Le nouveau SUV de Renault débarque en Russie

8 juin 2017 Anna Tretiak
À l’issue du premier trimestre de 2017, Renault fait partie du top-5 des ventes sur le marché automobile russe. Toutefois, il ne faut probablement pas s’attendre à des ventes record : malgré un certain regain d’activité sur le marché, les Russes restent attachés aux modèles d’entrée de gamme.
Renault Koleos
La marque au losange se maintient fermement dans le top-5 des ventes. Crédit : Vladimir Astapkovitch / RIA Novosti

Les ventes de Koleos, le nouveau grand SUV de Renault, ont démarré en Russie. Le véhicule peut être commandé chez les concessionnaires Renault en ligne et débarquera dans les showrooms dès le mois de juillet.

Koleos est le premier SUV haut de gamme de la marque au losange. « Ce crossover se trouve à l’échelon au-dessus des SUV compacts Duster et Kaptur. Il a des dimensions plus importantes et une motorisation plus puissante », a indiqué le chef du service de presse de l’agence analytique Avtostat, Azat Timerkhanov.

« Les clients fidélisés qui souhaitent dépasser le cadre de Duster et Kaptur peuvent aujourd’hui envisager l’achat d’un Koleos, alors que récemment encore, ils étaient obligés de se tourner vers d’autres marques », a souligné Ievgueni Iesskov, rédacteur en chef du magazine AvtoBusinessRevue.

Toutefois, il est peu probable que les ventes du SUV Koleos montent en flèche, a-t-il fait remarquer. En effet, l’image de la marque sur le marché russe s’est formée sur la base des modèles entrée de gamme, comme Logan, Sandero, Duster et Kaptur.

Le nouveau SUV est plus long et plus coûteux que les autres modèles de Renault : son prix démarre à 26 600 euros, alors que les versions les plus chères des 4x4 Kaptur et Duster coûtent 18 400 euros et 15 400 euros respectivement.

Pourquoi le Koleos

Le nouveau modèle a débuté au Salon de l'auto de Pékin au printemps 2016. Les ventes devaient démarrer au début de l’année 2017, mais il semble que les concessionnaires aient décidé d’attendre un regain d’activité sur le marché local.

Toujours d’après Avtostat, les ventes de Renault en Russie ont augmenté de 14% au premier trimestre de l’année par rapport à la même période de l’année précédente. De janvier à avril 2017, la marque au losange a vendu plus de 37 000 véhicules, ce qui lui a permis de franchir la « ligne d’arrivée » quatrième, en laissant passer devant elle uniquement le russe Lada et les sud-coréens Kia et Hyundai.

Pour la première fois depuis deux ans, le marché national de l’automobile affiche une dynamique positive : selon les données d’AvtoBusinessRevue, il a cru de 3% au premier trimestre de l’année par rapport aux trois premiers mois de 2016.

Toutefois, il est encore trop tôt pour parler de reprise du marché, car ce dernier pourrait encore subir l’influence de différents facteurs, comme le cours du rouble et le niveau de bien-être des habitants, a ajouté Evgueni Ieskov.

« Pour l’instant, les résultats sont prometteurs et il y a toutes les chances pour que le marché automobile enregistre une croissance des ventes », a-t-il noté. Pourtant, cette croissance sera vraisemblablement modérée, d’environ 5%, estime AvtoBusinessRevue. « Mais si l’économie ne connaît aucun cas de force majeure, on pourrait s’attendre à une croissance de 10% dès 2017 », a affirmé Azat Timerkhanov.

Lire aussi : 

La Russie troisième marché automobile d’Europe

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook