Que cache réellement le concept d’«âme russe»?

Getty Images
Mystérieuse, vaste, forte... Oh, vraiment? Qui a inventé la notion d'«âme russe» et en quoi est-elle différente des autres?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les remarques sur « l'âme russe mystérieuse » sont peut-être parmi les plus fréquentes dans tous les articles et guides sur la Russie. Pour la découvrir, les auteurs proposent généralement de se promener dans une ville russe ancienne avec des kremlins et des églises, où les locaux portant des costumes traditionnels et vous nourrissent de crêpes au caviar.

Mais que se passe-t-il si l’on fait abstraction de ces images idylliques ? Existe-t-il une « âme russe » ou s'agit-il simplement d'un énième stéréotype sur la Russie ?

Qui a créé l'« âme russe » ?

Fête de la Maslenitsa dans le village de Novotyrychkino, région de l'Altaï, 2018

L’expression elle-même s'est fait connaître à l'étranger grâce à la littérature russe classique. Le principal poète russe, Alexandre Pouchkine, a peut-être été le premier à l'introduire (le personnage principal de son roman en vers Eugène Onéguine était Tatiana, dotée d’une « âme russe »), tandis que l'écrivain Fiodor Dostoïevski l'a également mentionnée dans son œuvre L’Idiot (« l'âme russe est une énigme ») et que le philosophe Nicolas Berdiaev l'a développée dans son Idée russe (« L’âme russe, c’est la même étendue sans bornes, incommensurable, le même élan vers l’infini que dans la plaine russe »). Vous pouvez également lire des réflexions sur l'âme russe de la part des meilleurs écrivains russes, tels qu'Ivan Tourgueniev, Léon Tolstoï, Nicolas Gogol et Anton Tchekhov – en fait, de presque tous les écrivains de « l'âge d'or » de la littérature russe.

Cependant, la véritable vague d'intérêt pour « l'âme russe » a commencé durant l’ère soviétique, lorsqu'un nouveau pays est apparu sur la carte du monde et que d'autres personnes ont essayé de comprendre quel genre de personnes y vivaient. Le rideau de fer de l'après-guerre et l'isolement du pays par rapport à l'Occident capitaliste ont donné naissance à un grand nombre de mythes absolument stupéfiants par leur prétention : l’on avançait qu'en Russie, tout le monde buvait de la vodka, jouait de la balalaïka, tandis que des ours sauvages se promenaient dans les rues. Il semble que les tour-opérateurs soviétiques eux-mêmes étaient heureux de « russifier » autant que possible le voyage des étrangers dans ce vaste pays. On montrait aux touristes l'architecture ancienne de l'Anneau d'or, les luxueux palais de Saint-Pétersbourg et les églises orthodoxes à dômes en bulbes de Moscou. Ils étaient nourris de borchtch et de crêpes dans les restaurants et divertis par des artistes folkloriques. C'est en partie pour cette raison que ceux qui se sont rendus en URSS ont gardé une vision stéréotypée de cette contrée, en fonction de ce qu’on leur montrait et racontait – y compris sur « l'âme russe ». Cette expression est ainsi devenue une sorte de marque de la Russie.

Lire aussi : Dix citations de grands écrivains sur le mystère de l'âme russe

Qu'en pensent nos lecteurs ?

Fête folklorique dans le village de Soudnozero, en République socialiste soviétique autonome de Carélie, 1991

Nous avons demandé à nos lecteurs s'ils croyaient aux particularités de l'âme russe et il s'est avéré que la plupart d'entre eux y croient encore – et ils citent les classiques russes comme arguments en faveur de son existence. D’ailleurs, c'est un plaisir de constater que nos lecteurs sont en mesure de citer nos écrivains préférés !

« Quiconque connaît Dostoïevski sait ce qu'est la mystérieuse âme russe. Je pense que Les Frères Karamazov constituent la meilleure introduction à l'âme russe pour les non-initiés, écrit Kunal Ganguly. Pour moi, elle représente la connexion qu'un Russe ressent avec un autre, l'histoire, les histoires, la mythologie et la littérature partagées qui relient chaque âme russe. C'est quelque chose qui ressemble à la douceur de Sonia et de Lévine, mais avec l'innocence du prince Mychkine et aussi un peu mystérieux comme le père Zosime ».

« L'âme russe enveloppée de mystère présente les caractéristiques suivantes : aimante, attentionnée, humaine, respectueuse, douce, pittoresque, légèrement superstitieuse, bien éduquée, chevaleresque, énigmatique, un peu sombre, généreuse et avec un don pour les sensations fortes et un penchant pour l'expérimentation », avance Mohamed Rafi.

Habitante du village de Bajenovo, région d'Omsk (Sibérie), en 2016

Peti Stefanov qualifie les Russes de maximalistes. « Vous faites les choses extrêmement bien, mieux, parfaitement ou extrêmement mal, mais elles s'équilibrent et j'adore ça, écrit-il. C'est ça l'esprit russe pour moi ».

De son côté, Sandra Vasić décrit l'âme russe comme « la chaleur et la bonté envers les autres êtres humains, sans rien demander en retour – plus un mystère inexplicable ».

Bien sûr, parmi les réponses, il y avait différentes opinions, y compris celles qui disaient que « l'âme russe n'existe pas » et que « l'âme mystérieuse est partout ».

L'âme russe est-elle seulement... russe ?

Supporter russe durant la Coupe du Monde de la FIFA 2018

Il est intéressant de noter qu'aujourd'hui, les étrangers sont plus nombreux à réfuter le stéréotype de « l'âme russe mystérieuse ». Et leurs arguments sont sérieux : premièrement, tous les gens sont différents. Et deuxièmement, il y a plus de 200 ethnies qui vivent en Russie, et pas seulement des Russes.

L'un d'eux est l'écrivain allemand Jens Siegert, qui vit à Moscou depuis près de 30 ans et aime sincèrement la Russie. « Tout le monde parle de la "mystérieuse âme russe", mais cela n'existe pas ! On pourrait tout aussi bien parler de l'âme allemande, française, etc. Les gens de n'importe quel pays ont leurs propres traits nationaux et des mentalités différentes. L'expression "âme russe" nivelle et atténue la complexité et la diversité du peuple russe. C'est comme donner la température moyenne sur l'année sans mentionner les extrêmes », développe-t-il.

Village de Korolenka, région d'Omsk (Sibérie), en 2016

Le journaliste britannique Oliphant Roland rejoint cet avis et note que la Russie est un « pays incompréhensiblement immense » où une variété de personnes vivent dans des conditions géographiques, culturelles et sociales variées.

 « Le principal problème du concept d'âme russe est qu'il est impossible de dire à qui il s'applique exactement », écrit-il. De manière générale, il estime que, dans quelques décennies, ce terme deviendra obsolète et tombera dans l'oubli.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Dans cet autre article, nous vous présentions sept grands films pour comprendre l'âme russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies