Au volant de quelles voitures rouler quand le mercure affiche -50°C?

Près de la ville de Iakoutsk

Près de la ville de Iakoutsk

Andreï Sorokine/Sputnik
Pas facile d'être automobiliste dans les régions de Iakoutie, du Taïmyr et de Tchoukotka, mais l’homme se fait à tout, et il adapte sa fidèle monture aux vagues de froid les plus sévères.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Nous avons déjà expliqué comment les habitants de Iakoutsk, Norilsk et Vorkouta préparent leurs voitures pour les hivers enneigés et glaciaux. Mais quel genre de voitures peut-on voir sur les routes des régions russes où le temps est extrêmement froid ? Vous serez surpris, mais les habitants ne tiennent pas en haute estime les énormes SUV et autres pickups.

Classiques japonais pour la Sibérie et l'Extrême-Orient

Plus on va vers l'est, plus on voit sur les routes des voitures japonaises et chinoises, le plus souvent d’occasion.

La Iakoutie est la région la plus grande et la plus froide de Russie. Deux villes de cette république, Oïmiakon et Verkhoïansk, ont enregistré des températures d'environ - 70, un record, et à Iakoutsk, la capitale de la région, - 50 est une température normale en hiver. Qui pourrait vouloir conduire par un temps pareil ?

Le site Web consacré à l’automobile Drom a évalué les voitures les plus vendues en Iakoutie, après avoir analysé plus de 4 millions d'annonces de 2015 à 2020, et a découvert que les cinq premières places de toutes les années étaient occupées par différents modèles de la marque japonaise Toyota avec volant à droite, malgré le fait que dans d'autres régions de Russie, la Lada russe était la mieux vendue

Fin 2020, la Toyota Vitz compacte à hayon occupait la première place, suivie par le break Toyota Corolla Fielder, puis les berlines Toyota Allion et Premio et le monospace Toyota Ipsum. Ces véhicules fonctionnent bien en hiver et consomment avec parcimonie (c'est très important, car de nombreux Iakoutes n'éteignent pas le moteur pendant plusieurs mois pour que leur voiture ne gèle pas).

Anadyr, Tchoukotka

« Il existe une forte conviction selon laquelle le variateur n'est pas adapté à l'hiver. Je touche du bois, car je roule avec. Mais par temps froid, le câble gèle et il faut parfois beaucoup d'efforts pour changer de régime », écrit Larissa de Iakoutsk, qui conduit une Toyota Vitz en hiver. En passant, elle n'a pas de parking chauffé, seulement un auvent. 

>>> Pourquoi le minivan soviétique Boukhanka est-il toujours si vénéré?

Elle a mis un deuxième pare-brise sur sa voiture, collé des films sur les vitres pour qu'elles ne soient pas couvertes de givre et a mis un chauffage Webasto. « Le Webasto fait un excellent boulot jusqu'à -35. En dessous de quarante, le variateur se fige, et en dessous de -45, les roues deviennent carrées, dit-elle. Mais à partir du cinquième kilomètre environ de conduite lente, les roues commencent à reprendre leur forme normale ».

Norilsk, 2018

« Si vous avez un garage et que vous ne quittez pas la ville, vous n'avez pas du tout besoin d'isoler le véhicule, écrit un autre automobiliste de Iakoutsk. Du moins ça marche avec les Toyota, maintenant je roule en Corona Premio, j’utilise juste du carton comme isolant. Elle passe la nuit dans un garage chauffé et reste dehors pendant la journée quand je suis au travail ».

Si vous regardez le nombre d'offres de vente de voitures à Norilsk (dans le nord du territoire de Krasnoïarsk), Toyota est également en tête, et on trouve cette fois de nombreux modèles de SUV Land Cruiser... Après la marque japonaise, on trouve le russe Lada (surtout le nouveau modèle Vesta), KIA (RIO), Hyundai (bien sûr, Solaris) et Nissan (surtout le SUV X-trail). Le tableau est à peu près le même en Tchoukotka.

Il y a peu de voitures diesel dans les régions froides, car le carburant se solidifie à des températures inférieures à -50°C.

Sur quoi roule-t-on en dehors des villes ?

Une «boukhanka» en Iakoutie

Parmi les voitures russes du nord, le SUV UAZ Patriot moderne et les minibus de type « Boukhanka » (« miche de pain »), créés à l'époque soviétique, sont populaires.

« L’UAZ est le principal moyen de transport de la République de Sakha. Ambulance, police, transport interdistrict de passagers, transport de marchandises, secteur privé et des entreprises – l’UAZ 2206 Boukhanka et ses modifications sont partout », a déclaré le résident local Vladimir Popov. Presque tous ces minibus sont adaptés au froid extrême en renforçant la carcasse et en installant un poêle supplémentaire. Parfois, après toutes ces « customisations », il ne reste que du Boukhanka que son aspect d’ensemble.

Cependant, pour la conduite sur des routes de mauvaise qualité en dehors des villes, il n'y a toujours pas d'alternative à cette voiture dans sa gamme de prix. Elle coûte environ un million de roubles (11 600 euros), c'est-à-dire à peu près comme une berline KIA Rio économique. Bien sûr, les options de confort ne sont pas fournies ici, mais le fait de ne pas rester bloqué sur l'autoroute par -50°C est bien plus important que la présence d'aides au stationnement.

Norilsk

Une autre « option de survie » dans le nord est le petit camion GAZ Sobol de fabrication russe. « Jusqu'à présent, je suis entièrement satisfait de mon Sobol, j’aime ce véhicule. Sur 40 000 km, il n'a eu aucune panne grave. Contrairement à l'UAZ, il y a une excellente visibilité d'ensemble et un contrôle intelligible », dit le conducteur de Iakoutsk Sergueï Volkov. 

>>> Comment les Russes protègent-ils leur voiture par moins 50 degrés?

Norilsk

Les voyageurs de l’extrême qui aiment les virées en voiture à travers la taïga sibérienne et les destinations hivernales d'Extrême-Orient préfèrent le faire sur de gros véhicules tout-terrain UAZ Patriot et UAZ Hunter. Mais mieux vaut reporter vos voyages à l'été et ne jamais sortir seuls des grandes villes.

Regardez cette vidéo et vous comprendrez pourquoi :

Dans cette autre publication découvrez comment la Russie fait face aux importantes chutes de neige.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies