Dans quels pays trouve-t-on les plus importantes diasporas russes?

Drapeau russe représenté sur des immeubles à Saint-Pétersbourg

Drapeau russe représenté sur des immeubles à Saint-Pétersbourg

Reuters
On estime que 20 à 30 millions de Russes vivent en dehors de leur pays d'origine.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Ukraine – 8,3 millions

Kiev, Ukraine

Comme beaucoup d'autres États post-soviétiques, la Russie et l'Ukraine étaient considérées comme faisant partie d'un seul et même pays, l'URSS, depuis sa création jusqu'en 1991. Inévitablement, les personnes d'ethnies ukrainienne et russe se sont déplacées librement de part et d'autre de la frontière inexistante, se sont mélangées et se sont installées des deux côtés de ce qui est ensuite devenu une frontière internationale.

Selon le dernier recensement de la population effectué en Ukraine en 2001, 8,3 millions de Russes ethniques vivaient dans le pays. Deuxième groupe ethnique le plus important d'Ukraine, les Russes représentaient 17,28% de la population totale du pays, soit moins que les Ukrainiens, qui étaient 37,5 millions.

Kazakhstan – 3,8 millions

Almaty, Kazakhstan

Pour une génération de Russes ethniques nés au tournant de l'histoire soviétique, de la fin des années 1980 au début des années 1990, grandir au Kazakhstan revenait à grandir en Russie, car ils étaient entourés de Russes.

Aujourd'hui encore, 30 ans après que le Kazakhstan soit devenu un pays indépendant suite à la chute de l'URSS, les Russes représentent toujours une grande partie de la population. En 2009, par exemple, les Russes ethniques représentaient un bon quart de la population du Kazakhstan. Le pourcentage de Russes ethniques a légèrement diminué au fil des ans (les nouveaux chiffres seront disponibles après le recensement de 2021), mais ils restent néanmoins le deuxième groupe ethnique le plus conséquent du pays, avec un total d'environ 3,8 millions de personnes.

États-Unis – 3,1 millions

New York, États-Unis

Étonnamment, les États-Unis figurent parmi les trois pays qui ont accueilli le plus de Russes ethniques en nombre absolu. Historiquement, il y a eu quatre « vagues » d'émigration russe vers l’Oncle Sam.

Les premiers Russes ont commencé à arriver aux États-Unis aux XVIIIe et XIXe siècles, contribuant au développement du nouveau pays, notamment en établissant le célèbre Fort Ross en Californie. La deuxième vague d'immigration était composée principalement de juifs qui ont quitté l'Empire russe à la recherche d'une vie meilleure aux États-Unis et d'officiers de l'Armée blanche souhaitant échapper au nouveau régime bolchévique au début du XXe siècle. Les dissidents soviétiques, qui ont quitté l'URSS de gré ou de force, ont constitué la troisième vague d'immigration. La quatrième et dernière vague vers les États-Unis s'est produite après la chute du rideau de fer en 1991, lorsqu'un grand nombre de personnes mécontentes de la vie sous le drapeau soviétique et désabusées quant à leurs perspectives dans la Russie nouvellement indépendante se sont installées aux États-Unis.

Aujourd'hui, l’on compte environ 3,1 millions de Russes ethniques vivant aux États-Unis, bien que ce nombre soit une estimation approximative, car le terme « russe » est utilisé librement dans ce pays pour décrire les immigrants de nombreux autres États post-soviétiques et d'Europe de l'Est. Malgré ce nombre important, les Russes ne représentent qu'environ un pourcent de la population américaine.

Lire aussi : Combien de personnes à travers le monde parlent russe?

Allemagne – 2,2 millions

Berlin, Allemagne

L'histoire de la Russie et de l'Allemagne est étroitement liée depuis des siècles, ce qui a facilité les mouvements de populations. À l'époque de l'Empire russe, une princesse d'origine allemande a même régné sur la Russie, devenant finalement la femme la plus célèbre à avoir dirigé l'État russe : Catherine II.

Il est difficile d'estimer le nombre de Russes ethniques en Allemagne, car un grand nombre d'Allemands qui vivaient en URSS – les descendants des Allemands ethniques vivant dans l'Empire russe et ceux qui ont été déplacés pendant la Seconde Guerre mondiale – ont massivement émigré vers l'Allemagne après la chute du mur de Berlin, la réunification de l'Allemagne et l'effondrement de l'Union soviétique à la fin des années 1980 et au début des années 1990. On estime néanmoins qu'il y a environ 2,2 millions de Russes ethniques vivant en Allemagne qui, ensemble, constituent l'une des plus grandes diasporas russophones du monde.

Ouzbékistan – 0,7 million

Tachkent, Ouzbékistan

Avant l'effondrement de l'Union soviétique, quelque 1,6 million de Russes ethniques vivaient en permanence en Ouzbékistan, qui faisait alors partie de l'URSS. Cependant, après l'éclatement de cette dernière en plusieurs États indépendants, un grand nombre d’entre eux ont fui le pays et sont retournés dans leur patrie historique, la Russie. Les autorités ouzbèkes estiment que, depuis lors, le nombre de Russes ethniques vivant dans le pays a été divisé par deux, passant de 1,6 million à 730 000 personnes.

Biélorussie, Canada, Lettonie, Kirghizstan, Estonie et Brésil – 2,7 millions de personnes

Église orthodoxe à Rio de Janeiro, Brésil

Ces six pays réunis abritent environ 2,7 millions de Russes ethniques. Dans certains endroits, ils ne représentent qu'une petite fraction de la population, tandis que dans d'autres – en particulier en Lettonie et en Estonie – les Russes ethniques constituent une part considérable de la population – 24,5% et 24,3%, respectivement.

Bonus : France

Cathédrale Saint-Nicolas à Nice, France

Compte tenu de l’absence de recensements ethniques dans l’Hexagone, il est difficile d’avancer le nombre précis de personnes originaires de Russie y vivant. L’on sait toutefois que le pays a connu trois vagues d’immigration russe : la première suite à la Révolution de 1917 et à l’instauration progressive du pouvoir bolchévique, la seconde au milieu du XXe siècle en réaction au régime stalinien et à la Seconde Guerre mondiale, et la troisième lors de la chute de l’URSS.

Si les estimations varient de quelques dizaines à plusieurs centaines de milliers, force est de constater que la diaspora russe en France a grandement marqué le paysage local, tantôt en tant que masse ouvrière, tantôt en tant que riches investisseurs contribuant à l’essor, notamment, de la côte d’Azur, qui doit à des ressortissants russes nombre de ses villas.

Dans cet autre article, nous vous présentions justement la cité de «La petite Russie» ou la saga des réfugiés devenus chauffeurs de taxi à Paris.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies