Opinion: le «khamstvo» russe est-il différent de l'impolitesse générale?

Alena Repkina
Il y a beaucoup de choses, de concepts et de mots qui sont perçus comme étant uniquement russes. Mais nous doutons que le «khamstvo» soit l'un d'entre eux.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le khamstvo a longtemps été perçu comme un phénomène russe unique. Il figurait même dans notre propre article très populaire des « Huit mots russes impossibles à traduire en français ».

L'écrivain Sergueï Dovlatov, émigré soviétique, a relaté, dans son essai Cet intraduisible khamstvo, qu’un autre émigré soviétique célèbre, l'écrivain Vladimir Nabokov, aurait lutté pour définir le khamstvo à ses étudiants américains suivant un cursus en études slaves à l'université Cornell. Les mots « arrogance », « impolitesse » et « insolence », qu'il aurait alors essayé d'utiliser, n'étaient tout simplement pas suffisants pour englober les nombreuses facettes du terme. Dovlatov a finalement donné sa propre explication : « Le khamstvo n'est rien d'autre que l'impolitesse, l'arrogance et l'insolence multipliées par l'impunité ».

Mais n'est-ce pas trop réfléchir ? Essayons-nous de créer un phénomène à partir de rien ? Le khamstvo est-il une chose uniquement russe ? Plusieurs collaborateurs de Russia Beyond se sont penchés sur le mot et sa signification.

Gueorgui Manaïev

En russe, le mot « kham » est dérivé du prénom Cham (Ham en hébreu), fils de Noé dans la Bible. En raison de son comportement inconvenant, Cham a été maudit par son père à être « l’esclave des esclaves ». En russe, depuis la fin du XVIIIe siècle, ce mot désigne ainsi quelque chose de bas de gamme. Les nobles russes utilisaient ce mot avec mépris envers les représentants des couches inférieures de la société – serfs, laquais, etc.

Toutefois, dans la société russe contemporaine, un « kham » n'est qu'une personne très grossière et odieuse dans son khamstvo (mot désignant alors le comportement d’un kham). Quelle est donc la mince frontière entre le khamstvo et la « grossièreté » ? On peut être impoli envers ses collègues de travail, sa famille ou ses amis, mais l'impolitesse devient khamstvo lorsque l'on nie le droit à la dignité de son interlocuteur, lorsque l'on rabaisse ses collègues à un niveau inférieur en les traitant comme tels. C'est pourquoi c’est bien plus douloureux que d'être simplement impoli.

En fait, rendre le mot khamstvo, riposter avec la même énergie, est aussi considéré comme du khamstvo. « Je deviens timide quand le khamstvo se produit », disait le joueur d'échecs russe Viktor Kortchnoï – et c'est probablement tout à fait naturel.

Lire aussi : Quelle est la plus grande faiblesse de la Russie? (opinion)

Alexandra Gouzeva

Le journal Meduza a récemment publié un article d'opinion sur le khamstvo, basé sur des recherches de sociologues. Il y est affirmé qu’une forme hypertrophiée du khamstvo existe toujours même dans les maternités. Cela me fait croire que le khamstvo n'est pas seulement « l'arrogance et l'insolence multipliées par l'impunité », mais qu'il vise également une personne absolument sans défense. Qu'il s'agisse d'une femme durant son travail, ou d'une personne âgée qui ne peut pas payer son ticket de bus ou qui ne peut pas se déplacer plus vite, ou d'une personne dans une institution d'État dont la vie pourrait dépendre de l'humeur du personnel derrière la vitre et de sa volonté de délivrer les documents nécessaires.

Le grand satiriste russe Mikhaïl Zochtchenko se moquait beaucoup du khamstvo dans ses nouvelles. Il dépeignait la société soviétique nouvellement établie, où les ouvriers et les agriculteurs démunis d'hier devenaient « la classe dirigeante ». À partir de ce moment, ils ont ressenti leur pouvoir inattendu et le droit de l'exprimer – surtout envers d'anciens nobles. C'est aussi ce dont parle le brillant roman de Mikhaïl Boulgakov Cœur de chien.

Daniel Chalyan

Le principal facteur qui conduit à la nécessité de créer des concepts spécifiques à la culture est la présence d'un environnement dans lequel une telle condition peut s'épanouir. Certaines qualités humaines deviennent plus prononcées que d'autres. Ainsi, des choses comme l'hospitalité, la méfiance, le khamstvo et des dizaines d'autres caractéristiques sont autant de candidats tout aussi plausibles pour des traits « innés ». Il est toutefois intéressant de noter que les Russes ont une propension à revendiquer certains d'entre eux, mais pas d'autres.

Je considère que toutes les revendications de caractère unique sont également sans fondement. Mais, bien que je sois catégoriquement contre les auto-interprétations mythologiques, il n'y a pas de fumée sans feu. La façon dont vous vous décrivez est votre culture. Le fait de l'évoquer est la preuve que cette idée fixe mérite une plus grande attention. Pour moi, le khamstvo est la manière désordonnée dont les paysans « mortels » (c'est-à-dire ceux qui ne sont pas un tsar, un oligarque ou un proche du gouvernement) se battent pour revendiquer quelque chose dans un État qui ne s'est jamais beaucoup soucié de leur bien-être.

Compte tenu de la nature spécifique de la concentration historique des richesses, les Russes ont progressivement appris à ne s'occuper que d'eux-mêmes, ce qui, à son tour, forge une société qui ne fonctionne pas comme une unité unique, c'est-à-dire une société fondée sur une mission essentielle et sur la compréhension du fait que travailler ensemble est préférable pour la nation tout entière. Pour dire les choses simplement, des choses comme la décence traversent les barrières de classe dans certains pays, mais ne le font souvent pas dans un pays où toute personne qui n'a pas d'influence doit se battre pour elle-même et où l'on a en quelque sorte plusieurs mentalités différentes.

Lire aussi : Pourquoi la Russie est-elle si déprimante? (opinion)

Dans cette atmosphère d'impuissance, de désordre et de manque de garanties ou de mobilité ascendante, les masses ont développé le trait culturel d'abuser les uns des autres dans les interactions quotidiennes. « Personne ne subvient à mes besoins, alors je dois pousser et me battre pour obtenir un endroit plus chaud et une plus grosse part du gâteau. Et si je ne prends pas de raccourcis et ne marche pas sur les gens, je perdrai moi-même ». C'est ce khamstvo qui me vient à l'esprit : il s'agit de masses désespérées sans pouvoir qui sont méchantes, parce qu'elles se sentent trahies – donc elles abusent du peu de pouvoir qu'elles ont les unes sur les autres. C'est plus qu'une simple impolitesse, parce que cela demande plus de contexte – un contexte qui tourne spécifiquement autour de la conscience de classe russe.

Imaginez une situation de chacun pour soi : Nous sommes en 1997, le décor est un arrêt de bus. Il fait froid. Un bus mal entretenu tombe en panne quelque part sur la route entre le dépôt et l'arrêt très fréquenté. Le chauffeur sous-payé le répare paresseusement, puis arrive en retard. Une foule de 25 personnes qui sont, pour la plupart, les arrière-petits-enfants de véritables paysans, commencent à se disputer sur l'ordre de la file d’attente. Quelqu'un dans la foule refuse d'éteindre sa cigarette. Une femme âgée se plaint grossièrement. Un homme crie alors que le fumeur est un « kham ». Cinq ou six personnes tentent de se faufiler par la petite porte en échangeant des paroles enflammées. L'embouteillage entraîne un terrible engorgement, ralentissant encore plus le temps d'embarquement pour toutes les personnes concernées. De plus, 90% des personnes qui se trouvent dans cette foule sont sous-payées, alors que les personnes qui se trouvent juste deux niveaux au-dessus d'elles mènent un style de vie somptueux. Tout le monde est stressé et en colère.

Maintenant, imaginez un bus japonais ou suédois en train d'attendre et croisez cela avec la présence de lois et de protections des droits individuels dans ces pays, ainsi qu'avec les salaires qui y sont pratiqués, et vous aurez votre réponse. Si quelqu'un enfreint le protocole à Tokyo ou à Stockholm, au lieu de traiter l'autre de « kham », la victime reste là, les yeux écarquillés. Et ce, parce que leur sens du bien et du mal est nourri par la présence de certaines garanties parrainées par l'État qui assurent leur décence – ainsi qu'un niveau de vie élevé. Et rompre ce contrat semble complètement illogique : pourquoi abuser des règles si elles fonctionnent et s'appliquent à tous de la même manière ? Or, en Russie, elles ne le font pas.

Par conséquent, pour répondre à la question initiale, je pense que khamstvo est un terme plus spécifique et plus précis pour désigner la grossièreté (« groubost » en russe), qui implique un ensemble sous-jacent de précurseurs historiques et ethnologiques que la grossièreté ne présume pas à elle seule. D'après mon expérience, ce trait de caractère est assez répandu en Russie. Les cultures n'ont pas recours à des concepts séparés sans raison.

Le khamstvo n'est pas un trait spécifiquement russe – il existe sans aucun doute dans d'autres sociétés. Le problème est que les Russes, bizarrement, trouvent cela réconfortant, comme si le fait d'établir cela résolvait d'une certaine manière le problème.

Anna Sorokina

Le khamstvo est un phénomène international. Cependant, en Russie, vous pourriez y être confronté même dans les endroits où les gens sont censés se comporter poliment les uns envers les autres. Par exemple, vous allez dans un magasin pour acheter un article coûteux, une télévision ou une machine à laver, et au lieu d'un sourire et de l'aide d'un vendeur, vous obtenez « partez, cherchez ce dont vous avez besoin sur Google et venez ». Ou bien vous entrez dans un bureau et un agent de sécurité, au lieu de vous saluer, commence à vous maudire et à vous interroger sur votre identité. Certaines personnes sont simplement de mauvaise humeur ou sont le résultat d'une mauvaise éducation et ne pensent pas aux autres. Le fait est qu'en Russie, vous pouvez être confronté au khamstvo de manière totalement inattendue.

Dans cet autre article, nous nous intéressions au concept de « russian dream ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies