Pourquoi des étrangers préfèrent la datcha russe au charme d'une île exotique

Vladimir Smirnov/TASS
L'attitude des Russes envers leur maison de campagne oscille souvent entre amour et haine, mais les étrangers semblent avoir des sentiments extrêmement chaleureux pour cet aspect de la vie russe.

« C'était un de ces dimanches matins de travail où j'étais épuisée après quatre heures de boulot, mais je devais aller à ma datcha pour une journée afin de ramener ma mère en ville, se souvient Elena, guide touristique. Mais après un tour à vélo de quatre heures autour de Saint-Pétersbourg, mes touristes, un couple hollandais, m'ont dit qu'ils avaient entendu dire que le village russe était un endroit splendide, et ils ont demandé où en voir un. Finalement, nous sommes allés à ma datcha ensemble! ».

Maisons en bois avec cadres de fenêtres à motifs; babouchka enveloppée dans un châle assise près de l'entrée; samovar dans le salon - c'est ainsi que la plupart des étrangers s'imaginent la datcha russe. Cette escapade estivale exotique est à mille lieues de la ville bruyante, et vous pouvez trouver ici un petit coin de paradis et de silence.

En réalité, cependant, la datcha russe est un endroit où vous devez travailler dur pour que vos fleurs et vos cultures - quoi que vous plantiez – portent leurs fruits. En outre, tout a constamment besoin d'être réparé, et il n'y a pas toujours de toilettes propres, celles-ci se réduisant souvent à une dépendance en bois avec un trou à même le sol.

Alors, pourquoi les étrangers sont-ils si fascinés par cette façon de passer week-ends et vacances ?

Lire aussi : Pourquoi la meilleure datcha est-elle toujours celle des autres ?

Russie exotique?

Max, de Nouvelle-Zélande, est marié à une femme russe et vit à Moscou depuis cinq ans. Sa famille a sa propre datcha qui était une maison en bois datant des années 1950, construite par le grand-père de sa femme - pas d'eau courante, pas de vraies toilettes. Mais il y a trois ans, ils ont complètement modernisé la maison, et maintenant ils peuvent s'y détendre toute l'année et même y passer de longues vacances du Nouvel An, quand il fait moins 20 degrés Celsius à l'extérieur. Ils invitent souvent des amis à y séjourner, et organisent de longues fêtes de fin le week-end avec de la bonne nourriture, des enfants et du plaisir.

« J'aime l'air pur, la possibilité de s'asseoir de prendre le soleil... Nous avons la chance d'avoir un lac où nous pouvons nager pendant l'été, de ranger notre petit bateau et de patiner en hiver », explique Max, ajoutant que ces lieux lui donnent toujours l'impression d'être en vacances.

Max n'évite pas la folie jardinière traditionnelle, mais garde une telle activité sous contrôle. « Nous cultivons quelques choses, très peu, mais nous ne créons pas une ambiance de travail frénétique non plus », dit-il.

Amis et légumes

Håkan, originaire de Suède, a vécu en Russie pendant sept ans. Selon lui, la datcha de ses beaux-parents est un endroit parfait pour réunir des amis. Ils possèdent une maison moderne en bois de deux étages avec un bania (sauna), une piscine intérieure et de nombreuses chambres pour les invités.

Parfois, la famille de Håkan accueille même des amis suédois qui aiment tous la datcha. Mais il y a un secret derrière ce sentiment: « Une bonne partie d'entre eux viennent pour la délicieuse cuisine de ma belle-mère, et toutes les bonnes choses qu'elle fait avec les légumes, les baies et les pommes de terre du jardin ».

Voici donc le but réel de tout ce travail - déguster votre propre cuisine, préparée et marinée maison, ce qui est absolument incomparable avec ce qui est vendu au magasin.

Lire aussi : Le Top 5 des erreurs que commettent les étrangers à Moscou

Rythme détendu

« L'idée d'aller dans la nature, de travailler sur votre parcelle de terre et de cultiver vos propres légumes et fruits est très relaxante comparée à la vie dans votre appartement », a déclaré Hugh, d'Irlande, admettant qu'il devait s'habituer à l'idée d'avoir une deuxième maison en dehors de la ville. Vivant depuis déjà 10 ans à Moscou, Hugh affirme que même si à la datcha il y a toujours du travail, c'est un rythme agréable par rapport à la frénésie de la ville.

« Il y a une rivière à proximité et c'est sympa de faire des promenades avec les enfants et de se détendre en renouant avec Mère Nature », explique-t-il.

Hugh est sûr, cependant, que si on lui offrait un week-end à Rome ou à Paris, il accepterait, et il serait probablement plus rapide de s'y rendre compte tenu du trafic absolument fou qui règne sur la route Iaroslavky, située au nord de Moscou, qu'il emprunte pour se rendre à la datcha.

Un Russe vous a invité chez lui ? Suivez nos conseils

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies