Cinq chefs-d’œuvre de l’horlogerie russe moderne

chaykin.ru; sturmanskie.ru; slava.su
Première montre au monde donnant l’heure sur Mars, célèbre modèle Chtourmanskié que portait le poignet de Gagarine… et d'autres exemplaires uniques dont l'industrie horlogère russe moderne peut être fière.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Joker par Konstantin Tchaïkine

Ce modèle, créé par l'horloger russe le plus renommé, Konstantin Tchaïkine, est connu dans le monde entier. La manufacture Tchaïkine a déjà 18 ans. Au fil des années, elle a créé de nombreux mécanismes révolutionnaires qui lui ont ouvert les portes de la haute horlogerie. Jusqu'à présent, Tchaïkine est le seul Russe admis à l'Académie horlogère des créateurs indépendants (AHCI).

Joker n'est pas seulement une montre, mais l'une des inventions de Tchaïkine. Le cadran représente le visage du célébrissime personnage de l’univers Batman. Les aiguilles des heures et des minutes sont remplacées par des disques rotatifs en forme d’« orbites oculaires », et l'indicateur des phases de la lune constitue son sourire caractéristique. Le mécanisme unique a reçu une reconnaissance internationale, à tel point qu'il y a trois ans, la montre Clown, déclinaison du Joker, a remporté l'« Oscar » de l'industrie, le prix spécial du Grand Prix d'horlogerie de Genève. C’était la première fois de l’histoire qu’un horloger russe recevait cette distinction.

Tous les détails du Joker sont fabriqués uniquement à la main, et vous devez vous inscrire sur une liste d'attente pour l’acheter (la manufacture de Tchaïkine est spécialisée dans la production à la pièce ; au total, elle ne produit pas plus de 100 montres par an).

Mars Conqueror par Konstantin Tchaïkine

Les « Chroniques martiennes » de Tchaïkine ont déjà plusieurs années. Quand Elon Musk a annoncé que l'humanité allait bientôt coloniser la Planète rouge, le maître, à son tour, a eu l'idée de créer une horloge qui montrerait... l'heure sur Mars. Les modèles pilotes de 2020 ont été suivis de la mise en production (il y aura huit montres de ce type au total).

>>> Le grand retour des montres soviétiques vintage

La coque en titane ressemble aux sas d'amarrage des vaisseaux spatiaux. Le cadran est muni d’aiguilles en forme de fusées. Les plus grosses indiquent le temps sur Terre. À 6 heures se trouve un cadran supplémentaire qui montre de manière synchrone l'heure sur Mars. Le modèle est également équipé d'un calendrier martien avec des dates en sols (jours martiens). Pour rendre possible cette petite merveille, l'horloger a créé et breveté un mécanisme unique.

Poliarnyé (« Polaire ») de l’usine Raketa

La société horlogère de Peterhof peut être fière de ses 300 ans d'histoire. Des Français et des aristocrates entretenant des liens anciens et parfois ambigus avec la Russie (la famille des comtes de Pahlen, par exemple, a été impliquée dans une conspiration contre l'empereur Paul Ier), se sont dédiés à faire renaître la maison de nos jours. L’usine Raketanouvelle mouture est entrée en scène il y a plusieurs années, et l'entreprise a des projets ambitieux. Les collectionneurs sont à l’affût des montres de la période soviétique, de sorte que les nouveaux propriétaires de l'usine sont convaincus que les modèles produits à notre époque ne seront pas reçus avec moins d'enthousiasme, à la fois en Occident et en Russie.

Le modèle « Polaire » est une réplique d’un modèle légendaire des années 1970 qui n'est jamais entré en production de masse (ce qui le rend particulièrement désirable aux yeux des collectionneurs). Ces montres ont été conçues spécialement pour les expéditions, et leur unicité réside dans leur mécanisme, qui ne craint aucune circonstance météorologique. Étant donné qu’en Antarctique, il est difficile de différentier le jour de la nuit, l'indication de l'heure n'est pas sur 12, mais sur 24 heures. Le modèle ne s'écarte de l'original qu’en raison de quelques détails ; de plus, les montres sont fabriquées sur les machines soviétiques d’époque. Le modèle est sorti l'année dernière en édition limitée.

>>> Breguet: l’exactitude est la politesse des montres

Chtourmanskié (« dе Navigateur ») de l'ancienne usine Poliot

Poliot ou « Première usine horlogère de Moscou », légendaire en URSS, assurait jusqu'à un tiers de la production soviétique. Après la perestroïka, elle a été divisée en plusieurs petites entreprises. Les célèbres lignes de fabrication de montres ont également été vendues à différentes marques titulaires des droits. Ainsi, le modèle Chtourmanskié, destiné aux pilotes soviétiques (produit en série depuis 1949 uniquement pour l'aviation – il n’était pas vendu), est revenu au groupe Volmax, qui les produit aujourd'hui sous la marque Chtourmanskié.

C'est avec une montre Chtourmanskié que Gagarine a réalisé son célèbre vol dans l'espace. Le modèle a plusieurs versions de base. La plus célèbre et la plus courante est « Gagarine. Héritage ». La montre est produite en série et s'avère abordable, mais, comme en 1961, elle est équipée d'un calibre ultra-précis Poliot 2609, une invention de l’usine. Cette année, à l'occasion du 60e anniversaire du premier vol dans l'espace, une édition limitée anniversaire avec gravure commémorative a été lancée – c’est une copie exacte de la fameuse montre de Gagarine.

Roulette russe de l'usine Slava

L'usine Slava, alias « Deuxième usine horlogère de Moscou », est une autre entreprise au destin tourmenté. Dans les années 2000, elle appartenait à une banque, qui l'a finalement mise aux enchères. Son patrimoine (dessins, droits sur des mécanismes uniques) a été acquis par la société horlogère Verny Khod, qui dans les années suivantes a racheté la marque elle-même. Aujourd'hui Verny Khod produit de nombreux modèles historiques Slava que toute l'URSS portait autrefois.

>>> Paul Buhre: l’épopée d’un grand nom de la montre originaire de Russie

« Roulette russe » est peut-être la montre russe la plus controversée de notre temps. Son concept est né en 2017 grâce à une collaboration avec l'acteur russe Ivan Okhlobystine. Il a proposé l'image d'un revolver avec une cartouche dans le chargeur comme base du design. La montre a été conçue pendant trois ans. Il s'agit d'une montre mécanique avec un détail supplémentaire sous forme de chargeur avec une balle. En tournant le « chargeur », comme dans le célèbre jeu de hasard, vous tentez le destin : vous pouvez savoir s'il va tirer ou non grâce à la fenêtre en haut du cadran. Si la chance vous a joué un tour, vous verrez une cartouche dans la fenêtre (elle porte un crâne et des os gravés dessus). Le mouvement du chargeur et le choix de la balle sont déterminés par 16 aimants : selon les créateurs, cette montre améliore également le bien-être, car c'est une sorte de bracelet magnétique que l’on porte pour normaliser la pression artérielle.

Dans cette autre publication découvrez l'histoire du moto soviétique Ural, que l’on achète partout sauf en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies