Pourquoi ne devriez-vous jamais mettre les pieds dans une datcha russe?

Vladimir Song; Ekaterina Tchesnokova/Sputnik; Legion Media Getty images
L'aura romantique d'une confortable maison de campagne n'est que la partie visible de l'iceberg. Savez-vous ce qui vous y attend vraiment?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Il est difficile de s’y rendre

Les problèmes commencent dès le début – comment se rendre à la datcha ? Si vous avez votre propre voiture, assurez-vous que vous passerez trois heures dans un embouteillage, car vous n'êtes pas le seul à partir pour la campagne – tout le monde le fait le vendredi soir ou le samedi matin.

Et si vous n'avez pas de voiture, vous devrez prendre un train de banlieue ou un bus bondé où vous vous tiendrez debout parce que cette femme avec des pots de semis a besoin de deux sièges à elle seule. Ensuite, après la gare ou l'arrêt de bus, vous devrez marcher plusieurs kilomètres jusqu'à la datcha, et n'oubliez pas tous ces sacs de nourriture et d’affaires que vous avez pris pour deux jours.

Un dur travail d’entretien

Si vous imaginez une datcha comme un paradis où vous vous allongerez sur un transat avec des cocktails, vous vous trompez. À la datcha, vous devez travailler, car il y a toujours quelque chose qui doit être réparé ou planté, tandis que la pelouse a également besoin d'être tondue. Bien sûr, on peut couvrir tout le territoire avec du béton... mais alors cela ressemblera encore moins à un paradis. Et même dans ce cas, il y aura toujours quelque chose à réparer à l'intérieur de la maison, ou au moins à nettoyer.

>>> Pourquoi des étrangers préfèrent la datcha russe au charme d'une île exotique

Les moustiques

Ok, il est tard dans la soirée et vous avez presque tout fait et êtes assis sur un rocking chair dehors pour enfin profiter de votre cocktail et écouter le chant des cigales. Mais vous n'aurez pas la chance de rester calme. Parce que quand le Soleil se couche, c'est l'heure des moustiques !

C'est drôle, quand vous arrivez au bureau le lundi, vous pouvez toujours identifier les gens revenant de la datcha – ils se grattent comme des diables.

Tous vos vêtements sentent la fumée

Un week-end à la datcha, c'est toujours une affaire de grillades, ou de chachlykis, comme on les appelle en Russie. Il y a toujours un homme qui est chargé de tout faire griller. Mais l’odeur imprégnée dans vos vêtements ne dépend pas de si vous êtes cette personne ou non... c’est inéluctable. Et vous devrez retourner en ville avec ces vêtements puants avant de les mettre dans la machine à laver. Ah, attendez... Les Russes ont un moyen de gérer ça : ils ont même des tenues de rechange spéciales barbecue !

Des voisins fous

Dans votre immeuble, vous avez aussi plusieurs voisins et certains d'entre eux sont certainement bruyants. Mais au moins, ils ne vous voient pas ! Dans la campagne russe, ceux qui peuvent se le permettre, construisent de hautes clôtures en briques pour que personne ne puisse les observer. Cependant, la plupart des datchas n'ont qu'une clôture en grillage ou en bois et les deux permettent à vos voisins de vous espionner. Cela signifie que vous ne pouvez pas travailler sur votre bronzage intégral... De plus, les fêtes folles et les chants de minuit à la guitare des deux côtés sont toujours un problème.

Ils peuvent commencer à tondre l'herbe avec ce bruit terriblement agaçant à 7 heures du matin le dimanche, ou commencer à brûler des feuilles mortes quand il fait 30° dehors. Et il n'y a pas moyen d'échapper à cette horrible fumée, même vos vêtements spéciaux pour le barbecue ne vous sauveront pas.

>>> Guide ultime du banya: tout savoir pour profiter du sauna version russe

Mais il y a un avantage à avoir des voisins fous : vous pouvez fêter le Nouvel аn avec eux, en allumant des feux d'artifice et en buvant dehors toute la nuit.

Des toilettes ? Quelles toilettes ?

La plupart des datchas classiques ont des cabanes en bois dans le jardin pour les petits besoins du quotidien. Donc si vous devez y aller la nuit, vous devrez vous habiller, mettre des chaussures, prendre une lampe torche et prier pour qu'aucune bête nocturne ne se jette sur vous.

Autre chose, ces toilettes reposent sur un trou profond qui se remplit progressivement pendant l'été. Ensuite, elles doivent être vidées dans une fosse septique. Vous le comprendrez en reniflant une fois à l'intérieur. De plus, ces petites cabanes en bois sont le paradis de dizaines de sortes d'insectes... Au moins, si vous êtes un courageux biologiste ou entomologiste, vous vous amuserez !

Eau chaude, douche ? Retourne à la ville, mauviette

Si les toilettes extérieures peuvent être considérées comme un luxe, il est encore plus rare qu'une datcha dispose d'eau chaude (ou d'eau tout court) et d'une douche. Au mieux, il y aura une autre cabane avec un réservoir d'eau chauffé par les rayons du Soleil. Si vous n'avez pas de réserve d'eau, vous devrez la remplir vous-même en grimpant sur une échelle avec des seaux. Et si vous en disposez d’une, vous devez encore prier pour que l'été soit ensoleillé et que l'eau soit au moins un peu réchauffée. Bonne chance donc, ou mieux encore, attendez d'être de retour chez vous dans le confort de la ville avant de prendre un bain.

Pas de chauffage

Quand il fait chaud, le manque de confort des toilettes et de la douche ne semble pas si grave. Et les datchas en bois gardent toujours une fraîcheur agréable lorsque vous rentrez à l’intérieur pour échapper à la chaleur. Mais si l'été est pluvieux et affiche une température de 15°, vous devrez mettre tous vos vêtements fumants à l'intérieur car la plupart des datchas n'ont pas de chauffage ni de gaz. C'est d'ailleurs pour cette raison que les Russes ne vont généralement pas dans les datchas en hiver. Les chauffages électriques portables ne peuvent pas réchauffer une maison entière, qui a été ensevelie sous la neige.

>>> Tabou: huit sujets à éviter avec les Russes

Mauvais réseau mobile

Un dicton affirme que « ce qui n’est pas sur Instagram n’est jamais arrivé ». Selon ce proverbe, les Russes ne vont alors tout simplement jamais à la datcha, puisqu’ils ne peuvent pas publier toutes ces belles fleurs ou ces lits de tomates et de fraises. Sans parler de ces tenues décontractées et enfumées ! Un ami vous a envoyé une vidéo avec des chats rigolos ? Il vous faudra être patient jusqu'à ce que vous soyez de retour en ville, où votre réseau sera suffisant pour la regarder. Vous voulez vous faire livrer à manger via une application ? N'y pensez même pas, et si vous réussissez, ils ne viendront tout simplement pas aussi loin !

Vous devrez un jour quitter la datcha

Ce qu'il y a de plus désagréable et de plus triste dans la datcha, c'est qu'il y a toujours un moment où il faut partir et revenir en ville, entre embouteillages et travail. Ces week-ends ensoleillés où vous vous disputiez avec le chef du barbecue pour savoir à quel point vous vouliez votre steak saignant, chassiez les moustiques le soir avec toute la famille ou rouspétiez contre vos voisins bruyants... Tout sera fini. Avec la datcha, vous pleurez donc deux fois – à votre arrivée et à votre départ.

P.S. L'auteur de cet article a pleuré sur chacun de ces dix points et est quand même partie à la datcha juste après avoir soumis son article à la rédaction. Qu'est-ce que cela signifie ? Prenez-nous au sérieux – la datcha est le lieu de retraite et de désintoxication numérique idéal.

Dans cet autre article, nous nous intéressons à la datcha en tant qu’archétype de la dolce vita en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies