Des vétérans russes d’Afghanistan et de Tchétchénie se livrent sur leur stress post-traumatique

Artiom Protsiouk
Ils racontent les difficultés du retour à la vie civile après les horreurs du champ de bataille.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les psychologues parlent de stress post-traumatique, lorsque l'esprit humain lutte pour faire face aux conséquences de la guerre. D'autres l'appellent simplement le syndrome afghan ou tchétchène.

Sur le plan clinique, il s'agit d'une série d'expériences psycho-pathologiques au cours desquelles l'esprit tente d'effacer de la mémoire des événements passés générateurs de stress, maintenant la victime dans un état d'anxiété pendant des mois, voire des années.

Ce récit photographique raconte la vie des soldats russes pendant la guerre et leur adaptation ultérieure à la vie civile.

Vladimir Kravtchenko – 1985-1987 – Afghanistan (Province de Ghazni)

Nous étions dans un char et nous avons roulé sur une mine. La tourelle a été soufflée à environ six mètres en l'air. L'artilleur était couché au fond du véhicule, et j'étais coincé entre les trappes sous ce qui restait de la tourelle. Miraculeusement, tout le monde a survécu.

De retour à la maison, j'ai pris de la vodka. Je suis resté accro à la bouteille pendant dix ans.

Sans ma nouvelle famille et mon nouveau travail, je n'aurais pas survécu. Ils m'ont sorti du trou.

Dmitri Dagas – 1983-1985 – Afghanistan (Begrâm, Pandjchir)

Comme trophée de guerre, j'ai fini par avoir le passeport d'un « fantôme » qui essayait de me tirer dessus [les soldats soviétiques appelaient les moudjahidines « doukhi » (« esprits/fantômes ») parce que souvent ils ne pouvaient pas les voir]. C'est un bon travail, j'ai été plus rapide ce jour-là.

Après la guerre, j'ai passé cinq mois dans un lit d'hôpital avec une commotion cérébrale et une jambe amputée. Ma maladie m'a fait bégayer et mes yeux se sont mis à avoir un tic. J'avais ces douleurs fantômes à l'endroit où se trouvait ma jambe, qui sont devenues réelles lorsque j'ai reçu un membre artificiel mal ajusté. Je cherchais la sympathie des autres, mais j'ai vite compris qu'on ne peut rien attendre de ceux qui nous entourent.

Je ne savais pas quoi faire de ma vie et j'ai commencé à boire. Un ami m'a sorti de l'alcool en m'emmenant faire du camping – trois semaines d'air frais et la compagnie de femmes ont fait des merveilles. Après cela, j'ai décidé de m'inscrire dans une école d'art et de commencer une nouvelle vie. Je pense que les amis et l'art ont sauvé l'être humain qui est en moi.

Lire aussi : Pourquoi l'URSS a-t-elle envoyé des troupes en Afghanistan?

Oleg Riabikov – 1995 – Tchétchénie (Grozny)

Alors que nous balayions les militants à Grozny en hiver 1995, nous avons été pris sous le feu de tirs amis. J'ai dû fuir de mon propre côté, et l'opération a échoué. Heureusement, nous n'avons perdu personne ce jour-là.

De retour à la vie civile, il s'est avéré que personne ne s'en souciait. La vie continuait comme d'habitude. Les gens ne se préoccupaient pas de la guerre en Tchétchénie et de toutes les horreurs qui s'y déroulaient. Les seuls qui n'étaient pas indifférents étaient nos familles.

Mikhaïl Alimov – 1981-1983 – Afghanistan (Kandahar, Shindand)

D'une certaine manière, notre convoi de 42 camions a été pris sous le feu. Les fusillades ne sont belles que dans les films. Quand ça arrive pour de vrai, vous êtes touché de tous côtés. Vous ne savez même pas de qui ou d'où ça vient. Moi et mon chauffeur Nikolaï, on a planté une mitrailleuse à travers la fenêtre et on a commencé à tirer dans toutes les directions.

Soudain, il a crié et je me suis rendu compte qu'il avait été touché à la gorge. Je lui ai demandé s'il pouvait encore conduire. La réponse a été « Bien sûr ». J'ai fait pression sur la blessure, pendant que Nikolaï prenait le volant. Nous avons réussi à revenir en territoire allié. Après cet incident, le QG a donné l'ordre aux convois de continuer à avancer à tout moment dans de telles situations.

L'adaptation à la vie civile a été difficile. La guerre ne m’a pas lâché. Les images continuaient à tourner dans ma tête.

Même si je ne voulais pas retourner en Afghanistan, je ne regrettais pas le temps que j'y avais passé. Cela n'a rien à voir avec du patriotisme ou une estime de soi exagérée. J'ai juste fait ce que je devais faire. Dieu merci, je m'en suis sorti vivant.

Vladimir Popov – 1999-2010 – Tchétchénie

Chaque soldat portait deux cartouches « de rechange » : une pour lui et une autre pour un ami – pour éviter de souffrir ou d'être capturé le moment venu.

C'est l'une des raisons pour lesquelles nous nous sommes sentis sauvages chez nous en tant que civils. Tout était accablant et inconnu. Tu essaies de trouver un travail, mais la guerre est la seule chose que tu connais. Elle te pèse vraiment et est difficile à gérer. Cette période où l'on essaie de s'intégrer brise certaines personnes. Ils commencent à boire ou à se droguer, ou deviennent des criminels.

Les six premiers mois à la maison, j'étais sur les nerfs. Chaque petit bruit me faisait sursauter et je cherchais l'ennemi. Il était difficile de comprendre que des gens se promenaient juste à pied et que des voitures circulaient dans les environs. J'étais constamment à l'affût des lignes de visée, cherchant le meilleur endroit pour positionner l'équipe de mitrailleurs, où placer le sniper.

Ce ne sont pas des psychologues, mais des collègues vétérans qui m'ont aidé à retrouver une vie normale. C'est plus facile de parler à un gars qui est lui-même passé par là.

Dans cet autre article, nous vous présentions neuf guerres étrangères auxquelles les soldats soviétiques ont pris part.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies