-200 km un pont ferroviaire, à 100-120 km un bateau à moteur et à 60-70 km des systèmes de missiles tactiques ou des groupes de véhicules blindés et des chars, et il peut les frapper de façon identique », a confié Vadim Koziouline, professeur de l'Académie des sciences militaires de Russie, à Russia Beyond.

Savier-vous, où la Russie enterre-t-elle ses avions hors-service ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies