En images: le cheval iakoute, race la plus résistante au monde face au froid

Legion Media
Cette race unique ne vit que dans cette région glaciale et se sent parfaitement bien même par des gelées de -50°C.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Massifs, trapus et à la crinière malicieuse, les chevaux iakoutes ne craignent pas les gelées les plus sévères.

Officiellement, cette race n'a été reconnue qu'à la fin des années 80, mais les scientifiques pensent qu'elle existe depuis des milliers d'années. Ils sont considérés comme les descendants directs des anciens chevaux primitifs qui sont venus d'Asie et ont vu leur apparence changer pour s'adapter à cet environnement plus rude.

Aujourd'hui, en Iakoutie, il existe trois sous-espèces de cette race : l'original nordique (appelé cheval de Verkhoïansk, du nom du deuxième lieu de peuplement le plus froid au monde), le cheval méridional, qui est plus petit, ainsi que le grand type méridional, qui a été croisé avec d'autres races.

Un cheval iakoute moyen ne mesure que 140-145 cm au garrot, mais pèse environ une demi-tonne. Ils sont principalement bruns et gris, les autres couleurs de robe étant plus rares. Ils font généralement preuve d’un tempérament amical, calme et curieux, et s’avèrent particulièrement doués pour courir sur des terrains accidentés.

Le climat de Iakoutie est nettement continental. En été, les températures peuvent atteindre +35°C, tandis qu'en hiver, elles peuvent chuter jusqu'à -50°C. Cependant, à Verkhoïansk et Oïmiakon, dans le Nord de cette région, des températures d'environ -70°C ont également été enregistrées. Cependant, pour les chevaux iakoutes, ce n'est pas du tout un problème – grâce à leur épais sous-poil, ils peuvent rester à l'air libre même durant les hivers les plus extrêmes. Par grands froids, ils sont recouverts d'un « manteau » de gel et n’en souffrent pas, et même les poulains passent leurs nuits à l'extérieur. Physiquement, ils peuvent rapidement accumuler de la graisse sous-cutanée. De vraies boules de poils dotées de sabots !

Lire aussi : Dix animaux emblématiques de Russie menacés d’extinction

Les chevaux iakoutes sont également élevés dans des haras, mais ils sont assez indépendants. Par exemple, ils sont capables de se nourrir tout seuls en ratissant l'herbe sous une couche de neige d'un mètre d’épaisseur avec leurs sabots.

Dans le Nord, il est difficile d'imaginer la vie sans eux : loin des villes, sans routes, il s’agit du principal moyen de transport pour les habitants. Lorsqu'un 4x4 s'enlise dans la neige, un cavalier y passe allègrement à cheval.

Les éleveurs de rennes iakoutes ont également recours à ces chevaux. Malgré sa masse corporelle, cette race court assez vite, même dans la neige épaisse et en dehors des routes. Néanmoins, on peut aussi apercevoir des chevaux iakoutes en attelage.

En une journée, un tel cheval peut parcourir jusqu'à 100 km et transporter 300 kg de marchandises. Traditionnellement, avant les longues expéditions dans la toundra, le cheval ne mange pas durant une journée entière afin de perdre un peu de graisse et de courir plus vite.

Les chevaux iakoutes sont considérés comme des doyens parmi les chevaux : ils travaillent activement jusqu'à 25-27 ans, alors que la plupart des autres races ne peuvent le faire que jusqu'à 20 ans en moyenne.

Les habitants de la région fabriquent en outre une boisson fermentée traditionnelle appelée « koumys » à partir du lait de cheval.

Chasseur en République socialiste soviétique autonome iakoute

Cette race est considérée comme indigène, elle ne peut vivre que dans les régions du Nord. Le climat chaud ou méridional ne leur convient aucunement. On ne peut ainsi rencontrer un tel cheval qu'en Iakoutie et en Extrême-Orient russe.

Éleveur de rennes en République socialiste soviétique autonome iakoute le 1er octobre 1988

Dans cet autre article, nous vous relatons comment des chats sibériens ont sauvé l'Ermitage de Saint-Pétersbourg.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies